Science sans conscience...

Imprimer

"n'est que ruine de l'âme, disait Rabelais". Aujourd'hui on peut dire qu'elle est ruine de l'âme de l'art médical! Nous constatons actuellement à quel point la techno-science médicale dirige les systèmes sanitaires, tandis que les réactions au covid 19, avec tout ce qu'il suscite, révèlent combien cette techno-science se trouve limitée voire démunie sur divers plans. 

  • Comme le dit si bien le Pr Alexandra Henrion-Caude, "on ne raisonne plus d’une façon rationnelle face à un problème et on adopte la formule de la Silicon Valley qu’on appelle le solutionnisme technologique. Il en existe des livres : la technologie a la réponse à tout. On oublie que derrière la technologie, il y a des programmateurs qui, s’ils n’ont pas la réponse, le solutionnisme n’en aura pas non plus !

Cette déclaration exprime bien à quel point la raison animée n'a plus sa place. Ceux qui se cantonnent derrière cette technologie ne veulent pas voir que les programmateurs n'ont pas d'âme, autrement dit, qu'ils ne sont pas portés par un souffle créateur.

Il est effarant aussi de constater jusqu'à quel point les statistiques ont envahi la médecine conventionnelle. Evidemment, c'est une démarche très sécurisante puisque les chiffres sont bien définis et qu'on peut donc s'y accrocher. Toutefois, il est utile de remonter en amont de la statistique exposée pour découvrir quelles sont les données collectées et comment elles sont retenues, ce qui peut occasionner de sérieux biais. La distance d'avec le vivant est énorme puisque les données sont focalisées sur ce qui intéresse les chercheurs et mettent de côté beaucoup de paramètres importants qui agissent par leurs interrelations et interactions . De plus, les données présentées sont rendues compréhensibles par tous donc traitées, analysées  et interprétées. A quoi s'ajoute la composante théorique qui s'appuie sur la théorie des probabilités.

La statistique est utilisée pour prendre des décisions, comme si les êtres humains pouvaient être réduits à des ensemble de nombres. Il en va de même avec les modélisations comme celles de Neil Ferguson, professeur de l'Imperial College de Londres, titre lui donnant une sérieuse autorité, qui a passé outre le bon sens des médecins de terrain et a participé aux décisions de confinement généralisé. Evidemment, les calculs effectués, cantonnés à certains domaines, ne tenaient pas compte des suites sanitaires, sociales et économiques dont on ne peut pas encore tenir compte pour en calculer les  préjudices.

Actuellement, la technologie veut réduire l'intelligence humaine à une Intelligence Artificielle donc sans âme. De même on veut réduire la santé de l'ensemble des individus uniques à celle d'une masse d'êtres similaires nécessitant des mesures identiques.

Cette uniformité est désastreuse et coûte très cher. Plus  le confinement a été entier, plus il a fait de dégâts, faciles à voir si l'on considère les différences de mortalité entre les pays qui n'ont pas confiné et ceux qui l'ont imposé de façon drastique.

On a donné aux masques une place très rationnelle dans la mesure où il est facile de définir plusieurs paramètres très techniques, sans tenir compte qu'il n'est qu'un élément des paramètres de prévention dont certains auraient dû être beaucoup plus développés.

Les statistiques conduisent aux modélisations : " la modélisation des données est l'analyse et la conception de l'information contenue dans le système afin de représenter la structure de ces informations et de structurer le stockage et les traitements informatiques." (Wikipédia). Le raisonnement est ainsi poussé encore plus loin que les statistiques et la relation avec les micro-univers que sont les humains est encore moins considérée. Une virologiste l'exprime fermement : " On maintient une dictature sanitaire sur les résultats non évalués de modélisations mathématiques non évaluées et qui ne tiennent pas compte de l’évolution biologique".

Un autre écart entre la science pure et la conscience de la complexité d'un sujet se révèle dans la considération des vaccins. L'idée est séduisante : un vaccin = élimination du covid 19. Les politiciens misent dessus par pur calcul et pour donner de l'espoir aux foules, les économistes pour en faire de réels bénéfices. Qu'en est-il des chercheurs en proie avec la complexité du vivant? Le conseiller médical du gouvernement britannique a déclaré :  "Les vaccins sont recherchés pour toutes les formes de maladies infectieuses, mais nous ne les trouvons pas pour toutes". Un article présente rigoureusement le problème du miracle vaccinal. La conscience professionnelle qui l'anime nomme bien toutes les difficultés concrètes que rencontre la recherche d'un vaccin. Le fait que plus de 20 candidats sont en cours de développement montrent aussi que la cible n'est plus l'être humain mais un mini-organisme qu'on a l'illusion de vaincre par la science de laboratoire. Or, dans les grandes déclarations qui attendent le vaccin dans un beaucoup trop court laps de temps, il n'est pas présenté au public les dangers des vaccins élaborés à la hâte. Il nous est aussi bien expliqué : " Normalement, obtenir un vaccin efficace, non toxique et utilisable prend entre 15 et 20 ans." Il est ainsi regrettable qu'un vaccin, sous la pression de science sans conscience n'ait pas à subir la même rigueur que la mise sur le marché des médicaments.

Pour revenir au titre de mes propos, prenons le temps de nous arrêter sur la signification de la conscience. Une définition intéressante nous est donnée dans le site de psychologies.com: La conscience est la capacité de se percevoir, s'identifier, de penser et de se comporter de manière adaptée. Elle est ce que l'on sent et ce que l’on sait de soi, d’autrui et du monde. En ce sens, elle englobe l’appréhension subjective de nos expériences et la perception objective de la réalité.

Pour que la con-science soit avec la science, il est nécessaire de joindre les capacités perceptives et rationnelles humaines. Lorsque les scientifiques se limitent à leur pouvoir rationnel, ils se détachent passablement de leur nature perceptive sensible. D'où le fait que la science médicale peut se détacher de l'art médical.

La Pr et Dr Yvette Parès nous décrit très bien cette division qui s'est opérée en médecine et combien il serait bon de se réapproprier différentes thérapies qui permettent de faire les épousailles entre science et médecine. Ce médecin s'est exprimée à la suite d'une très grande expérience au Sénégal, parmi les lépreux.

En Europe, une médecine qui a l'expérience certaine de l'être humain dans sa globalité et dans son environnement existe depuis longtemps, sous des formes très variées qui touchent différentes dimensions de l'être humain. Elle peut ouvrir des voies de soins pour des patients et s'avère spécialement intéressante dans les pathologies où la médecine conventionnelle n'a pas de solution curative comme dans les cas qui se sont chronicisés. Comme la médecine précoce n'est pas reconnue dans la médecine conventionnelle courante, étant confondue avec la médecine préventive, on attend pour agir que les malades se chronicisent, autrement dit que leurs troubles s'inscrivent dans leurs organes.

D'autre part, lorsqu'il survient un virus inconnu, je vise bien sûr le covid 19, la technoscience médicale n'a pas de molécule à proposer et pourtant, elle veut appliquer ses normes.  Ainsi, face à un malade du coronavirus, elle ne sait que viser l'organisme pathologique au lieu détecter les failles du terrain qui l'accueille, par exemple le terrain acido-basique, le manque de nutriments ou les faiblesses de certains organes. Autrement dit, ce serait aussi l'occasion d'être humbles et de s'intéresser aux autres médecines qui ont des modes d'approche franchement différents donc des moyens qui peuvent s'avérer utiles. Cela serait autrement plus intéressant que de perdre un temps fou et ses forces vives à critiquer le Pr Raoult!

S'intéresser à d'autres médecines, c'est aussi s'intéresser aux nouveaux moyens découverts. Quand on pense aux bonds effectués par la physique quantique, il est regrettable que les facultés ne s'y intéressent pas plus alors que les malades sont nombreux dans les services hospitaliers et ont besoin de soins efficaces dans l'immédiat. La science sans conscience veut des études en double aveugle alors que les malades sont à soigner ici et maintenant et non à être utilisés pour des études de médicaments à tester...

Bien qu'elle soit traitée de pseudo-médecine par ceux qui n'ont pas pris le temps et la curiosité de s'en approcher, la médecine quantique mérite d'être étudiée. La biorésonance est déjà bien représentée dans différents lieux. Elle propose une analyse du champ corporel ondulatoire qui peut montrer les distorsions et les blocages qui correspondent à certains organes ou pathologies. Une fois les failles diagnostiquées , divers moyens envoient l'information nécessaire pour rétablir une communication vibratoie correcte dans le corps. Comme différents appareils sont développés à plusieurs endroits, ils ont chacun leurs particularités.                         La formation en biorésonance  montre bien sur quelles disciplines les thérapies quantiques s'appuient.

Rappelons-nous que si Rabelais détient l'autorité de s'exprimer à travers les siècles, c'est qu'il fut médecin dans une période où on y valorisait l'expérience. Et, comme dans notre période, se jouait également un renouvellement de la médecine!

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Le fameux savant, vient hélas de commettre une faute lourde et terrible de sens , en affirmant l'origine naturelle du Sars cov 19 dit " covid 19 " quand Le professeur Luc Montagnier avec un ami mathématicien ont fait pourtant l'expertise formelle du génome de cette chimère génétique, de ce monstre manipulé en labo (en X versions déjà ), copie ratée qui ne semble pas tuer assez sélectivement et efficacement des variétés de l'espèce humaine. Tout ça pour prétendument contrer une vérité qui dérange une clique de profiteurs de la bêtise en faisant accuser tel état au lieu de mettre en cause les monstres qui les manipulent à grande échelle à tous les niveaux .
    NON , Il ne s'agit PAS pour autant d'une accusation à la mode contre la Chine des Chinois ni de tel état ou tel autre ! mais contre l'état profond/mafieux , ce qui signifie la corruption du haut en bas et que les complices veulent faire oublier a tous le étages de leur propagandistes PAYES à cet effet

    Et quand ceux-là invoquent tel "thé au riz en confiote" pour DISCREDITER toute réflexion, c'est trop pratique et ce procédé sordide , désigne de fait TOUS ceux qui invoquent cette classification comme COMPLICES de ces magouilles même pas nouvelles , sauf qu'elle atteint désormais le titre de complicité de génocide et de bio terrorisme . Qui veut prendre ce risque ?


    Si on regarde la vidéo , Luc Montagnier n'a accusé personne dans son interview. Il affirme sur la base d' OBSERVATIONS et non de la propagande que le sars cov dit COVID 19 contient des séquences qui n'ont pas pu se greffer toutes seules , notamment un certain nombre de celles du HIV qu'il a lui même caractérisées ....Et il faut mentir en affirmant que telle séquence dans 200 pages a pu être le fruit du hasard le moindre mathématicien comme l'ami du Pr Montagnier était là pour répondre , comme le ferait n'importe quel étudiant en algèbre combinatoire. Essayez de trouver ce commentaire ailleurs que sur ce site , c'est la même chose !!!!

    et ceux qui font semblant en affirmant qu'effectivement on peut trouver le mot " commentaire " un peu partout ..

    de la désinformation et complicité de crime contre l'humanité à ce stade !

    Montagnier s'il n'accuse pas ne cherche pas à plaire et évoque des doutes ou d'une mauvaise manipulation ou de fuite.


    Par contre quand on fabrique des OGM, qu'on fait de l'argent avec pour des vaccins avec additifs , qu'on paye des trollsl c'est impossible de ne pas faire le lien à en devenir COMPLICE SOI MEME ?

    Que tout ce petit monde incompétent ou pourri peut et Devrait refaire et vérifier !!! sur la base des séquençages qui sont en ligne pour qui veut prendre la peine de chercher. Les séquences de nucléotides par exemple d'un retro virus HIVs sont déposées pour protéger les produits si peu fiables des divers tests comme les PCR dans les textes des BREVETS , la séquence d'un des covid de labo a été déposée à fin de protection d'une CREATION INDUSTRIELLE et ceux qui nient se font les COMPLICES d'un déni devant les FAITS aggravés de terrorisme a plusieurs niveaux . ou comment couper la branche sur laquelle on s'égosille en coeur en préférant la savonnette , moins pire que la crasse je vous l'accorde !


    https://patents.google.com/patent/EP1694829B1/fr
    et donc ....
    https://www.afrik.com/didier-raoult-sauve-la-chine-le-coronavirus-n-a-pas-ete-cree-en-laboratoire

    et contrer des révélations qui gênent tant de malfaisance faite par Luc Montagnier
    https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

    l'affaire de la Quinine , c'est le comble du déni encore et encore
    l'affaire de la prétention de chaque époque digne du retour des nazis mélangé à l'inquisition stalinienne ou médievale plaidée par ses agents d'influence presse citron ?

    Quand on ne comprend pas la nature ne ferait-on pas mieux de l'étudier en la respectant ? Non c'est pas assez juteux le mensonge rapporte plus depuis des éons à cette espèce dont c'est presque la caractéristique UNIQUE ?
    De fait comme pour la banale aspirine copiée de la nature aussi , le mécanisme de l'activité du coeur de cette molécule reste incomprise issue des connaissances précolombiennes et donc de ces mystères de la nature et non de ces spéculations vaniteuses de prélats qui croient sur quelques rouages discerner la vie qui se gausse d'eux.

    Et patenter quelques procédés aussi certains que couper peu à peu les pattes d'un scolopendre et. à la dernière coupée , déclarer pompeusement qu'on sait comment la pauvre bête ( laquelle ?) marche sur ses centaines de pattes.

    De la recherche vraiment tout ça ? une caricature aux investissements si astronomiques qu'utilisés autrement la maladie et la misère seraient des lointains souvenirs mais hélas la caillasse et la turlute sont complices ...

    Va t'on enfin apprendre a faire preuve de discernement plutôt que de suivre aveuglément celui qui cause le plus fort dans l'art de dire tout et son contraire pour se faire valoir ?

    Les recherches faites sur l'action de X substances NATURELLES n'ont été faites dans AUCUN labo de par ici mais dans notamment en Chine en Inde ou ailleurs mais sans jamais qu'on cite ceux qui font ces recherches .

    Puisque les têtes de gondoles sont sans cesse là ou elles font la promo d'une fausse controverse .

    Quand la nouvelle version suivant la série ratée des HxNy comme le H1Na suivie des autres qui font l'objet du vaccin dit saisonnier, il y aura nécessairement des SARS COVID 20 , 21 ou toute autre appellations cataloguées par LES LABOS QUI LES TRIFOUILLENT sans cesse pour faire de l'ARGENT et TUER peu à peu !

    Par contre combien de checheurs se penchent sur les DERNIERES RESSOURCES comme la quinine dans sa forme naturelle ou dans le cas du H1N1 un dérivé comme le TAMIFLU d'un extrait de la Badiane de chine ?

    Quand les plantes sauvages disparaissent et aussi ce formidable arsenal de l'évolution dans les insectes avec 300 millions d'années d'avance en ce domaine et d'autres arthropodes , et tout ce que l'évolution a sans cesse combiné et prévu ?

    Que fait-on? On intoxique, on souille sans cesse la nature et même l'opinion bien savonnée au savon de toutes origines; celui de Marseille a le mérite d'être déjà connu pour son efficacité pour décrasser , Cela n'en fait pas une panacée universelle ? ou bien qui veut mettre un savon dans son oratoire et des cierges autour en priant cette nouvelle sainteté en vue des prochaines élections ?

  • Merci, Médéric, de nous transmettre avec tant de ferveur plusieurs illustrations de la science actuelle et de tant de "traductions" par diverses consciences!

  • Sans cesse du nouveau dans les nouvelles scientifiques avec l'affaire du journal The Lancet qui a donc été le point de départ de décisions toujours dans le même sens ...
    Ce qui est agaçant, c'est la focalisation sur des aspects contradictoires menant à l'anti-science sur le fait de bien des observations tellement incertaines chez les plus soucieux de la qualité de la démarche , de ces observations réplicables avant toute déclaration . Autrement dit une attitude de neutralité et de probité d'observateur très difficile à atteindre pour ne pas affecter ou au moins préciser l'influence de l'observation elle même et ou du biais des paréidolies
    Comme c'était une grande réussite d'avoir paré l'invisible virus d'une couronne qui en temoigne puisque qui peut prétendre avoir vu quoi de telles entités tels mécanismes ....

    Dans le même temps presque toutes les tribus opposées pour le spectacle qui s'affrontent pour faire manger des pommes de terre de Parmentier comme l'histpire l'a montré soit en les interdisant ou le contraire veut faire oublier les faits comme toujours , ou tout au moins de quelques travaux qui démontrent que le sars Cov est bien né dans un labo mais s'explique avec ce qu'on peut appeler de la prudence :

    Et n'est ce pas cela qui est le plus important dans les conséquences à en tirer pour SA propre sauvegarde vis à vis de ce qui n'est PAS venu par hasard donc PAS de la nature et donc pas sans arrêt contre elle, ce qui signifie rien moins que le suicide de cette espèce si en plusieurs points on continue à ne pas enrayer le pire fléau qui ne sont pas les virus mais ceux qui les manipulent à grande échelle et les laissent s'évader en accusant des pangolins, des chauves souris mais pas des drôles de zèbres échappés d'un asile ?

    Peut être une espèce nouvelle , ou variété en blouse de couleur et munie d'un respirateur durant le jour , une valisette avec une fiole contre une liasse comme dans les BDs dans la vie "normale " chez passe partout de la conformité obligatoire ?

    La science conscience peut-elle survivre comme le pangolin ou la chauve souris aussi menacées - dans un monde de floutage, le comble pour tout passionné de l'image et de comment la modifier sans qu'on le voie et de rendre le tout crédible en vue de rassurer ou de faire vivre dans une peur panique totale.

    L'homme nouveau ou de cet avenir en suppositoire pucé de partout serait il devenu si lâche , et les barrières interespèces si inexistantes ?

    On sait casser une membrane cellulaire avec des micro-ondes comme les fours à cet effet ou la gamme des appareils radars ou des instruments connectés à très haute densité par besoin de plus de puissance ou de bande passante en Tera-Octets secondes qui ne décrivent qu'assez incomplètement toute image en très haute définition et en surface seulement .

    La high tech est très gourmande mais l'entendement bien moins ? Qui peut passer d'une discipline à une autre , comme chaque forme de vie a dû le plus souvent acquérir quelques spécificités .

    Je laisse quelques uns des lecteurs les plus capables de comprendre un peu de jargon très spécialisé dans ce qui suit , résultat d'une autre étude publiée ici
    https://www.virology.ws/2020/02/13/furin-cleavage-site-in-the-sars-cov-2-coronavirus-glycoprotein/

    et dont voici une traduction imparfaite en langue de Molière

    La furine du point de clivage dans le SARS-CoV-2 glycoprotéine du coronavirus
    13 FÉVRIER 2020 - dans le sens traduit - de Spike - site ou point de coupure d'une séquence protéique .

    Le coronavirus Spike ou pic de clivage de la glycoprotéine de la dernière version du SRAS-CoV-2 contient donc un site potentiel de clivage pour les furines protéases. Ce constat a des implications pour l'origine zoonotique '(ou non ) du virus et sa propagation épidémique en Chine.

    La membrane de coronavirus abrite un trimère transmembranaire de pic (S) de la glycoprotéine (en photo) qui est essentielle pour l'entrée de particules du virus dans la cellule. La protéine S contient deux domaines fonctionnels: un domaine de liaison récepteur, et un deuxième domaine qui contient des séquences qui interviennent dans la fusion de la charge virale et la membrane cellulaire. Les S de la glycoprotéine doit être clivée par des protéases cellulaires pour permettre l'exposition de la fusion des séquences et par conséquent est nécessaire pour l'entrée de la cellule.

    La nature de la cellule de la protéase qui clive la S glycoprotéine varie selon le coronavirus. Le MERS-CoV S glycoprotéine contient un site de clivage à furine et est probablement traitée par ces protéases intracellulaires lors de la sortie de la cellule. Les particules virales sont donc prêtes pour l'entrée dans la cellule d'à côté. En revanche, la S du SRAS-CoV glycoprotéine est clivé lors de la libération du virus à partir de cellules; il est probable clivé lors de l'entrée du virus dans une cellule.

    Le clivage protéolytique de la S de la glycoprotéine peut déterminer si le virus est capable de traverser la barrière des espèces, par exemple, de chauves-souris à l'homme.

    Par exemple, le S de la glycoprotéine d'un MERS-comme les CoV de Ougandaise les chauves-souris peuvent se lier à des cellules humaines, mais ne peuvent permettre la médiation de l'entrée du virus. Toutefois, si la protéase de la trypsine est incluse au cours de l'infection, le S de la glycoprotéine est clivé et l'entrée du virus a lieu.

    Cette observation montre que le clivage de la S glycoprotéine est une barrière à la zoonotique transmission coronavirus.

