Quelle motivation, quelle intention, quel objectif nous animent? (22 août 2020)

Devant chaque choix ou décision que l'existence nous présente, il peut s'avérer utile de percevoir quelle motivation nous meut, quelle intention nous porte, quel objectif nous visons. Une telle attitude nous permet d'élargir notre panorama des possibles afin de ne pas nous précipiter avec une réaction impulsive, une envie compulsive ou une idée séduisante.

Nous nous trouvons  dans une telle situation, par exemple, face à la possibilité d'un vaccin contre le virus couronné. Qu'est-ce qui motive notre choix? 

Est-ce vraiment notre choix personnel ou sommes-nous "imbibés" de l'ambiance de la situation mondiale ou encore de la motivation du gouvernement qui veut prendre le plus de précautions possible, tant pour la population dont il se sent responsable que pour le risque que le peuple lui reproche un jour sa décision?

Sommes-nous conscients de la motivation de ceux qui investissent selon les enjeux multiples des vaccins au niveau politico-économique? Quand on évoque que 160 projets sont en cours, à quel point une telle activité absorbe des sommes énormes ? Il n'existe pas de vaccins gratuits, même s'il est présenté comme tel quand on veut que la population l'accepte.

Il est juste aussi de tenir compte de la motivation  et de l'orientation de chacun des chercheurs. Ce thème mériterait en soi une large investigation...

Et puis, quelle est la motivation de chaque individu qui désire se faire vacciner? Est-elle sise au fond de lui ou n'est-elle que l'écho de la majorité des voix environnantes?

Venons-en aux intentions! Vers quoi tendent les dirigeants financiers et politiques, toutes les institutions et les êtres humains concernés? Pour certains mondialistes, il ne s'agit pas moins que de s'emparer de la santé du monde. De ce fait, ils imposent une conception de la santé alors qu'en réalité la santé est la résultante d'un équilibre entre moult facteurs, comme je l'ai abordé en présentant la salutogenèse.

Le projet vaccinal peut être aussi doublé d'une autre intention : "l'injection de nanoparticules sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée."

Il s'agit de bien définir la différence entre la piqûre en soi - qui force la barrière protectrice de la peau, laquelle ne peut ainsi plus rien sélectionner - et l'injection de différents produits.

L'intention d'éradiquer la maladie par un principe vaccinal est très séduisante, tant que cette disposition reste au niveau d'un concept. Mais est-on bien conscient de ce que vit notre organisme dans ses différents systèmes à l'injection d'autant de produits? Savons-nous si tous nos organes fonctionnent à 100 % pour pouvoir assimiler les substances qui surviennent abruptement, de plus non naturelles autrement dit auxquelles il n'est pas adapté? Sentons-nous vraiment si certains de ces organes ne sont pas déjà en train de lutter contre d'autres causes?

Alors, avons-nous réellement l'intention de subir l'invasion de différents produits complètement inconnus de nous, sans connaître l'impact qu'ils auront sur nos cellules, ni les réactions à long terme qui s'en suivront? Nous misons sur un principe mais est-ce que la décision de miser est justifiée quand nous n'avons aucune connaissance de la distance entre une simple injection de quelques secondes et le trajet progressif et secret de ces substances injectées ?

Approchons-nous maintenant des objectifs des uns et des autres! Pour certains, c'est maîtriser le virus. Or, "chasser le naturel, il revient au galop". Cet adage élémentaire semble avoir été exclu de notre bon sens! Se croire être capable de devenir tout-puissant par rapport à un microorganisme qui a révélé tant d'inconnues n'est pas approprié.

Dans notre culture où les finances sont prioritaires, il est évident que l'objectif principal pour certaines entités est la somme à gagner ou des paris en bourses à remporter. 

D'autres personnes ne réfléchissent pas trop à ce qu'une "petite piqûre" peut provoquer. ( On oublie qu'on peut mourir d'une piqûre de certains insectes, selon nos réactions) . Pour elles, leurs objectifs c'est de pouvoir prendre librement l'avion pour des vacances. Ainsi, elles désertent le souci de leur corps qui est pourtant leur premier véhicule!

Et pour vous qui me lisez, j'espère que vous prendrez soin de l'être humain que vous êtes et dont, au fond, vous êtes le premier responsable.  En tenant compte de vos intuitions, que vous ressentiez quelle motivation, quelle intention et quel objectif correspondent le mieux à votre santé.

 

 

19:14 | Lien permanent | Commentaires (2)