Processus mentaux, rationalité, bon sens, sensibilité et intuition

Imprimer

Ces différentes facultés du système nerveux sont à la disposition du souverain humain que nous sommes et que nous devons gérer et animer avec nos différents cerveauxLa situation covidémique nous ayant pris par surprise – du moins pour diverses populations – la gestion a stimulé chacun sur de multiples plans, selon son degré de conscience et de culture scientifique, médicale, sociologique, anthropologique, spirituelle et autres.

Après bientôt deux ans de cette ambiance évoluant au gré des dirigeants internationaux, nationaux et des individus, nous pouvons faire un bilan de l’usage des différents mécanismes mentaux et psycho-affectifs, de la priorité donné à l’un ou à l’autre. Il est alors fondamental de tenir compte de la complexité de l’être humain qui se manifeste et s’exprime de façon plus ou moins mobile selon son degré de sagesse, le moment de la journée et les différentes sources d’influence qu’il reçoit.

Par les processus mentaux, on façonne l’opinion des gens avec des concepts très faciles à comprendre. Par exemple : «La vaccination est le meilleur moyen de sortir de la covidémie.» On assiste ainsi à une manipulation des masses afin d’obtenir la fabrique du consentement.

Un philosophe dénonce : « Le gouvernement alimente une spirale de la peur dans une véritable fuite en avant... Il dénonce la stratégie du bouc émissaire. Pour lui, cette crise sanitaire est « un accélérateur de processus beaucoup plus profonds de manipulation des peuples » : une logique de maternage"

On peut évoquer l’image que les dirigeants sont des cochers qui tiennent les rênes de plusieurs animaux et les dirigent au gré de leurs intentions.

Le langage utilisé pour faire peur, évoquer des images absolues ou convaincre s’éloignent beaucoup trop de la rigueur scientifique, utilisant souvent le conditionnel ou des prévisions à long terme qui ne tiennent pas compte des multiples paramètres en cours. De plus ces modes de procéder sont souvent cumulés : 50% des Européens pourraient êtres infectés dans deux mois. Inquiète du «raz de marée» d'Omicron, la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé a estimé mardi que plus de 50% des Européens pourraient être touchés par Omicron d'ici deux mois, à cause du rythme actuel de contamination.

L’abus de la puissance des mots est dénoncé ici : L'épidémie sans maladeLa question est donc simple, a-t-on encore le droit de parler d’épidémie quand il y a juste des tests positifs, mais pas de malades ?

Concernant la rationalité, je dirais alors que le cocher a un cerveau davantage structuré, dont il se sert de façon organisée, en tenant compte de ses expériences et de ses observations préalables. Si nous considérons l’histoire récente du  Triple dosé, le président du Parlement européen est mort d’un « dysfonctionnement du système immunitaire »… Ayant souffert par le passé d’une leucémie, David Sassoli avait déjà été hospitalisé cet automne pour une pneumonie qui l’avait tenu éloigné du Parlement pendant plusieurs semaines. La raison permet de prendre conscience de la place complexe du système immunitaire plutôt que de prescrire des traitements au coup par coup selon les diagnostics du moment.

La rationalité permet aussi d’être plus proche de la réalité globale: Royaume-Uni : l’ex-« Monsieur vaccin » du gouvernement appelle à la fin de la « vaccination de masse ».  Clive Dix, l’ancien responsable des vaccins du gouvernement de Boris Johnson, a appelé à un revirement total de la stratégie contre le Covid. Selon lui, il est temps de traiter le virus comme endémique, de la même manière qu’une grippe.

La rationalité permet aussi de prendre conscience des conséquences d’attitudes impulsives qui conduisent à des comportements violents et de se poser la question de modifier le cap :  Que faire face à la pulsion génocidaire des vaccinés ? Il est assez impressionnant de voir la pulsion génocidaire des vaccinés croître de façon exponentielle en Europe ces derniers jours. En Allemagne, des graffitis appellent à ne plus fréquenter les commerces ouverts aux non-vaccinés. En Belgique, des médecins suggèrent de ne plus soigner les non-vaccinés de façon prioritaire lorsqu'ils sont gravement malades. En France, le président de la Fédération des Radiologues propose d'empêcher les non-vaccinés de se rendre dans les magasins d'alimentation. On n'est plus très loin des pogroms. Que faire face à cette montée de l'appel à la violence ?

Ce qui laisse perplexe est de constater à quel point le bon sens médical s’est «dissout» tant dans le monde politico-sanitaire que parmi la population : Un praticien définit très bien cet état d’esprit dans une entrevue : Mes déclarations «iconoclastes» ont été différentes des médecins de plateaux mais pas de la majorité des médecin qui sont dans la ligne du bon sens médical.

Le bon sens s’affirme de plus en plus parmi les parents et les éducateurs qui souffrent de constater à quel point la santé des enfants est malmenée, de plus pour de simples arguments mentaux et non sur la réalité de leur développement et du peu d’impact du covid sur eux.

