"Le travail c'est la santé!"

Imprimer

 Nous connaissons tous cette chanson d'Henri Salvador. "Le travail c'est la santé, rien faire c'est la conserver". Serait-ce là que les gouvernements veulent nous amener avec leurs mesures de confinement imposées?

 

 

Je me souviens de petits malins en voie de rupture qui disaient : "Si le travail c'est la santé, laissons-le aux malades!". C'est vrai que les malades ont fort à faire pour retrouver le chemin de la santé et en même temps une partie de la population qui les y aide et a de quoi en tomber malade. 

En revanche, tous les autres profèrent-ils comme dans la suite de la chanson: "Le travail me court après, il est pas prêt de me rattraper."? Pour certains, c'est évidemment un moment pour se détendre mais pour beaucoup d'autres, il leur manque leurs occupations professionnelles pour se maintenir en forme. Pour d'autres encore, il s'agit d'une profonde frustration de ne pas pouvoir oeuvrer comme ils en éprouvent le désir profond, désir qui est un paramètre important de gage de santé.

En outre, certains ressentent même que les arguments avancés ne couvrent pas l'amplitude de l'objet présenté, présentent une certaine inefficacité et courent à des catastrophes financières dans plusieurs domaines. Ils ne sont pas dupes que les milliards de francs ou d'euros que les gouvernements disent engager vont avoir de lourdes conséquences fort susceptibles de retomber sur chaque habitant-e.

Par conséquent, une telle soumission peut susciter des révoltes dans plusieurs milieux et de la violence dans des couples confinés, avec maltraitance envers les enfants. De la sorte, en voulant éviter le virus, on crée d'autres pathologies...  De plus, le côté soudain peut précipiter des crises conjugales vers le divorce.

La santé psychique peut être menacée selon les fragilités des individus, "avec notamment un risque accru d’addictions, que ce soit une consommation de substances (tabac, alcool, cannabis, etc.) ou des comportements addictifs (jeux, alimentation, etc)"

Savoir vivre en confinement est tout un apprentissage! Ainsi certains professionnels ont dû l'entreprendre et peuvent nous conseiller : les astronautes, les sous-mariniers et les parachutistes.

Le confinement conduit même la nature à être confinée! "Légumes en rade faute de saisonniers"

Le confinement peut empêcher aussi la pratique de soins en vue d'une réhabilitation quand il y a fermeture de cabinets thérapeutiques, cause d'aggravation de certains cas puisque "qui n'avance pas recule"

A un autre niveau, des oeuvres nécessaires à l'évolution de notre monde peuvent être freinées et avoir de lourdes conséquences. On apprend ainsi que "Le chantier phare de la Genève internationale est à l'arrêt pour plusieurs semaines. Le calendrier ne pourra pas être tenu"- Bien sûr, il y aura des coûts supplémentaires mais on ne dit rien des investissements ou des subventions qui seront supprimées pour compenser les pertes; en outre, la conséquence plus humaine au niveau des activités du Palais des Nations est difficile à calculer dans le moment présent et ne se dévoilera que petit à petit.

Nous traversons une période équivalente aux marins d'autrefois qui savaient que "la nécessité est la mère de toutes les inventions". Ainsi, un article très édifiants nous montrent  que "des Romands confinés ne manquent pas d'idées."

Le confinement est une mesure en soi. L'important, c'est ce que les gens en font, à commencer par ceux qui la conçoivent puis ceux qui la dirigent ou la surveillent et enfin ceux qui la subissent. Chacun en retire des expériences de vie selon sa maturation personnelle, ses aspirations profondes et ses potentiels. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Merci pour votre article
    Vous y parler des nombreuses initiatives originales des romands.
    Question initiatives originales, la confédération non-plus n’est pas en reste : Comme on jette du pain aux canards boiteux, ils vident les caisses du peuple pour donner à l’économie: des personnes morales... Est-ce que les personnes morales on les même symptômes et besoins que les personnes physiques face à cette maladie ? Il semble en tous cas qu’il vont nous coûter cher.

    Les locataires qui seront en retard pour payer leur loyer ont un délais plus long pous s’exécuter ; mais seulement pour les surfaces commerciales…. Par contre, en opposé, pour les locataires de chambres meublées, c’est le délais de réalisation qui est augmenté.

    Et dans leur conférence de presse du 26 mars au point de presse Corna virus de la confédération, Dans la première partie, on ne parle pas de Corona virus, mais de surveillance téléphonique, du moins à ce qui ressemble à une amorce de légalisation de cette surveillance. Du bout des lèvres et avec un semblant de tact on nous dit :
    Her koch si haben das vort,
    « Merci beaucoup, Mesdames et Messieurs, on m’a demandé pour commencer que je réexplique l’histoire avec les téléphones mobiles, qu’est-ce que c’est l’idée et qu’est-ce qu’on ferait.
    L’idée c’est que le conseil fédéral a pris des mesures qui sont très strictes et qui on un impact très important sur la vie quotidienne des citoyens. Et on aimerait savoir si ces mesure ont vraiment un effet sur la mobilité des gens. On a décidé si on demande à Swisscom si c’est possible de faire une analyse rétrospective historique de voir comment les natels se bougent dans le pays, seulement dans les places publiques. C’est pas quelque chose qu’ont fait en temps réel. C’est quelque chose dans le passé et c’est que dans les espaces publiques. Donc, c’est vraiment de faire une image de la mobilité de gens et rien d’autre. C’est pas une surveillance, c’est rien d’autre. C’est comme si on regaderait des cartes d’il y a quelques jours, au maximum 24 heures la dernière fois. C’est impossible de tracer quelques chose avec ça, d’avoir des actions immédiates sur quelque chose que l’on verrait. C’est
    pour avoir une idée pour savoir si il y a un changement dans la mobilité des gens. »
    https://www.youtube.com/watch?v=DQqWrJsI9Do
    cette pratique a été confirmés vendredi par le CF Berset.

    Vous faites référence à un article qui parle des professionnel du confinement. La partie sur les sous-mariniers est très intéressante. Il semble qu’à Bern on mène aussi une politique des sous-marinier. Le sentiment est que nos autorités, depuis leur vase clos, ne regardent le peuple qu’au travers d’un périscope la main sur le levier « torpilles ».

    Pour terminer, il semble qu’il manque dans cette crise quelques bons conseils simples et pratiques. Après quelques critiques pour la France (et en suisse la situation face à cette crise, n’est pas très différente), sur cette vidéo, le Docteur Trotta nous apporte un peu d’air frais et non toxique avec quelques recettes de grand-mère, des oignons, de l’ail, des grogs, etc. https://www.youtube.com/watch?v=C1dnrWeyQtw&feature=youtu.be&fbclid=IwAR1qazrlBjAaEmT-Z8_ITTAw2WHnSFOUwdBkfOF0CxOjCa3KwD01qeCPJk8

    Je vous souhaite une bonne et belle journée.
    Daniel Demierre

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel