La Médecine, la Science, la Politique et l'Economie

Imprimer

Laquelle de ces sphères d'influence et d'action est prioritaire actuellement? Il semblerait que chacune ait gonflé telle une bulle qui prend de l'ampleur et se détache du centre commun à toutes, de la source de leurs existences : les êtres humains. Il est temps de tourner notre regard à l'intérieur de nous et de prendre conscience des multiples dimensions que nous habitons, que nous animons, afin de respecter notre élan ontologique de croissance et d'évolution.

 

Je suis impressionnée de constater à quel point les individus sont considérés voire utilisés, réduits à des numéros comme des objets par l'une ou l'autre des sphères mentionnées qui s'en approprient le droit de préemption. Elles nous englobent, s'incrustent dans nos quotidiens et manipulent nos existences. N'est-ce pas comme le virus qui s'infiltre là où il trouve le terrain adéquat? Et si nous ne sommes pas présents à ce que nous vivons et ressentons, le virus persiste jusqu'à ce que notre organisme réagisse de plus en plus fort, en mettant toujours davantage en évidence nos fragilités préalables.

La médecine moderne a pris beaucoup d'ampleur dans le monde technoscientifique et attire l'attention sur ses progrès très pointus, du moins dans certaines spécialités. Mais les recherches coûtent très cher  et focalisent sur des nouveautés susceptibles d'être formidablement rentables. Ainsi elles peuvent se développer là où l'économie vient prêter main forte, où les gouvernements gèrent l'esprit - ou les émotions - de la population et organise la distribution des produits obtenus.

La situation coronavirale actuelle illustre de manière patente les stratégies des unes et des autres, leurs coopérations ou, à l'inverse, leurs divorces.

Il est évident que nous sommes confrontés à un devant de la scène - notre gouvernement - qui lui-même dépend, se soumet ou jongle avec une arrière-scène. Selon le pays où nous vivons, les interactions entre nous et les deux parties de la scène peuvent être variables selon le degré de démocratie et la souplesse des dirigeants. Les régimes d'exception ont paralysé maintes de nos libertés. Nous vivons une forme de  Stratégie du choc , titre de l'étude développée par une journaliste canadienne, qui met en évidence comment les gouvernements imposent,  à l'occasion des désastres, des réformes économiques que Naomi Klein qualifie d'ultra-libérales telles que la privatisation de l'énergie ou de la Sécurité sociale. Ainsi, cette stratégie du choc, appliquée à tous les pays où la gouvernance mondiale a castré les démocraties n'est plus que de la gestion des masses; les individus perdent leurs dignités humaines et deviennent des moutons ou des animaux prêts à mordre mais qui demeurent pour la plupart quand même soumis.

J'ai ressenti profondément l'équivalence des effets d'un raz de marée envahissant tout sur son passage lorsque j'ai appris le 6 décembre que Jusqu’à 70’000 vaccinations quotidiennes en Suisse dès janvier. Celles-ci devraient durer six mois et toucher au total six millions de personnes. (sur plus de 8 600 000 habitants). Ainsi, quand quelques personnes s'octroient le droit d'une pareille décision face à toute une population. comment considèrent-elles la démocratie? De plus lorsque les sondages montrent que la population est bien dubitative.

On connaît le dicton : "Quand on n'a pas de tête, il faut avoir des jambes!" Qu'est-ce à dire dans le cas présent? Quand on n'écoute pas les médecins de souche qui soignent selon leurs expériences, on s'appuie sur des sommes colossales pour proposer une solution, qui n'est même pas un remède puisqu'il ne soigne pas mais un vaccin sensé nous protéger d'un virus peu mortel chez les bien-portants. Quand l'OFSP décide la vaccination de masse,  en fait avec l'illusion du pouvoir, alors que l'argent provient de la communauté,  elle use de l'argument que cette vaccination sera gratuite en escamotant grandement les raisons réelles des vaccinosceptiques.

Quelle est la place des médecins dans une telle situation? L'OFSP compte sur eux pour que la vaccination aille plus vite et aussi parce que les gens leur font confiance! Ainsi, les médecins sont utilisés comme une armée de bons soldats, pour appliquer une injection plutôt que de soigner selon leurs âmes et consciences. D'un autre côté, les décideurs se gardent bien de tenir compte des avis des médecins de divers pays qui alertent sur ce que contiennent réellement les produits vaccinaux et qui ne se contentent pas du concept : "le vaccin sauve des vies" ou "le vaccin éradique la maladie".

La logistique permet des projets qui se répandent plus vite que leurs ombres. Mais la numérisation permet aussi que les témoignages de médecins fidèles à leurs postes  puissent s'exprimer, eux qui sont éradiqués des courants officiels.

En voici quelques-uns :

* Deux pneumologues: Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent l’ARRÊT immédiat de toutes les études vaccinales anti-Covid-19 qu’ils considèrent dangereuses.

* Le Pr Eric Caumes, chef de service des maladies infectieuses dans un hôpital français s'exprime de façon limpide en 2'40  sur les dangers du vaccin expérimental ARN qui arrive. 

"Dangers sur un vaccin expérimental, dont les scientifiques n'ont aucun recul.
 On n'a même pas encore les études, le vaccin pour décembre, je ne comprends pas, s'il y a des pépins, on va nous reprocher d'être allé trop vite, il y a un excès de précipitation, et je n'ai pas encore vu les études des vaccins américains; Il n'y a aucun vaccin de ce type dans le monde, ce vaccin va servir d'expérimentation, il y a une sur-communication des laboratoires qui ont engrangé des millions d'euros
"

* Le Pr Perronne s'est beaucoup engagé à parler au nom de la médecine. Il lance un message d'alerte au sujet du vaccin covid.

* Divers médecins alertent sur le fait que le vaccin ARN n'est en fait pas un vaccin à proprement parlé mais une thérapie génique: Dr Maudrux : « Tout, tout, tout, vous saurez tout sur l’ARN messager et le vaccin Pfizer ». Reste à savoir quels sont les risques de ce procédé médical révolutionnaire.

* 4 aveux énormes du Professeur Lelièvre , Professeur du service des maladies infectieuses d'un hôpital français : "Vieux et malades vont servir de rats de labos pour tester le vaccin"

 

Question de base : Qui est responsable de notre santé? L'Etat, les médecins ou soi-même ?

On sait bien que lorsqu'il s'agit des individus, "autant d'hommes, autant d'avis".

En ce qui concerne les médecins, c'est déjà plus difficile à définir : "Responsabilité médicale des médecins qui s’impliqueraient dans la vaccination anti-Covid".

Quelle est la place de l'Etat , que doit-il assumer? Que décider entre obligation et liberté?

Qu'en est-il des labos? Voici des éléments de réflexion.

Que  reste-t-il de la Science rigoureuse ? Une généticienne se désole : "On est dans une science archaïque au moment de la science la plus moderne". Dans cette vidéo, elle reprend point par point les 4 problèmes soulevés par "Monsieur Vaccin" en France.

Dans les situations difficiles, il est d'usage de "se serrer les coudes". Ici, tout est mis en action pour que les gens se méfient les uns des autres, se dénoncent, de distancient et accusent de responsables d'une nouvelle épidémie (que l'on préfère qualifiée de " rebond ") ceux qui suivent d'autres moyens, conscients que l'état de santé de la population dépend de plusieurs paramètres. De plus, il est regrettable que les gouvernements rejettent sur un certain type de personnes leurs propres incapacités à régler la dynamique de l'épidémie. Ainsi, un journal titre:  " Coronavirus: les anti-vaccins peuvent menacer la possibilité d’un retour à la normale . Si un vaccin contre le coronavirus semble à portée de main, son succès dépendra aussi de la capacité collective à dépasser "l'infodémie" de désinformation." En limitant le regard sur une mesure sanitaire, les Etats amplifient les carences dans des domaines importants et ne développent pas parmi la population les moyens d'améliorer son énergie vitale, la connaissance de ses organes et leurs impacts sur le système immunitaire. De plus, un tel développement permettrait d'améliorer l'état de santé global et non pas de viser simplement l'éviction d'un coronavirus déterminé, d'autant plus que d'autres sont prêts à se développer en temps voulu, selon les lois de la nature, comme cela a toujours existé.

En outre, si les Etats tenaient compte de toutes les expériences faites parmi les malades du covid et non pas seulement celles  limitées au choix d'un "comité d'experts", la population serait amenée à participer à une démarche collective de création de solutions au lieu d'être contrainte de se refermer sur elle-même et de se restreindre d'activités favorables à la santé. Comment faire confiance à un gouvernement dont les mesures édictées aux effets très approximatifs affaiblissent beaucoup de personnes et peuvent aggraver fortement des symptômes déjà connus? Revenir au bon sens serait profitable pour tous. Un bel exemple nous est donné par un médecin africain.

Ce qui est très restrictif aussi c'est de limiter les bilans de la situation à des chiffres de cas contaminés ou de tests positifs qui ne reflètent pas la façon dont les personnes concernées se défendent contre la maladie. Quant au décompte des hospitalisés ou des morts, il faudrait tenir compte de toutes les causes qui ont conduit à cet état déficient, de même les comparer aux autres années, aux saisons similaires, en rajoutant aussi les facteurs qui se sont modifiés entre les différentes années. Ainsi, en brandissant des chiffres, on s'éloigne de l'existence réelle des êtres humains. En fait, je vois là une similitude avec les chiffres des vaccins commandés qui ne tiennent pas compte du réel besoin des habitants dans leurs globalités ni de la capacité financière de la nation, là où la dette publique aurait aussi besoin d'améliorer sa santé ! 

Pour faire face à l’épidémie de coronavirus qui sévit en France, le gouvernement aurait déjà réservé pour 2021 90 millions de doses pour un coût de 1,5 milliard d’euros.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80983-covid-19-france-se-prepare-arrivee-vaccin
Pour faire face à l’épidémie de coronavirus qui sévit en France, le gouvernement aurait déjà réservé pour 2021 90 millions de doses pour un coût de 1,5 milliard d’euros.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80983-covid-19-france-se-prepare-arrivee-vaccin

Maintenant, les gouvernements font le décompte des gens à vacciner, sans tenir compte de leurs états de santé ni de tout l'impact que peut avoir sur eux l'injection de produits peu expérimentés. Une situation parmi d'autres est illustré par cette question cruciale : " Vaccins en Ehpad : mission impossible ?" Les patients très âgés en Ehpad * sont-ils vraiment les meilleurs candidats à un vaccin contre la Covid"? * L'équivalent en Suisse des homes pour personnes âgées ou EMS.

La politique brandit le chiffre des morts dans le monde pour impressionner la population, sans tenir compte de la réalité existentielle des trépassés et de toutes les causes de décès dont le coronavirus n'a été que le révélateur et trop souvent le prétexte aux statistiques.

Face à une situation économique très problématique, les économistes s'accrochent au concept : "La reprise économique suspendue au vaccin contre le coronavirus". Ainsi, ils utilisent le conditionnel, ce qui relève peu de la science rigoureuse : "L’arrivée d’un vaccin devrait permettre de contrôler la propagation du virus et relancera ainsi une économie lourdement affectée par la pandémie, affirment plusieurs économistes suisses." Et ils martèlent que c'est la pandémie qui a lourdement affecté l'économie alors qu'il serait temps de reconnaître que ce sont les mesures dites sanitaires qui ont mené beaucoup d'entreprises à la faillite ou à devoir attendre les subventions qui, à leurs tours,  mettent l'économie du pays à mal.

 On peut dire qu'il n'est plus d'actualité d'avoir la foi en un être tout-puissant mais l'humain a une propension innée à se tourner vers des croyances, ce qui semble être le cas vis-à-vis d'un vaccin! Autrefois, on érigeait des cathédrales, aujourd'hui on investit des sommes colossales dans l'espoir de vaincre un microorganisme que l'on nous montre couronné. Les temps changent mais il reste à l'être humain son libre-arbitre pour décider s'il veut se tourner vers l'immensément grand ou l'infiniment petit...

 

 

Commentaires

  • Merci Madame De Meuron pour ce billet.
    J'espère que le brave citoyen lambda comme le citoyen intruits commencera à réaliser les dangers qui nous guettent.

    Vous dites:"* 4 aveux énormes du Professeur Lelièvre , Professeur du service des maladies infectieuses d'un hôpital français : "Vieux et malades vont servir de rats de labos pour tester le vaccin".
    J'ajouterais ici que les 8 millions d'helvètes vont servir de cobbayes à Big Pharma. Qu'importe la suite réservée à cette population de panurge, Big Pharma aura d'ores et déjà encaissé le pactole longtemps escompté. Et si les effets collatéraux se révèlent catastrophiques, Big Pharma a sûrement prévu son marché du suivi des estropiés du vaccin. Marché payant bien évidemment.

    Dans les déclarations successives de ces derniers jours, les différentes figures de la Task Force fédérale semble vouloir pousser à la vaccination obligatoire, d'où notamment le nombre de vaccins commandés correspondant à la population suisse entière.
    Alors de deux choses, l'une doit être vraie. Berset prétendait soutenir que la vaccination ne sera pas obligatoire. Les "Contrôleuses de l'épidémie" émettent ce qui ressemble à une programmation bien ficelée aux accents de conseil.
    Qui de ces deux officiels dit vrai? Qui croire?

    Le délire va si loin. Je vous raconte ce qui s'est passé cet après midi.

    Une amie suisse qui habite en France voisine depuis deux ans m'avait appelée cet après-midi pour qu'on prenne le thé ensemble, histoire de rompre un peu avec cette atmosphère de confinement déguisé. Il était 16:30 lorsque je traversais le poste de douane en Franche Comté. Une très longe file de voitures n'avançait pas. J'ai cru qu'il s'agissait d'un accident de la route un peu plus loin. Pas du tout! C'était une campagne de contrôle douanier et policier pour tous ceux qui pénètrent en territoire français. Français de retour du boulot en Suisse ou étrangers se rendant en France.
    Il fallait présenter une auto-dérogation pour son déplacement. Même en plein jour. Pas seulement pendant le couvre-feu de 20 heures à 5 heures du matin.
    J'avais demandé au douanier si j'avais le droit de faire demi-tour et de renoncer à la visite que j'avais promise à mon amie cinq minutes avant. Je ne lui ai pas caché que désormais, la France me fait très peur et que ses explications confirment ce que je lis dans les journaux français. Très gentil, le douanier m'avait fait la circulation afin de faciliter ma manœuvre. Si j'avais persisté, plus loin, la police m'aurait indiqué ce qu'il aurait lieu de faire tout en me punissant d'une amende de 135 euros pour ne pas connaître les tout dernières mesures ddu président. Merci au douanier de m'avoir informé avec précision.


    Voilà la réalité! Voilà où nous en sommes.
    Ce genre d'interdit-fichage a-t-il un lien défendable avec une quelconque protection sanitaire?
    Mon amie vit seule, et je me rends seule à sa visite.
    Quand elle me disait au téléphone que la France ressemble à celle occupée sous le régime de Vichy. j'ai cru qu'elle plaisantait.
    Force expérience sur le coup a changé ma vision de la France, considérée jusque là, comme le pays le plus joyeux et le plus folklorique de Romandie.

    La France tient enfin son Reich-Fuehrer depuis le Covid. Il faudra attendre sa reddition.

  • Merci beaucoup, Mme Dupraz, d'avoir pris le soin de témoigner de votre vécu à la frontière. C'est là qu'on voit à quel point les gouvernements donnent la priorité à l'obsession de la présence du coronavirus -- et encore, recensée par des tests qui sont très limités dans ce qu'ils indiquent - face à la vie sociale et la santé globale des êtres humains. A quoi s'ajoute le fait que ces files de voiture polluent l'atmosphère, autre source anti-sanitaire. Un autre dégât dont on ne parle pas, c'est ce que vivent les policiers et les douaniers qui ont aussi une âme que les ordres écartèlent.
    Quand Macron décrète "nous sommes en guerre", il s'agit d'une formule qui ne tient pas compte de la réalité incarnée et de l'amplitude des interrelations et des interactions entre les habitants et leurs environnements.
    Vous évoquez aussi la possibilité d'une vaccination obligatoire. Etant donné le manque de certitude de la valeur de ces vaccins - et encore plus des occidentaux choisis par la Confédération - l'obligation la rendrait responsable des éventuels dégâts, ce qui a du reste fait reculer Macron qui concocte une solution où le carnet de vaccination serait un passeport pour différentes activités, ce qui revient à une obligation détournée.
    Ce qui laisse songeur, c'est le fait que la Confédération investisse une somme colossale alors que cet argent pourrait être bien plus profitable aux habitants, sous de multiples formes.

  • Des policiers se sont unis avec le peuple pour réclamer la liberté :
    https://www.youtube.com/watch?v=eX3o-tHee30&feature=emb_logo
    Ils reconnaissent ainsi qu'ils sont d'abord des citoyens avant d'être des serfs!

  • Oui! J'ai pu lire que deux syndicats de policiers ont manifesté leur indignation suite au discours de de l'autocrate Macron dans lequel il stigmatisait toute la profession alors que c'est bien sa clique de bobos-fachos qui l'a instrumentalisé et commandité l'emploi de la violence et de l'infiltration violente.

    On peut aussi se réjouir de la démission du Capitaine Policier et Syndicaliste de VIGI Alexandre Langlois qui donnait les raisons de son engagement et les mêmes raisons de sa démission: sa défense des libertés individuelles et la défense de l'intérêt général.
    Ainsi, il recadre la fonction et la mission de la police, d'abord au service du peuple et de la nation. Cela sous-entend qu'il ne se laisse pas embrigader dans cette sorte de milice privée à la solde de la clique Macron.

    Je pense que de plus en plus de gens l'ont compris.
    https://les7duquebec.net/archives/260483
    Extrait: "Ces hommes de paille du Capital financier sont donc amenés à être changés régulièrement… Pour aider à faire passer une pilule bien amère et continuer à gouverner leur « absurdistan autoritaire », ces attelages gouvernementaux ont en outre besoin d’une milice armée fidèle n’hésitant pas à cogner le peuple qui doit apprendre à la craindre. La macronie est plus que jamais un régime ploutocratique totalement corrompu qui tente de rendre « intouchable » la milice d’État qui la protège et forme son dernier rempart CONTRE les larges masses populaires (et prolétaires – NDLR) dont le sacrifice économique et social a commencé…"

    Vous n'en parlez pas dans votre présent billet, mais bien sûr, votre pensée est avec eux qui crient leur douleur et leur colère d'être dépossédés de leur volonté, de leurs moyens de subsistance... Je voudrais tant que Pascal Décaillet lise ceci. Peut-être l'est il déjà au courant.

    Toujours à partir de ce même lien. Citation:
    "Ces décisions ne sont en effet pas absurdes du point de vue de « nos » élites, même (pour ne pas dire surtout…) sur le plan économique. Si l’on prend l’exemple des stations de ski, une saison hivernale ruinée permettrait aux grandes banques de reprendre la main sur les indépendants du ski, les sociétés de remontées mécaniques et le tissu d’artisans et de commerçants gravitant autour. Ces derniers sont souvent de petites affaires familiales qui tournaient bien et qui n’avaient plus de prêts en cours. Après une telle débâcle, ils auront besoin « d’aides » asservissantes pour essayer de sauver « leur » affaire… Cette conclusion vaut également pour de nombreux petits commerces « non essentiels ».

    Vaccin et chantage à l'emploi ou à la liberté de mouvement ne sont pas à exclure.
    Il faudra réagir et user de la résistance individuelle et collective.

    Puisse cette mise en garde, éveiller le grand public aux questions légitimes. Oser questionner le déroulement des faits actuels serait un grand progrès populaire.
    https://les7duquebec.net/archives/260575

    Chère Madame, votre présence sur cette plateforme me fait du bien. Je crois que beaucoup de lecteurs sont heureux de vous lire même s'ils ne s'expriment pas tous.
    Contrairement à celle de 24 heures qui est totalement déserte où il fait nuit depuis longtemps, la plateforme de la TdG a la chance de compter un bon nombre de bloggers actfs et intéressants lui donnant vie.

  • J'ai envie de rebondir sur la conclusion de ce très intéressant article : "il reste à l'être humain son libre arbitre pour décider s'il veut se tourner vers l'immensément grand ou l'infiniment petit..." pour moi l'un n'exclut pas l'autre , ce n'est pas "soit l'un soit l'autre" mais plutôt "dans quel état d'esprit je me mets face à eux" : on peut se tourner vers l'immensément grand avec le sentiment d'être face à une menace qui nous terrifie ou avec le sentiment d'être face à une protection immense et sans limites, une force créatrice... de même que si l'on se tourne vers l'immensément petit, on peut le voir comme une menace pour notre existence ou comme la source même de notre existence. Il y a peut-être une différence qu'en ce qui concerne l'infiniment grand on peut lui donner le visage du ciel, des étoiles, des planètes, donc qui se voit, alors que l'infiniment petit, on ne le voit pas à l'oeil nu, donc on ne peut pas savoir soi-même s'il (ou elle...) est là ou pas là. Dans les deux cas, pour moi c'est mon attitude de confiance illimitée en la Vie qui fera la différence. J'ai envie d'ajouter que l'infiniment petit m'émeut jusqu'aux larmes lorsque j'ai l'occasion simplement en plongeant mon doigt dans l'eau de sauver un tout petit insecte qui était en train de se noyer et de le voir s'envoler.

  • Je suis très touchée, Paulette Weyeneth, que vous nous fassiez sentir de façon si perceptible que nous nous trouvons au carrefour entre l'infiniment grand et l'infiniment petit.
    C'est à cet endroit que nous avons aussi le libre arbitre de retourner le regard sur soi pour capter le "qui suis-je?" ontologique et que nous pouvons connaître (= naître avec) alors la fameuse maxime du temple de Delphes : " Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les Dieux"

  • J'apprécie beaucoup, chère Madame, que vous apportiez votre participation active et très appropriée à mes réflexions.
    Il est bon que chacun puisse apporter sa brique à l'édifice de reconstruction, selon ses perceptions et ses capacités.
    C'est vrai que je n'ai pas mentionné certaines situations qui relèvent plus de l'ordre du constat désolant, pour me focaliser sur les lueurs qui donnent des jalons afin de participer à la transmutation des énergies en cours.

Les commentaires sont fermés.