Quelle symbolique percevoir dans le concours de hot-dogs? (08 juillet 2021)

Je reste médusée quand je lis : Un homme avale 76 hot dogs en 10 minutes et bat son propre record lors d'une compétition à New York. Quel intérêt y a-t-il pour nous de recevoir une pareille info? En quoi est-elle miroir de ce qui existe chez nous?

Je retiens des locutions qui définissent les points forts de cet événement : 

* Il lui est attribué le titre de champion dans l'art d'engloutir les hot dogs.

* Il réitère pour la 14e fois le traditionnel concours organisé à  l'occasion de la fête nationale américaine.

* Le champion a écrasé ses concurrents, avalant 26 saucisses et pain brioché de plus que son dauphin Geoffrey Esper.

* En raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, le concours ne s'est pas déroulé à l'extérieur du restaurant de hot dogs Nathan's de Coney Island, à Brooklyn, mais dans un parc de baseball voisin, où se trouvaient 5000 spectateurs.

* «Cela m'a fait du bien» qu'il y ait des fans. Même si je n'étais pas à l'aise, j'ai apprécié que tout le monde m'encourage et me pousse»

Chez les femmes, Michelle Lesco a avalé 30 hot-dogs et trois-quarts pour remporter le titre.

Qu'est-ce qui peut bien animer cet homme et ses concurrents, ainsi que les organisateurs du concours et les spectateurs?

Dans ce récit, on retrouve la focalisation très actuelle sur les chiffres. Est-ce vraiment l'essentiel dans la vie humaine? On les prend comme des références absolues sur lesquelles sont basées des conclusions. Dans certains cas, une enquête a permis de découvrir qu'ils sont loin de refléter la vie réelle :  Portugal et Covid : la justice confirme que seuls 152 décès sont dus au Covid et non 17 000.

Nous avons vu combien des chiffres ont servi de supports aux mesures sanitaires, en tenant peu ou prou compte de maints autres facteurs influençant l'état de santé de la population. Encore maintenant, on les brandit «Pour que les chiffres n'explosent pas dans les semaines à venir, il est très important de bien communiquer à la population où la Suisse en est». Le professeur interrogé met encore en avant :  Il y a encore de nombreuses personnes non vaccinées qui peuvent facilement contracter une infection, en particulier avec le variant Delta. Il montre aussi l'usage des chiffres en laissant de côté d'autres chiffres qui nuanceraient ses propos, par exemple le nombre des vaccinés qui sont contaminés par ce variant Delta.

Il n'est nullement fait allusion à la provenance des hot dogs. Est-ce justifié d'abattre des animaux pour un tel spectacle alors que divers courants actuels dénoncent de plus en plus les mises à mort des taureaux lors des corridas? 

Qu'éprouvent les spectateurs? De quoi sont-ils animés? Que retirent-ils vraiment d'être témoins de cet engloutissement de hot-dogs? En plus par plusieurs avaleurs ? Je fais un parallèle avec ce qui se déroule sur notre continent : Balkans : plus que du football. Panem et circenses (du pain et des jeux) disait-on dans la Rome antique, les époques changent les méthodes restent les mêmes. Après une période brutale de mise en place du totalitarisme justifié par la crise sanitaire, nos élites mondialistes ont décidé de lâcher un peu de lest en accordant aux plébéiens quelques divertissements.

Ce qui est aussi à remarquer, c'est la focalisation sur un élément : le hot-dog. De même qu'actuellement, le système vaccinal se focalise sur la protéine Spike en misant sur son pouvoir d'éliminer la pandémie.

Soulignons aussi le fait que chaque année, le processus d'engloutir le même produit se répète, ici, le champion en est à son 14e exploit annuel. Il est intéressant de comparer cette répétition avec celle prévue pour les vaccins covid, répétition que nous connaissons du reste déjà avec le vaccin anti-grippe.

Il est évoqué "l'art d'engloutir" . En quoi  est-ce artistique? C'est vrai qu'il faut une concentration certaine voire absolue pour se focaliser sur la préhension de cet aliment en si peu de temps. Est-ce pour autant de l'art? Le Robert définit l'art comme un : Ensemble de connaissances et de règles d'action, dans un domaine particulier. Il serait intéressant de connaître l'ensemble des facultés nécessaires à engloutir des hot-dogs. Ce qui est sûr, c'est que l'histoire ne nous dit pas quel est l'ensemble des capacités de l'organisme nécessaires à les avaler, les digérer et les assimiler. Ni les séquelles d'un pareil tsunami gargantuesque...Il semble pourtant évident que ce champion impose à son corps, avec une détermination farouche, un effort. Je me permets un certain parallélisme avec l'injection de produits non bio dans le corps. Les quantités sont distinctes et le but apparent est autre mais il y a un parallélisme avec un nombre maximal recherché et une imposition de plus en plus marquée : Vaccination obligatoire contre le covid : la force pour masquer l’échec.

Nous ne pouvons pas assister aux transformations organiques que vit le corps de cet athlète du hot-dog. En revanche, de différents pays nous viennent des rapports concernant les influences des injections géniques chez les vaccinés : 218 personnes vaccinées testées positives au coronavirus.

Je me demande aussi comment le mental de cet homme à été forgé, par qui? dans quel but? pour être aussi investi dans une activité qui ne me semble pas relever de la créativité mais plus d'une dynamique addictive. On peut percevoir une certaine analogie avec des dynamiques d'ingénierie sociale qui développent : Comment conditionner un esprit humain à l’immaturité perpétuelle ?

A répéter ainsi le même geste à un moment donné et à répétition dans le temps, les élans vers la biodiversité en prennent un coup!  De même que la vaccination ne fait pas de différence : elle cherche à éradiquer tous les variants du virus en circulation, même si ceux-ci peuvent être salutaires, de manière naturelle, dans le contrôle de la pandémie mondiale, en remplaçant les variants problématiques par des variants sans impact notoire sur la santé publique.

Le plaisir collectif des 5000  spectateurs tournés vers la même direction m'évoque l’immunité collective post-injection pseudo-vaccinale anti-Covid : mythe versus faits avérés.

Le compte-rendu de ce spectacle  ne nous rend pas les réactions de ceux qui comprennent qu'une fête nationale mérite un spectacle bien plus mobilisateur de forces vives et créatives. En revanche, au niveau de la vaccination, les rapports commencent à livrer des bilans : Rapport officiel anglais : Il est urgent d’arrêter la vaccination anti-COVID : l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA), indique que « La MHRA dispose désormais de suffisamment de preuves sur le système de la carte jaune pour déclarer les vaccins COVID-19 dangereux pour une utilisation chez l’homme ».

Alors, que désirons-nous vraiment ? A quoi aspirons-nous au plus profond de nous-mêmes?

18:18 | Lien permanent | Commentaires (5)