Nous sommes contre le fait que les enfants doivent porter un masque en extérieur lors de la récréation. En effet, nous pensons que cette mesure n’est pas bénéfique aux enfants.Le port du masque lors de ces temps de récréation est contre-productif, les enfants l’enlèvent lorsqu’ils s’essoufflent et touchent leurs masques sans cesse…

Très à propos, le collectf souligne : Pour certains enfants les journées de présence à l’école dépassent les 10 heures en comptant la garderie le matin, la cantine et la garderie du soir. Ce temps passé à porter un masque est bien supérieur au temps supportable par la plupart des adultes.

En outre, il est effarant que des mesures dites sanitaires entraînent autant d’effets nocifs = anti-sanitaires :  Les premiers effets indésirables de la mesure se font sentir (retards de langage, difficulté d’apprentissage, problèmes de concentration, grande fatigue, maux de tête, problème de compatibilité avec le port de lunettes, …)

Le bon sens mérite un sérieux retour dans la vie économique :/? Les tests anti-covid : la nouvelle loterie nationale !  La panique provoquée par cette soi-disant invasion du variant Omicron reposerait donc sur des tests à fiabilité très douteuse… Sur le plan économique, social et psychologique, c’est dramatique, car ces tests aléatoires perturbent gravement le système scolaire et le monde du travail pour rien.

Comment sommes-nous connectés à notre sensibilité ? Quelle conscience en avons-nous ? Quel usage en faisons-nous ? Je la perçois comme un instrument de réceptivité. Il s’agit d’être présents aux informations qu’elle nous fournit afin de les gérer et de créer le geste adéquat, à l’image des postes émetteurs-récepteurs mais à la grande différence que tout se joue à l’instant présent, selon une extrême mobilité, contrairement à un poste qui se fixe sur la longueur d’onde choisie.

La situation covidémique que nous traversons nous donne une démonstration patente du fonctionnement actuel des populations dans les épousailles entre leurs pouvoirs réceptifs – sensorialité et sensibilité affective - et émissives – décisions, actions - . L’état d’esprit qui cherche à imposer le tout-vaccin, le tout-confinement casse l’équilibre intérieur vers lequel devrait tendre chaque individu en oeuvrant vers son équanimité et son homéostasie. Alors que nos gouvernements ont pour tâche de développer cette recherche, ils cassent dangereusement l’unité du corps humain en imposant la notion que le vaccin est la meilleure des solutions. Ils s’entêtent dans cette propagation alors que de plus en plus d’études montrent les effets secondaires voire mortels qu’ils occasionnent. Les dirigeants cassent aussi l’unité des êtres humains dans leur ensemble corps-âme-esprit, comme le vivent tout particulièrement les enfants.

Les décisions humaines peuvent être prises à la suite de raisonnements se basant sur des statistiques selon les chiffres qu’on leur fournit, ou alors selon les impulsions que les émotions animent, ou encore selon les intuitions du for intérieur de chacun, de la partie la plus intime reliée à son corps, du plus profond de sa conscience,

Commentaires

  • En effet, c'est mon ami virologue qui me l'a confirmé, les doses injectées sont considérablement démesurées et pas uniquement avec les produits arn-m mais avec tous les vaccins !

    Des tests effectués avec des doses jusqu'à 1'000 fois inférieures aux doses généralement administrées avec des meilleurs résultats !

    Un vaccin n'est pas une thérapie, ce qui vient de se faire avec pfizer est 100% criminel, administrer des "vaccins" en période d'épidémie est mortel ! C'est connu et reconnu !

    Un vaccin ne fonctionne pas comme une couverture mais comme une simple aide à déclencher une réponse immunitaire, un vaccin qui fonctionne bien et de nombreux vaccins ne fonctionnent pas bien, mais un bon vaccin ne fait qu'accélérer le démarrage des réponses du système immunitaire, de manière générale, un vaccin permet de gagner 2 à 3 jours dans le processus de réponse, 3 jours qui sont déterminants dans le déroulement d'une infection !

    3 jours de gagné et la quasi certitude que l'immunité va s'activer !

    Ces 3 jours garantissent 99,9% de guérisons pour des souches vaccinales efficaces et jusqu'à seulement 30% pour des souches plus complexes dans la pré-immunisation. Pour les infections avec des rhinovirus, si le vaccins arrive tôt, ça devrait également fonctionner. Malheureusement quand le vaccin arrive 6 mois ou plus après les premiers foyers, c'est quasi inefficace, nous le voyons avec pfizer-covid. Un véritable vaccin empêche la contagion, un vaccin qui n'empêche pas, voire favorise la contamination est un vaccin totalement nul, voir beaucoup plus dangereux que la maladie, ce que l'on dénommé avec le terme iatrogène !

    De plus, certains vaccins ne fonctionnent pas justement à cause des doses injectées trop importantes, en surcharge pondérale.

    Ce qui provoque une réaction, non pas au pathogène, mais vis-à-vis du "vaccin" lui-même !

    Nous savons que des doses infinitésimales sont très efficaces, que l'organisme est très subtil contrairement à nos politiciens qui en veulent toujours plus. Des doses quasi immatérielles fonctionnent pour déclencher des réactions immunitaires, c'est le principe de l'homéopathie.

  • Grand merci pour le soin mis à nous transmettre tous ces détails.
    Vous confirmez à quel point certaines décisions "sanitaires" relèvent de purs calculs mentaux dépourvus de bon sens et de sensibilité perceptive.

  • les délires politico-sanitaires corrompus et criminels ont fait des millions de victimes, mais ce n'est pas fini. Attendez de voir à quel point ces ordures ont fracassés le secteur médical. Deux de pagaille et de paniques organisées et vous verrez, rien qu'avec les déprogrammations, combien de futurs malades vont décéder. Rien qu'à cause des employés refusés à cause de leurs statuts "vaccinaux". Comme ils mentent systématiquement, ils ont dit qu'il n'y avait que 10% du personnel médical qui a été licenciée à cause de le saletés de pass-verts. la vérité, c'est que suite à ces mesures, plus de 30% des personnels soignants sont absents des hôpitaux et des cabinets et autres urgences.

    Les corrompus politiques n'ont pas fini de tuer, ce n'est que le début, ils interdisent aux médias de communiquer sur les effets secondaires de ces produits arn-m interdits mondialement à cause des dangers observés lors d'essais sur des animaux, ils sont d'ailleurs formellement interdit dans le secteur vétérinaire !

    Ce klaus schwab sera présent dans les livres d'histoire et reconnu comme le pire criminel contre l'humanité et pourtant la Suisse continue de lui dérouler des tapis rouges, jusqu'où la Suisse va t'elle continuer sur cette voie. Nous avons déjà subis après 60 ans de dénis et de mensonges l'affaire de la commission Bergier, cela n'a pas suffit ?

  • Vous présentez avec beaucoup de ferveur la situation profondément désolante de la médecine et de sa dégradation.
    Il y a certes les responsables visibles mais ils n'auraient pas pu s'imposer à ce point si la culture humaine tant morale, sociale, politique et scientifique n'avait pas autant dévier en se focalisant dans des dimensions très délimitées comme le matérialisme et le numérique.

  • INTERDICTION DE VACCINER QUI QUE CE SOIT DURANT UNE ÉPIDÉMIE OU UNE PANDÉMIE

    INTERDICTION DE VACCINER QUI QUE CE SOIT SANS FAIRE UNE SÉROLOGIE PRÉCÉDEMMENT

  • Vous faites bien de le rappeler car cette évidence n'est tellement pas prise en compte actuellement!
    On se demande vraiment quel bagage ont les "experts " pour préconiser à tour de bras cette injection génique. Peut-être pour avoir après l'argument que ce n'est pas un réel vaccin donc que ce principe médical n'a pas à être pris en compte....

  • Marie-France, vous ne le savez pas, mais "ils" sont convaincus d'avoir tué la parole en tuant les réseaux sociaux, mais tout est écrit, tout est figé dans un futur qui, lui, ne mourra pas.

    Dans 10 ans, 20 ans, 100 ans, tout restera inscrit. Vous avez vu comment 70 ans, 80 ans après, des gardiens de camps d'extermination se font rattrapé par le temps. Il y a moins de 6 mois, un ancien gardien de camp vient d'être condamné, ça c'est une chose. Maintenant, ce type a vécu toute sa vie dans la crainte d'être reconnu. A 95 ans, il est arrêté, enfermé, dévoilé publiquement, sa famille entière reconnue comme complice.

    Sa défense : "j'ai obéi aux ordres" !

    Il n'était que l'un des rouages et pourtant, il a dû se cacher toute sa vie, il a dû cacher sa jeunesse toute sa vie, jeter ses souvenirs dans un coin de sa mémoire.

    Cela me rappelle le film de Claude Lanzman lorsqu'il arrive avec une caméra dans une brasserie, le patron derrière son comptoir, la caméra de Lanzman film l'instant où l'ex ss aperçoit la caméra. En quelques centièmes de seconde le nazi cache son regard et part derrière un pilier, Lanzman le suit et lui demande :Etes vous "untel" ?

    L'ancien nazi a frôlé la crise cardiaque, dans le même temps sa face devient rouge et livide, dans son regard fuyant, ça se voit qu'il n'est pas en train de vouloir cacher un simple délit plus ou moins banal, dans son regard on aperçoit un vide trouant tapissé des images qui le suivent.

    C'est pour ça, que les rares fois en Israel, lorsqu'un vigile m'a empêché d'entrer dans un endroit et ma demandé de fournir un passe-vert, j'ai sorti mon téléphone portable, non pas pour lui fournir un qr code, mais pour le prendre en photo et photographier l'endroit de manière reconnaissable. J'ai la photo de ce gamin aux ordres de ces assassins par destination, qui sait, dans 20 ans et que publiquement, je lui ressorte sa photo, avec la date, l'heure et en lui rappelant son passé !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel