Quelle différence entre foi et croyance?

Imprimer

Je perçois la foi comme l'élan du coeur ouvert à la confiance en quelque chose ou quelqu'un,  dans un état de large réceptivité. L'être humain est alors en mesure d'accueillir des énergies qui l'emplissent. Sur un autre plan, se situe la croyance : "processus mental expérimenté par une personne qui adhère à une thèse ou une hypothèse, de façon qu’elle les considère comme vérité, indépendamment des faits, ou de l'absence de faits, confirmant ou infirmant cette thèse ou cette hypothèse".

 

 

 

 

 

 

Un cantique de l'église protestante définit avec beaucoup d'ardeur ce que peut révèler la foi:  "la foi renverse devant nous les plus fortes murailles, elle triomphe des verrous et gagne les batailles ". Qu'est devenue cette ferveur humaine dans notre monde actuel? Quelles situations ou ambiances procurent l'occasion de la vivre?

Prenons la présence des mouvements religieux qui sont multiples et transmettent cet élan du coeur de façons diversifiées. Dans nos contrées, il est intéressant de constater l'évolution des églises, lieux qui furent très traditionnels dans notre culture du vivre la foi chrétienne en communautés. Avant de se délabrer complètement par manque d'animation, certaines furent recyclées et rénovées : à but commercial comme un magasin de meubles ou une cave à vins,  à but sportif en terrain de basket, en centre de musculation, ou à but culturel, en théâtre.

"Elles font ainsi l'objet d'un "décret d'exécration", selon la terminologie ecclésiale. En clair: elles sont désacralisées, avant d'être vendues puis reconverties." Ce terme est puissant et dit bien qu'on retire le côté sacré du lieu et, avec ce retrait, diverses occasions de vivre des actes de foi et de connexion à des dimensions universelles.

Dans certaines communautés chrétiennes, ces édifices sont dénommés temples. L'évangile évoque même que notre corps est le temple du Saint-Esprit. Ce vocable nous vient en fait de templum issu  de la culture étrusque. Il s'agit d'un lieu sacré, édifice bien solide en relation avec une intention de se relier au divin, les clochers et les flèches dénotent aussi cet élan vertical. Ainsi, ceux qui l'édifiaient cherchaient à proposer aux humains un lieu propice à établir une relation entre le monde terrestre et le monde cosmique, en ouvrant les coeurs à avoir confiance en cette immensité qui les entoure et les dépasse.

Avec l'évolution du mode de vie, nous pratiquons davantage une dynamique horizontale que verticale. C'est ainsi que nous pénétrons dans la période du virus couronné qui révèle de façon très aigüe les modes de procéder, tant au niveau sanitaire que scientifique,  social, politique et économique.

Une foison de situations, d'événements, et de circonstances permettent de faire surgir soit des élans de confiance soit des décrets qui se basent sur des modélisations auxquelles on croit, souvent parce qu'il y a un socle chiffré qui sécurise. Nous vivons dans une société très structurée sur des systèmes d'assurances qui focalisent l'attention sur des paramètres bien définis comme les budgets économiques plutôt que sur les conséquences humaines globales qui peuvent avoir des répercussions non monnayables, mal définissables et plus vastes.

Ainsi, nous nous trouvons devant un carrefour crucial avec la médecine : Quand faire confiance à ce qui sonne juste selon nos expériences profondes ou au contraire quand nous soumettre à des croyances qui sécurisent mentalement d'autant plus qu'on délègue nos responsabilités et cela sur plusieurs plans.

Avant le tsunami du coronavirus, il y eut, par exemple,  le raz-de-marée du déremboursement de l'homéopathie. Dans un tel cas, on peut bien distinguer entre ceux qui ont confiance en cette thérapie expérimentée sur plusieurs continents depuis deux siècles, et ceux qui font une moue de dédain en disant : "Je n'y crois pas". Comme ils croient dans les verdicts de la médecine officielle, ils se sentent dispensés de toute réflexion et refusent d'échanger avec ceux qui l'ont expérimentée et ont obtenu de beaux résultats, sur eux, sur leurs proches ou en tant que thérapeutes. Quant à ceux qui détiennent l'autorité, ils s'obstinent à croire que seules les études randomisées en double aveugle sont valables car ils ne veulent pas comprendre que l'homéopathie uniciste traite l'ensemble du patient et que, de ce fait, chaque traitement est adapté à chaque individu, à revoir ensuite régulièrement selon l'évolution des symptômes. On ne peut donc pas effectuer des études randomisées mais seulement des études confirmant le mode de procéder et les axiomes sur lesquels se baser.

Même type d'affirmation hautaine face aux huiles essentielles dont les preuves sont multiples; là aussi, il est exigé des études randomisées qui feraient du tort aux patients qui recevraient un placebo puisque l'on connaît déjà les pouvoirs de ces produits issus de la nature, ce qui n'est pas le cas de molécules créées en laboratoire. On retrouve la différence entre confiance et croyance chez le Pr Raoult qui a une énorme expérience d'épidémiologiste et à qui on reproche le manque d'étude randomisée, credo derrière lequel se réfugient certains scientifiques qui se sentent forts de cette croyance en une démarche expérimentale, malgré les nombreuses imperfections de telles études, observées au fil des années.

Quand les croyances sont transmises avec force par les dirigeants politiques et les médias, elles s'ancrent d'autant plus facilement dans la population que celle-ci a peu de foi dans ses propres forces, dans la nature, dans ses ressources psycho-affectives. Ainsi, quand le président Macron déclare : " Seule une vaccination généralisée pourrait avoir raison de nos souffrances actuelles… ", non seulement une partie de la population le suit (apparemment les trois quarts) mais encore, voire surtout, les entreprises pharmaceutiques. Macron représente en France la chorale de 27 états de l'UE ou plutôt de 27 représentants de ces états qui se confortent dans la croyance que seul le vaccin va résoudre le problème sinueux du coronavirus. Sécurisés par le principe vaccinal, qui a pourtant souvent donner les preuves de ses limites,  ils ne se demandent pas comment améliorer l'état de santé de leurs populations, prenant l'audace d'engager des milliards d'euros, en plus malgré le fait que ce soit  sur le dos de leurs concitoyens.

Une autre croyance à laquelle le peuple est soumis est celle des masques. Certes, ils ont leurs places dans certaines situations mais ils ne doivent pas permettre de se donner bonne raison au détriment de bien d'autres mesures adaptées à chacun-e. En plus, à force de museler les personnes, moult autres démarches de santé ont privé les individus de bienfaits pour leurs santés. Bienvenue en Absurdie !

Cette propension à suivre ses croyances se répand dans d'autres domaines comme le Droit. Ainsi on en est venu à croire que la justice peut régler des problèmes d'ordre médical. Les exemples sont multiples et je cite ici le cas  " Où la justice  décide ou non de couper l'hydratation et les vivres à quelqu'un".

De même quand la justice sanctionne sévèrement un médecin, le forçant à vendre sa maison, parce que la croyance dans la suprématie des statistiques des coûts par année prévaut sur la valeur des soins prodigués malgré les économies effectuées dans la durée.

La croyance la plus ample et la plus intense me semble revenir à ceux qui s'investissent (corps, raison et finances) à construire la globalisation de notre monde. Or les peuples se réveillent de plus en plus et bien des situations mutent dans plusieurs parties du globe. Même l'écologie peut se retourner contre certains de ses supporters dans la mesure où elle représente davantage un idéal mental et calculé, avec brisement du bon sens, qu'un investissement de tout son être, à chaque instant et dans chaque geste,  envers la nature. Ainsi, la vague verte pourra servir de caution à la guerre.

Cette situation inconfortable dans laquelle nous nous trouvons offre l'occasion de détecter toutes les croyances qui divisent notre perception du monde et de notre quotidien, afin de tourner notre regard vers notre intériorité, vers nos forces essentielles, pour retrouver notre confiance.

 

Commentaires

  • Oui Marie France , c'est un constat universel depuis que les nouveaux temples sont devenus ceux du consumérisme forcené .
    Depuis un demi-siècle , le temple par excellence, c'est l'hypermarché , devenu peu a peu virtuel (comme le travail puisque le producteur local devient superflu !)
    Quant à la qualité, elle est aussi gênante puisque le but est de faire le plus vite possible un détritus ultime sans aucune possibilité de valorisation que de pourrir un peu plus l'environnement comme la santé de la créature.

    Seule la mort rapporte, certains autrefois l'avaient déjà sacralisée pour leur perte à tous .

    Le nouveau sacré ressemble à une décharge avec des fleuves de lixivia Et viennent s'y abreuver comme soûleries rituelles , avec le sang et la douleur du sacré violé sans cesse de ces délices nauséabonds tant de ces nouveaux maitres de cet univers sans qu'on veuille voir leur véritable aspect de nécrophages avec leurs costumes et leurs blouses blanches : La cohorte infernale réincarnée en marche de la négation de la vie .

    Car l'essence de la vie est celui du sacré perdu .

    Et depuis des siècles que la cohorte s'agitait dans les bas fonds intrudant les temples comme toute activité , pour souiller tout ce qui peut l'être , le commencement était donc d'abord la croyance puis le peu de foi sortie de son contexte premier puisque le matriçage de coercition qu'on nomme pouvoir est a ce prix mortel de dépotoir en logé par des sombres rituels reliquats d'autres créatures disparues des mêmes erreurs .

    Les rituels , et les pratiques comme très mauvaises copies d'un technicien d'un autre univers avec ses outils que des singes aveugles munis de lunettes totalement obscures ne peuvent pas voir et c'est prohibé dès la naissance . La vérité toute nue risquerait de les blesser , on lui trouverait des poitrines trop opulentes selon les goûts pervers de repasseuses envieuses  ?

    Même en Asie innombrables petits temples locaux détruits peu à peu . Et par ici c'est d'une sorte d'oubli qui a peu à peu falsifié la croyance aussi bien que la foi à partir de cet élan vital parce que "cela " est par essence la VIE elle même !

    La vie et l'Aura qui s'en dégage et désormais qu'on ne voit pas puisque c'est interdit par les aveugles abreuvés de purées d'embryons humains en injection a faire avaler par un cachet sédatif .

    A ce titre un poète (et d'autres) a paraphrasé ce qui ne peut être formalisé avec la dialectique outil de confusion et de mensonge devenu :
    "La nature est un temple ou de vivants piliers ..."
    Et au sein de ces vivants piliers au fond de chaque créature une étincelle gît de la même essence et reliée au tout lui même vivant . Chaque créature le sait dès la sortie de son œuf ou de la matrice.

    La créature doit donc oublier cette évidence pour renaitre dans le seul système pour lui fournir le sang vital et par dessus tout justifier la monnaie de singe du néant pour les mangeurs d'âmes .

    Car l'existence comme un sortilège est faite de ce qu'on l'alimente Avec la vie , elle s'épanouit et participe à l'harmonie de l'ensemble; il y a des éons ou le sacré était donc partout !
    Bien gênant pour le regard des avides , des marchands de tout et à commencer par eux-mêmes et les suppôts de l'ombre à étendre sur un monde pour le faire devenir mort définitivement . Pour y parvenir il faut le vendre par morceau . Et intruder le sacré par les croyances pour atteindre la foi en lui offrant un substitut comme épanchement sans fin que la fin elle-même lui faire croire que la vie est ailleurs et qu'il faut aller au temple d'abord , quand le temple n’était qu'une antique machine au commencement ...

    La beauté doit être monnayée, souillée la vertu quand on l'a perdu de bonne heure dans les coulisses du credo aveuglé puisque on ne sait plus de quoi on parle ?
    Au début non seulement le ciel lointain était l'image de forces supérieures mais chaque arbre chaque source chaque rocher et chaque être vivant était nimbé de cette sacralisation perçue directement .

    Comme tout ermite revient à cette vérité ineffable mais impossible à transmettre - aveugles qui ne veulent rien voir à part "bling bling" ou bien réciter leurs leçons au sens perdu ?

    C'est ainsi que le sacré fut perdu car il faut le pratiquer , les anciens ne l'ont ils pas répété ?

    Des images anciennes représentent l'aura de la vie, le nimbe autour des saints de toutes les religions ! Cette manifestation qu'on a réduite à l'effet corona montrée par l'effet kirlian ce que tout clairvoyant perçoit autour de chaque chose chaque être avec une nuance spécifique . Alors il sait que le sacré des anciens peuples baigne le "tout" . Les animaux qu'on dit sauvages ne l'ont pas perdu et cette clairvoyance les guide...

    Pendant que le marchand et ses séides ne veulent voir que la monétisation et le profit sur tout , ou dont les ennemis mais complices imaginent des nouvelles taxes sans cesse pour faire cracher toujours plus de forces vitales de ce sang inconnu du sacré tissé de vie . Avec une technologie qui n'a jamais rien eu de commun avec une science qui s'est affranchie de l'art qui est sa raison d'être, les procédés sont devenus de plus en plus grossiers ….

    Et des machines d'une foule de techniques oubliées nommées péjorativement magie, on a nommé quelques reliquats ou copies trompeuses de temples devenus marchés

    Au déboire de tous les saints et Jésus en personne .

    Depuis comme vous l'avez écrit maintes fois sur votre blog , on a couronné le virus, paré de cet effet sacralisant le monstre crée par quelques monstres en laboratoire dans leurs scaphandres de l'enfer à faire venir .

    Pendant que du coup les mêmes n'ont cessé d'occulter ce que les rares qui le voient directement et dès l'enfance pour les empêcher de perpétuer cette clairvoyance si gênante pour ces cohortes infernales.
    Depuis le berceau on leur tape la tête sur l'asphalte ou on les punit pour les réintégrer de force dans ces systèmes d'enfer et à la fois occulter cette clairvoyance de peur qu'elle ne se manifeste .

    Et les procédés du même genre ne manquent pas avec la bienveillance pure malveillance de fait des "éducateurs "et autres surveillants : ils faut bien leur apprendre la vie ... c'est- à-dire pour devenir censeurs à leurs tours et étouffer ce qui reste de sacralité sauf si elle rapporte, les médicaments feront le reste et quelques pikouses, les maladies qui rapportent tant d'argent, surtout si elles sont chroniques

    Les guérir serait gênant donc elles sont définitives pour ce clientélisme de la morbidité .
    Parce que le sacré, c'est la vie donc la santé gratuite ? Quelle malheur pour les marchands et les polichiens et leur serviteurs de la forêt de claviers ?

    Célébrez donc tous le Corona et ses parties fines cela mérite une décoration et un collier de traçage obligatoire si vous n'avez pas de machin ...

    A tous dès le berceau à défaut de colostrum on préfère le valium et la TV et on leur inculque la foi de remplacement en perfusion car les bâtiments de culte ont perdu eux-mêmes ce sacré qui échappe maintenant à la compréhension puisque ceux qui détenaient le savoir en ont jeté les clés peu à peu .

    Marie France savez vous comment peindre une icône à la manière antique d'anciens temples de quelques millénaires en arrière ce que ma maman Artiste Peintre m'as appris à l'âge tendre des premiers pas ?
    Sachant que les reliquats de ces techniques en réalité tout partait d'une observation si précise des anciens de la nature par des êtres clairs voyants eux-mêmes au départ et donc percevant mieux que de nos jour cet aura avec la capacité de voir à l’intérieur et une part du devenir de chaque état transitoire .

    Et dans notamment un certain nombre des plus anciennes et des très rares modernes de ceux qui ont reçu ce savoir antique et héréditaire, en fait des sortes de mécanismes dans ces représentations comme dans leur bâtiments , statuaires et autres comme catalyseurs pour des esprits moins aiguisés .... Ce qu'on sent parfois dans ces temples du reste de sensibilité émoussée délibérément par des démons au cours des âges d'asservissement progressif .

    Avec des substituts addictifs bien entendu d'abord dans les croyances ensuite dans des pratiques...

    Il n'est pas utile de révéler ces arts perdus mais de les faire entrevoir pour les moins étriqués d'esprit et d'âme à condition du choix imposé à toute les époques : la pureté d'intention symbolisé par la robe blanche à défaut de la nudité inappropriée sous bien des climats .

    Et dans cette ultime étape de destruction et de suicide collectif on a donc sacralisé en quelque sorte - et je reprends votre ressenti le virus et des bouts d'une technologie totalement faussée pour mettre en évidence cette chimère grossière , et échappée de labo avec d'autres moyens inappropriés comme le PCR qui n'est pas fait pour détecter que des séquences ARN et donc incapable de séparer un virus "pur" .
    (C'est un autre prix Nobel de chimie qui le dit et la seule science de la falsification d'une crise de démence ultime de cacher le crash ultime , le fric frac intégral couvert par tous les complices et préparé depuis plus de 10 ans après l'échec de l'opération du H1N1  lui aussi OGM ! )
    Aucun virus d'ailleurs ne sera JAMAIS isolé plus que les millions d'autres qu'on s'efforce inutilement de les découvrir en occultant sans cesse cet aura aussi secrète que la lettre volée d'Edgard Poe .
    Car désormais 'on ne veut ni ne peu plus voir chacun avec ses lunettes noires à double focales munies désormais d'un écran pour n'apercevoir et croire que ce qui est indiqué sur cette platitude lumineuse comme une guirlande .

    Et ceci depuis les passages à tabac des clairs voyants dès leur enfance et durant toute la vie puisque ce genre de capacité doit être détruite par toute sorte de substances chimiques .

    Et les saints racontant leurs clairvoyances sont bons pour la lobotomie ou une autre voire l'HP à la mode soviétique . Puisque les blouses blanches ne partagent pas ces capacités qu'ils nient, il est plus facile de les effacer par les cachets et les injections.

    La santé peu à peu, la conscience puis le dernier reste de vie qui coûte trop cher ?

    A ce titre combien de couleurs doit-on ou peut-on distinguer , il semble que les daltoniens en séparent encore trop avec deux ou trois ou a-t'on vu 7 , quand d'autres époques ou régions du mondes enseignaient 4 voire 5 quand un clairvoyant en perçoit des millions rien que dans la bande spectrale sérieusement prolongée par d'autres sens internes .

    C'est le formatage qui forge la croyance ruinant ces capacités natives si gênantes pour les marchands et les myopes se plaçant à la tête des aveugles de leur avoir offert des lunettes noires pour leur vendre la maladie comme paradis et source de profit et de pouvoir .

    Le vampirisme institutionnel qu'on a nommé civilisation avec les chaines des religions et les prisons des temples extraits de leurs destinations primitives .

    Les héros de matrix tous devenus des smiths ...des aveuglés par leur loufiotes ?
    Bling , bling, On sait comme depuis les chandelles , captiver pour les brûler les mouches aussi bien que toutes les bestioles avec ces clignotements et des effets sonores et lumineux qui effacent l'aura et les autres sens de toute créature vivante . De nos jours on la préfère sous blister ou bien au congélateur ou mieux en banque sous forme d'écriture électronique virtuelle  ?

    Une mort parfaite puisque la modification d'un bit élémentaire suffit pour éradiquer n'importe quelle de ces entités vides !

    Les néons comme les derniers temples modernes ont été inventés pour faire lâcher la vitalité de la créature d'abord , la monnaie et la vie tout court peu à peu par substitution …on leur offre des virus couronnés, des PCR bidons pour croire les trouver et un dernier Bit virtuel entre deux injections pour les dépouiller de tout ce qui ne serait pas virtualisé .

    Pour cela il fallait que la créature aime l'argent plus que la vie, c'était fait et même le bling bling plus que l'argent ou presque avec l' illumination faussement parfaite donc aux ténèbres qui se sont fait loufiottes ppur tromper les plus sagaces , tant qu'ils le croient ?

    Puisque la vie est en soi un don sacré, s'effacera t'elle devant le chaos qui est devenu ces courants religieux dont on ne parle pas même dans les nouvelles mouvances devenues "magick" plutôt qu'enchanteresses, les wiccas ne suffisant plus à faire couler bien plus que de l'encre de clavier ...

    Bien d'autres thèmes Marie France .... La foi, plus on en glose moins elle est manifeste et comme cette vie qui émane de la nature seule , celle des vivants piliers ou le poète sans le savoir participe avec le seul temple, au fond de lui même en cultivant deux jardins et non un seul ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel