Comment évolue la Confédération suisse? (06 juin 2021)

Qu'est-ce qui anime actuellement chaque communauté et chaque individu de notre Confédération? Cette interrogation m'est venue à la lecture de : L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça? Une scissure énorme apparaît quand la notion d'Etat est mentionnée alors que nous sommes une Confédération dont l'essence première veut : Se grouper, s'associer, se liguer pour défendre des intérêts communs.(google).

Les Suisses à l'époque de la création de leur Confédération se sont regroupés pour lutter ensemble contre différents ennemis. Qu'est devenu cet idéal? Des fissures, voire des fractures se créent dans différents secteurs et communautés du pays.

Cette notion de s'associer pour défendre des biens communs doit aussi être prise en compte entre les générations. Or nous lisons : "Les jeunes Romands se sentent peu soutenus durant la pandémie". Et pourtant, ce sont des êtres humains à part entière qui devraient pouvoir s'épanouir largement, d'autant plus qu'ils sont en pleine croissance et se préparent à devenir majeurs, responsables de leurs existences. Les plus âgés demandent également à être rassurés quant à leur avenir professionnel et d’être écoutés sur ce point. Ils ont aussi l'impression d'être dévalorisés : Que les jeunes soient plus écoutés, nous sommes censés être la génération qui va construire le futur et le monde de demain. Est-ce que ça n’a donc aucune valeur? Est-ce que ça vaudrait peut-être la peine de nous soutenir et qu’on n’ait pas à nous sacrifier? Comment les dirigeants se sont-ils dédiés aux jeunes? En large partie en les assommant avec les mesures sanitaires, en fermant totalement ou partiellement les écoles, en les privant de sorties, de sport et maintenant en les guidant fortement vers un vaccin. N'est-ce pas une mission de l'Etat de les soutenir dans le développement de leur santé globale? En plus, ils ne sont même plus protégés par leurs parents pour juger de la bienfaisance des vaccins alors que leurs consentements seront loin d'être profondément éclairés.

Comment évolue l'esprit des Confédérés dans son aspiration à la démocratie? Un observateur nous livre ses perceptions : La Suisse dans l’agenda mondialiste du Great Reset.: Les citoyens Suisses n’ont de cesse de se vanter d’être le foyer de la démocratie directe, c’est un fait certes, mais analysons la chose plus en profondeur. Ce système met-il les Suisses à l’abri du déferlement totalitaire que nous subissons tous actuellement (et particulièrement en Occident) ? Les idéologies du 21ème siècle gangrènent notre vieux continent, il serait absurde de prétendre que la Suisse est épargnée, lisez un journal et vous constaterez la même propagande incessante toujours dirigée dans le même sens et surtout les mêmes intérêts. Est-ce vraiment donné le pouvoir à une entité (dans notre cas le peuple), quand il a été pris soin de le manipuler au préalable ? 

Qu'en est-il de la confédération des médecins? Dans une situation nouvelle qui met en évidence des faits chroniques, il semblerait que les médecins devraient s'associer pour trouver les solutions les meilleures. Je mentionne bien les solutions au pluriel car l'état maladif - qui ne se résume pas au diagnostic d'un microorganisme - peut se manifester de façon très distincte selon l'état de santé préalable. Or l'Etat a édicté de normes globales selon des critères limités, en suivant la dynamique des autres états- certes avec quelques nuances distinctes. On pouvait même lire : Selon des chercheurs lausannois, il est préférable de faire appel des experts fiables et populaires, comme Anthony Fauci aux Etats-Unis, pour communiquer au sujet de la maladie.....Cet expert sur  les déclarations duquel tant d'états se sont appuyés vient d'être pris en flagrant délit de mensonge par ses e-mails couvrant la période de janvier à juin 2020. Une présentation très explicative nous en est offerte par Radio-Québec. La nouvelle est arrivée en France mais, étrangement, je n'ai encore rien lu en Romandie...

L'Etat a aussi investi énormément sur les tests PCR, en leur donnant une importance démesurée  et en focalisant l'attention des confédérés - tant médecins qu'individus- sur ces tests naso-pharyngés  (qui)  « ne sont pas sans risque », prévient l’Académie de médecine. Si la plupart des prélèvements sont bénins, « de graves complications commencent à être décrites dans la littérature médicale depuis quelques semaines », rapporte le collège scientifique. Il s'agit d'un geste médical qui devrait faire partie en premier lieu d'un examen des personnes donc qui n'a pas à être réduit de la sorte. De plus, sa valeur limitée peut conduire à de fausses conclusions.

On peut reprendre pour le compte de la Confédération ce qu'un médecin français affirme : Vaccination : toujours plus d’État ! La prise en charge de l’épidémie n’a pas été médicale mais politique, avec l’« état d’urgence sanitaire », le confinement, le couvre-feu. Aujourd’hui la vaccination a elle aussi quitté le domaine médical pour se retrouver dans le domaine politique.    De la sorte, l'Etat helvétique impose aussi aux confédérés une réduction du sérieux de la science médicale quand on publie : Pfizer annonce 100 % d'efficacité chez les 12-15 ans. Comment peut-on affirmer une telle assertion quand les vaccinations viennent de commencer, que l'on se trouve encore en phase d'essai et que l'on sait qu'il s'agit d'une thérapie génique qui a des répercussions sur différents organes - ce qui s'avère bien plus grave à cet âge qu'une infection virale - et des conséquences à long terme pouvant survenir du fait qu'il s'agit d'action au niveau génétique? A noter aussi que les divers effets secondaires peuvent être assumés dans un premier temps mais laisser des traces qui peuvent ressurgir dans de nouvelles conditions. De plus même si les myocardites sont rares, il ne vaut pas la peine d'en prendre le risque puisque la covid n'est pas alarmante chez les jeunes.

Les confédérés méritent tous une attention médicale de même valeur, ce qui n'a pas été respecté dans la mesure où des traitements furent retardés pour d'autres pathologies qui nécessitaient tout autant de soins si ce n'est davantage. 

Toute étape de vie détient une dynamique qui se renouvelle selon les forces en jeu. Ainsi l'impulsion de se fédérer prend d'autres formes maintenant : des collectifs ont été créés tout récemment. On y retrouve cette conviction qu'ensemble nous sommes plus forts devant l'adversité :

* Réinfo Santé Suisse International se présente : Nous sommes un collectif regroupant des professionnels de la santé de différents domaines d’activité, soucieux de partager des informations fiables, indépendantes et transparentes au sein des communautés médicales et paramédicales.

La création de ce collectif de professionnels de la santé au sens large, actif ou anciennement actif dans le terrain, a également pour objectif de regrouper une communauté, constituée de différents domaines de compétence, réunis autour de la notion de santé globale, approche à nos yeux pertinente dans la crise que nous vivons actuellement, particulièrement déstabilisante et clivante pour tous.

* L’Association CRÉE (Collectif Romand Educateurs Enseignants). Ses membres oeuvrent et se préoccupent des droits et de la santé des professionnels et des enfants. Ils ont ressenti profondément la souffrance des enfants et sont mus par le désir profond de changement. Ils interpellent les médecins cantonaux et montrent leurs déterminations à remettre en cause la politique sanitaire.

Le covid a inspiré une association créée en décembre 2020 par des avocats et juristes suisses : "Le Virus des Libertés" au service de nos droits fondamentaux : Face à la crise sanitaire relative au virus COVID-19 et aux mesures qui s’en sont suivies, nous avons décidé de nous unir et d’agir, afin non seulement de défendre les droits des citoyens suisses mais également de contrôler la légalité des décisions prises par les autorités.

Animés par des valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité, nous sommes convaincus que c’est ensemble que nous trouverons la voie vers la résolution de cette crise. Nous préférons la force de l’argument à l’argument de la force, c’est pourquoi nous étudions chaque situation avec le plus grand soin et avançons avec positivité, patience et persévérance.

Et pour rassembler au-delà des frontières tous les gens oeuvrant pour des mesures raisonnables, une chaîne TV est en voie de création afin de réunir les personnes de divers milieux, journalistes, médecins, policiers qui affirment dès le début leurs valeurs humaines. Dans le but de préserver nos enfants de toutes ces mascarades.
 
 
 
 

 

 

 

22:20 | Lien permanent | Commentaires (0)