Synthèse de la médecine ou médecine analytique?

Imprimer

Le royaume du virus couronné met en évidence différentes impulsions de la médecine actuelle déjà animée par de multiples dynamiques techno-scientifiques et qui subit en plus d'énormes influences si ce n'est impositions par des courants économico-politiques, variables selon les états.

J'aime aborder l'étymologie des mots qui, en plus de nous permettre d'en capter le concept, nous en offre le corps-énergie, terme dont le sens est à distinguer des corps d'énergie. Il est l'ensemble que représente un objet vivant. Par exemple, chacun sait ce qu'est un arbre. Lorsque nous en captons le corps-énergie, nous constatons bien qu'il n'émane pas du tout la même chose selon qu'il s'agit d'un mélèze ou d'un pommier! En fait, il en va de même pour un être humain : si nous parlons d'un homme ou d'une femme, c'est un concept qui a certes une riche signification mais cela ne dit rien de l'être qui l'anime tant avec son système sensible qu'avec ses systèmes moteur et rationnel.

En partant de ce préambule, nous pouvons aborder les multiples dimensions de la médecine qui ont donné lieu à différents courants de la médecine. A quoi s'ajoute encore le fait bien connu "autant d'hommes, autant d'avis", autrement dit, autant de patients, autant de médecines, principe qui doit encore tenir compte du médecin qui sommeille en chacun de nous!

Analyser, c'est décomposer, considérer un morceau pour lui-même. Or, nous connaissons tous les puzzles qui sont un exemple type que chaque pièce a une valeur mais le puzzle n'a de sens que quand il est entier.

La synthèse, c'est la résultante de la démarche par laquelle on considère l'ensemble d'un complexe, ou l'on cherche ce qui relie les éléments au tout, où l'on considère la relation entre les causes et les effets.

Nous constatons que la médecine actuelle cherche plutôt à cerner un problème pour le "confiner" à un diagnostic bien précis que l'on peut gérer avec des moyens les plus simplifiés possible. Ainsi, les industries pharmaceutiques ont pu prendre un essor pharamineux parce qu'elles ont suivi le mouvement tant qu'elles étaient soutenues par une démarche techno-scientifque. Logiques avec elles-mêmes, elles évoluent selon les appuis qu'elles reçoivent par les courants évolutifs. Ainsi, on passe de la molécule médicamenteuse au vaccin. Si elles n'étaient pas "nourries" par toute une mentalité médicale qui façonne la population selon ses convictions, les pharmas n'auraient pas l'emprise qu'elles prennent confortablement.

Puissons-nous saisir la leçon que veut nous donner la présence du coronavirus et son impact sur nos vies, en prenant connaissance (con-naître = naître avec) des conditions que nous avons créées dans notre organisme pour lui offrir un nid pour sa croissance?

Commentaires

  • Quelle synthèse? A part se reporter sur des analyses résultant de procédures " traitées IA" (intelligence artificielle), les potentielles proies lambdas de ce virus, que nous sommes, s'en voient incapables.

    A ce stade, me contente de faire l'inventaire des capacités, aussi inouïes qu'insoupçonnables, des attaques que ce mini organisme est capable de faire sur nos organes - circuit neuronal inclus (à quand des résultats prouvant des modifications de notre patrimoine génétique?),

    et de faire la liste de ce qu'il reste de nos capacités de défenses immunitaires
    - à la louche,
    (et j'ai étudié Rudolph Steiner, & ses amis &/ou héritiers posant les bases denombre de nos pédagogies)

    - Trop de réduction de variétés dans nos agrocultures, conduisant à des monocultrues et à nos mono-modes alimentaires, tue la richesse de nos microbiotes, et de là, les capacités réactives en auto-défenses de nos systèmes corporels

    - Trop d'hygiène aseptisante en notre monde d'occidentaux organisés, tue les capacités de constructions en défenses immunitaires (je jardine sans gants etc)

    - Trop de recours médicamenteux pour le moindre souci, conduit à trop d'absorbtion de nouvelles molécules chimiques produites par nos pharmas, dont celles ayant pour seul but celui de jouer le rôle de capteur-porteur pénétrant au sein de nos organes, quitte à traverser toutes barrières naturelles défensives de l'organisme.

    Que les experts ne cherchent pas à me tuer: je ne prétends rien mais profite du sujet pour exprimer ce que nombre de gens font, et ce ne sont que quelques pistes, qui m'ont fait rejeter toute prise de pilules contraceptives (m'a conduit à thromboses, à GEU & trompe explosée, puis AVC etc), de tout médoc, pour me soigner en ne comptant que sur ma propre gestion dont alimentaire, avec recours aux basic offert par des plantes.

    .

  • Stratégies de comm utilisées par nos pouvoirs politiques en guise de réelle gestion de la pandémie, "Ainsi, on passe de la molécule médicamenteuse au vaccin"

    Qui, à part les communiquant de nos politiques, se plait à croire à l'avenue d'un vaccin contre ce CoVid-19 d'ici 2021?

    RAPPEL des antécédents
    Années 1980 -- à ce jour. VIH . Aucun vaccin découvert contre le HIV, seuls des traitements mixtes mis au point.

    2003 - à ce jour. SRAS, SARS. Aucun vaccin.

    2019. Covid-19
    Selon experts, ce CoV-2 est composé d'un nombre de clés ADN des précédents.

    Mes sources. Ai facilement trouvé nombre de vidéos d'experts dans le monde, en microbiologie nucléaire, en radiologie nucléaire, en réanimation etc. Tout intéressé parlant couramment anglais peut en faire autant.

    NB. Ai pris connaissance d'une alerte à pandémie en Chine dès les premiers jrs de janvier, par vidéo issue de Taiwan.

  • Divergente, vos propos me semblent être une analyse des différents facteurs et paramètres qui nous ont amenés à la situation actuelle tant sanitaire (épidémie) que sociale (confinement) à partir de l'observatoire d'où vous vous placez.
    Vous évoquez : "les potentielles proies lambdas de ce virus, que nous sommes, s'en voient incapables. ". Effectivement, si vous nous comparez à des proies lambda, on ne peut pas grand-chose et les médias participent à la création de ce sentiment d'impuissance en évoquant des morts de part le monde. Ce n'est pas parce que la population semblent sous le joug qu'il n'y a rien à faire. Chaque individu est bien plus puissant qu'un virus microscopique. Encore faut-il qu'il se connecte à ses potentiels au lieu de subir ce que la société lui propose sous toutes les formes possibles, pourvu qu'il joue le jeu de ceux qui dirigent l'économie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel