De qui dépend ma santé? (19 mars 2021)

 En fait, qui est le souverain de ma santé? Qui la construit instant après instant? Qui choisit ma nourriture, mes activités motrices, mon sommeil,  mes situations affectives, sociales, professionnelles? Nous sommes l'unique habitant de notre corps. Evidemment, nous sommes en interrelation constante avec moult facteurs extérieurs à nous. La question est : qui va nous forger ? Nos pulsions de vie, nos forces innées, nos goûts, nos aspirations, nos intuitions, nos qualités, nos missions de vie? Le cadre extérieur va-t-il nous permettre de nous révéler à nous-mêmes, de développer nos potentiels et nos qualités ou va-t-il faire de nous des animaux dans un zoo, allant jusqu'à être rassemblés dans des lieux prédéterminés, ou animés par les pulsions imposées par divers dirigeants ? Sommes-nous destinés à vivre dans des cadres limités, réduisant nos capacités humaines, allant jusqu'à n'être plus que des zombies ou des robots obéissants aux commandes à distance ?

 

 

Après un an où les gouvernements ont décidé des mesures sanitaires globales, dépendantes de mesures de laboratoire ou de chiffres permettant des modélisations, n'est-il pas temps de revivre les poumons déployés au printemps qui s'annonce, de nous épanouir comme les primevères à la lumière, nous activant en tous lieux qui correspondent à nos dynamiques vitales?

Ce qui m'anime aujourd'hui, c'est mon empathie pour les restaurateurs qui aspirent à revivre leurs désirs d'animer un espace de vie où il vaut la peine de se poser et de découvrir des saveurs nouvelles, dans un lieu offrant un cadre hors de nos habitudes.

Les dirigeants politiques sont partagés entre la pression du peuple - une population impatiente soutient le Conseil fédéral - et la prudence inspirée par les chiffres statistiques relayant les résultats de tests sujets à caution. Le même écartèlement se manifeste entre les médecins conformes aux dogmes scientifiques et ceux qui prennent en compte les paramètres les plus larges possibles. De ce fait, deux voies sont possibles, chacune apportant quelques nuances qui ne changent rien au fond.

N'est-il pas temps d'ouvrir une troisième voie? ce qu'ont fait beaucoup de professionnels indépendants, enrichis de leurs expériences médicales et de leurs consciences des êtres humains dans leurs globalités en relation avec de multiples facteurs de santé. Ces praticiens aident les individus à réveiller le médecin qui sommeille en eux et les accompagnent sur le chemin pour y parvenir du fait des multiples moyens offerts par leurs connaissances profondes de l'être humain, de diverses thérapies et des produits de la nature,  cette nature qui offre bien des ressources pour se maintenir en bonne santé ou se soigner au stade précoce des maladies plutôt que d'être confinés aux mesures sanitaires qui amoindrissent notre énergie vitale sur différents plans!

Cela fait un an que notre santé est tenue en laisse par des lois , des calculs de modélisateurs, des études scientifiques dépendantes des investissements alloués. N'est-il pas temps de vivre une réelle mutation? Nous sommes  en temps de carême; or cette période dure 40 jours alors que nos restrictions de vie dure depuis un an. A quelle résurgence est-il judicieux de nous préparer? Vers où tourner notre attention  afin de considérer l'être humain dans toute son amplitude et trouver un réel mode de vie sanitaire plutôt que de focaliser  - et de contraindre la population à en faire de même -  sur un microorganisme avec l'illusion de pouvoir l'éradiquer à force de tests, de masques et de vaccins? Cela ne fait qu'affaiblir l'énergie vitale et n'apporte pas de réelles solutions puisque les virus suivent les impulsions de la vie en créant des mutants qui nous précéderont toujours. De plus, brandir l'espoir d'une solution avec un produit vaccinal est un leurre qui ne fait qu'aggraver la situation dans plusieurs dimensions.

Comme l'USAM le déclare : La stratégie du Conseil fédéral manque d’un objectif clair, à savoir la normalisation de la vie sociale, et ne présente aucune perspective pour l’économie et la société»..... Un compromis n'est pas une solution : "quelle décision prendre demain? Poursuivre sur une ligne sanitaire stricte ou lâcher du lest? La réponse est sans doute dans un compromis, qui manifestement ne pourra pas satisfaire les partisans d’un retour à la normale."

Et pourtant, le verdict est tombé Face à la dégradation de la situation épidémiologique, le Conseil fédéral n'a finalement pas adopté les mesures envisagées.  Une seule carotte octroyée : Un seul assouplissement sera effectif dès lundi: les réunions privées à domicile passeront de 5 à 10 personnes maximum, enfants compris. La justification présentée montre à quel point un seul facteur compte pour la gestion globale de la santé de la population : Cet allégement a été décidé en prévision de Pâques, explique le gouvernement dans un communiqué. Mais aucune mesure transmise à la population pour renforcer son système immunitaire ! En revanche, il se dédouane avec une recommandation passe-partout : Il recommande toutefois de limiter le nombre de ménages présents et de se faire tester avant de retrouver famille et amis.

En réalité, un compromis ne peut mener qu'à une impasse comme nous la percevons maintenant. Par conséquent, il nous reste donc à réaliser une grande réinitialisation de la médecine, avec la reprise de l'enseignement - déjà à partir des facultés de médecine - de l'être humain dans sa globalité et dans toutes les interrelations entre ses différentes dimensions. Ainsi, le corps médical sera beaucoup moins fracturé et pourra se dresser face aux pouvoirs dirigeants et non se soumettre pareillement à la technoscience ou aux modélisations qui se coupent de la substance vivante et complexe qui constitue les êtres humains.

 

 

 

 

 

19:18 | Lien permanent | Commentaires (18)