    NLD: , la nature a prévu cette barrière et donc seule une manip de labo a pu faire. ce qui confirme qu'on a pu observer d'autres implants qu'on peut recenser notamment un bout de HIV qui n'est pas tombé du ciel dans le RNA ?

    L'examen de la séquence de la protéine de la de la glycoprotéine S du SRAS-CoV-2 révèle la présence d'une furine séquence de clivage (PRRARS|V). La Cov avec la plus grande homologie de séquence nucléotidique, isolé à partir d'une chauve-souris dans le Yunnan en 2013 (RaTG-13), n'a pas la furine séquence de clivage. Parce que les furines protéases sont abondantes dans les voies respiratoires, il est possible que le SRAS-CoV-2 S glycoprotéine est clivé lors de la sortie à partir de cellules épithéliales et, par conséquent, peuvent efficacement infecter d'autres cellules. En revanche, la souche de CoV RaTG-13 n'ont pas de furine point de clivage.

    Si oui ou non la furine point de clivage de la glycoprotéine du SRAS-CoV-2 est en fait clivé reste à être déterminée. En attendant, il est possible que l'insertion d'une furine site de clivage a permis un acquis pour le CoV d' acquérir la capacité à infecter les humains.


    La furine site de clivage pourrait avoir été acquise par recombinaison avec un autre virus .

    les molécules "Furines" sont également connues pour contrôler l'infection par la grippe aviaire virus, dans lequel le clivage de l'HA de la glycoprotéine est nécessaire pour l'entrée dans la cellule. Faiblement pathogène du virus de la grippe aviaire en contenir qu'une seule des acides aminés basiques sur le site de clivage de la protéine HA qui est clivée par des protéases qui sont limitées pour les voies respiratoires. L'Insertion d'une furine site de clivage dans les HA de la grippe aviaire H5N1 hautement pathogène virus conduit à la réplication dans de multiples tissus et plus de pathogénicité, en raison de la distribution de furines dans de nombreux tissus.

    L'Acquisition de la furine site de clivage peut être considérée comme un "gain de fonction" qui a permis à une chauve-souris CoV à sauter dans l'homme et de commencer son actuelle épidémie de se propager....

    nldr2 : c'est plus facile de ne pas lire ou de ne pas savoir ou de ne pas chercher à comprendre cette évidence assez gravissime avec des observations qui vont dans le même sens c'est à dire de la Manipulation ou de jouer à pire qu'apprenti sorcier .

    Quand on refuse de mettre en doute la blouse et qu'on préfère accuser un pangolin, c'est la science qui montre qu'on l'a enterrée avec les anciens durant le confinement avec la piqure d'une mort douce .

    Il faudrait en revenir pour affirmer qu'on meurt doucement , ou alors c'est qu'on a cessé de se poser les bonnes questions ?

    Pire qu'une question de conscience puisqu'elle n'est plus qu'un sens en voie d'extinction chez cette branche d'hominidé tué par les virus qu'ils préfabriquent en plus du reste ?

  • C'est concevable que la plupart ont des grandes difficultés à comprendre l'article dont j'ai sommairement traduit le contenu - qui fait appel à des connaissances assez poussées en Biologie , Virologie , chimie mais aussi dans les commentaires qui le suivent en Botanique , pharmacie ...
    Alors à propos toujours de la science sans conscience, j'ai été moi aussi chargé de recherche dans ma vie pour constater l'état que j'essaie de décrire puisque j'en ai fait les frais ...Au lieu de m'appesantir sur l'échec à mon niveau personnel d'avoir investi autant d'effort pour faire le seul profit des intrications de ceux qui m'avais demandé de faire ces recherches pour finalement quasiment les enterrer à moins de les republier probablement au nom de quelqu'un d'autre - un grand classique , j'ai donc ouvert mon champ d'exploration bien plus largement, acceptant ainsi l'état de paria.

    Luc montagnier comme bien d'autres en font les frais dans cet Occident qui non seulement se meurt au niveau de maintes confusions entretenues par ceux qui exploitent un certain niveau très relatif de compréhension qui requiert un investissement intérieur colossal assorti mise a l'écart voire pire, par ici du moins

    D'autre part, tellement de gens glosent et dégoisent sur ce sujet viral ( comme sur d'autres , le climat ....) sans avoir pris la peine manifestement d'aborder l'état de l'art et de considérer la portée du contenu pour essayer de le valider éventuellement ?
    Ensuite le plus grave ceux la décident et censure en plus tous autant qu'ils sont et se permettent de faire le tri ?

    C'est déjà une censure dans l'acquisition d'une étincelle pour le chercheur et toujours incertaine et relative , personne ne dit cela-

    Comme sur la maladie alors qu'il y a d'abord des malades et non une corrélation exacte avec des symptômes comme on veut le faire croire et pire en inventant, ou plus souvent copiant, des substances actives.

    Sans le plus souvent comprendre les interaction dans l'extrême intrication du métabolisme qui dépasse l'entendement en réalité - ceci comme du moindre phénomène ne donnant qu'une tentative bien fragile en réalité.

    Tous les plus grands chercheurs l'ont constaté alors que les vulgarisateurs ou prétendus spécialistes font l'inverse : ils affirment sans cesse et imposent une lecture

    Alors en lisant les commentaires de l'article en virologie , tout le monde qui n'est pas réduit à ces petits mondes étriqués et certains connaissent le sujet et les difficultés du travail de labo sur ces mécanismes comme celui qui a été ajouté au SARS COV pour le rendre bien plus pathogène en transgressant la barrière des espèces manifestement.

    D'autre part, de ces commentateurs chercheurs ont donné des pistes non exhaustives de diverses molécules dans des plantes diverses pour contrer ce mécanisme d'infection : d'autres médicaments naturels dans un premier temps.

    En gardant à l'esprit que toute plante au cours de son évolution secrète des substances comme défense mais pas une seule mais un mélange très complexe dont l'extraction sélective ne donnera jamais le même résultat .
    De plus, les molécules copiées et de synthèse ne peuvent généralement pas être totalement copiées même pour celles assez simples comme la quinine malgré les travaux d'un prix nobel à cet égard .

    Ce qu'on peut souhaiter c'est que quelques personnes indépendantes puissent comprendre au moins le sens des commentaires sur ces substances et leur origine naturelle sans les monétiser et en perdant finalement l'essentiel le plus souvent !

    Et les petites observations n'en fait pas une liste exhaustive mais quelques observations concernant ce mécanisme d'attaque et donc de défense comme si la nature s'etait contenté d'une seule approche ?

    Ceci est un message à plusieurs volets , préserver la nature pour se préserver de la folie furieuse de cette cohorte qui croit faire de la science tout en la détruisant comme la Vie toute entière et même dans tout un chacun et quant à ceux qui démolissent toute autre approche que celle des consensus qu'ils se posent la question si ce n'est pas la meilleure manière d'abréger leur jours quand la prochaine version de tel virus ou autre les atteindra sous une forme leur laissant peu a peu moins d'espoir de survie ?

    Ceci au lieu de considérer avec respect ce qui la maintient comme dans les plantes naturelles , comme dans l'immunité naturelle de la créature ?

    Peu de personne ont compris que la forme actuelle du sars cov actuelle n'est pas totalement efficace car elle ne tue pas assez selon les prévision annoncées, mais c'est assez bien pensé par les petits ajouts de la conception malfaisante;
    est-ce prévu comme cela ?
    - tromper les barrières de la résistance immunitaire puisque c'est des virus inhabituels non actifs auparavant chez les hominidés.

    D'autre part détruire d'un manière insidieuse ces défenses d'une manière lente et conçue pour être irréversible , avec notamment une séquence du HIV ...

    Mais ceci ne tient pas compte du génie de la vie que ceux qui prennent la peine d'étudier un peu plus en profondeur peuvent encore trouver çà et là et même dans le jardin dans les parties qu'ils laissent intactes à l'image des qualités en réalite de leur être qu'ils détruisent aussi par leur absence de précaution.

    Merci Marie France de m'avoir laissé exprimé ces quelques observations et à un autre jour peut-être ?

  • Bonjour, merci pour votre article
    Je ressens cet esprit dans ces quelques phrases de Rudolf Steiner, dans le livre « Agriculture : Fondements spirituels de la méthode bio-dynamique » à la 3è conférence. Il nous dit :
    … « Car le chimiste d’aujourd’hui ne sait pas grand-chose de ces corps. Il sait quel est leur aspect extérieur, lorsqu’il les a dans son laboratoire, mais il ignore absolument tout de la signification profonde de ces corps dans l’ensemble des activités universelles. Et la chimie d’aujourd’hui ne nous apprend guère plus sur ce corps que ne nous en apprend sur une personne la silhouette qu’on a croisé dans la rue, qu’on a prise en photo et qu’on se rappelle en s’aidant de la photo. Car la science ne fait pas beaucoup plus que photographier ces corps – dont il faut pourtant connaître la nature profonde - et ce qu’en disent les livres, la façon dont en parle dans nos cours, n’a guère plus de contenu qu’un photographie, assurément. »
    Ne pas matérialiser les consciences universelles au travers de technologies sans conscience et sciences de la mécanique répétitive.
    Merci.

  • Merci beaucoup, Daniel Demierre, pour cette citation très explicite et qui incite bien à chercher les couches plus profondes qui se cachent derrière la plus superficielle, que ce soit en médecine, en agriculture, en psychologie etc.
    Du reste, à l'origine nous somme bien issus de trois feuillets, l'endoderme, le mésoderme et l'ectoderme, chacun ayant un rôle et des fonctions très distinctes. Plus on les comprend, plus on peut saisir le sens d'une maladie.

  • Merci Madame de votre réponse.
    Si l’on parle de con-science, de science, il faut bien admettre que l’on doit également parler de la connaissance. Vous me dites : « ... à l'origine nous sommes bien issus de trois feuillets, l'endoderme, le mésoderme et l'ectoderme, chacun ayant un rôle et des fonctions très distinctes. Plus on les comprend, plus on peut saisir le sens d'une maladie » ; des connaissance très scientifiques. Pour ma part, je n’ai pas cette connaissance, on a pas investi sur ma personne afin que j’y parvienne. Ma connaissance est basée sur le «être », sur le « vivre » ; sur la vie. Le monde de la science la qualifierait « d’empirique ». Or, précisément, la science s’est approprié la vie et la vie est en train de mourir. La science s’est appropriée les éléments de la nature représentés par le tableau périodique des éléments. Quel élément de ce tableau n’est pas surexploité en raison des connaissances accumulées et dont sont nés des monstres technologiques ? Ainsi, avec la science, et à partir de ces matériaux , nous pouvons recréer un œuf ou de l’oeuf ; la matière. Elle en aura l’apparence : Le blanc de l’oeuf, le jaune de l’oeuf. Elle aura l’odeur, le goût de l’oeuf, le poids de l’oeuf. En tous points ressemblant à l’oeuf, mais il lui manquera une chose : la vie ! On ne sait pas recréer la vie. Et c’est bien là que les problèmes vont croissants et montrent nos limites : Nous avons donné le mouvement à la matière : moteurs, réacteurs, ordinateurs, etc. Mais nous ne savons pas donner la vie autrement qu’en faisant comme la vie nous a fait. Alors, nous donnons vie à la matière et la matière s’active, se met en mouvement, devient intelligente. Nous sommes passés du bronze au fer et à l’or, puis, plus tard, à la silice. Selon l’être humain, il serait capable de donner une vie intelligente à la matière. Ne nous dit-on pas : un véhicule intelligent, un missile intelligent, une bombe intelligente ? Les mécanismes industriels donnent l’illusion de la vie à la matière. Dès lors, la vie et la matière s’opposent et la vie entre en concurrence avec la matière. c’est ainsi que la matière tue la vie pour prendre sa place et la vie disparaît. N’est-ce pas comme ça ? Faut-il tuer la vie pour que nous puissions vivre dans le monde de l’illusion? Est-ce que cela ne pose pas de nombreux problèmes à la santé ? Et pour moi cette phrase prend une grande signification dans ma conscience: « Tu ne mangeras pas du fruit de la connaissance... », car la connaissance est universelle et n’appartient à personne.
    Merci et a bientôt
    Daniel Demierre

  • Merci beaucoup, Daniel Demierre, pour le soin mis à élaborer votre commentaire.
    Vous soulevez un point hyper-important : "Les mécanismes industriels donnent l’illusion de la vie à la matière. Dès lors, la vie et la matière s’opposent et la vie entre en concurrence avec la matière".
    C'est un des drames actuels : là où l'activité humaine manifestait la vie et les échanges entre les êtres humains , maintenant une minorité très agissante veut nous diriger selon la matière, c'est-à-dire les billets de banque.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel