Réflexions sur la science post-moderne (18 mars 2018)

Comme il s’agit d’une appellation récente, diverses acceptions sont possibles. Le courant scientifique se sent quelque peu menacé mais il vaut la peine que son monopole soit revu, quitte à être corrigé. Un excellent exemple en est donné par le Dr Didier Raoult, professeur spécialiste des maladies infectieuses à la Faculté de Marseille et directeur de l’unité de la recherche médicale sur les maladies infectieuses.

C’est dire que ce médecin détient un solide bagage scientifique. Il présente l’avantage d’avoir gardé beaucoup de bon sens et de rester attentif à l’être humain dans son entièreté. Il fait le point sur les vaccins, ce qui permet de repartir sur des bases beaucoup plus réelles que celles véhiculées par les médias. Il était temps car ce sujet a quitté de beaucoup de sa rigueur scientifique pour être utilisé par des courants économico-politiques très bien illustrés actuellement par le gouvernement français qui exige 11 vaccins obligatoires chez les bébés, loi acceptée par des parlementaires bien éloignées pour la plupart du monde médical. Suite à la parution de son livre « La vérité sur les vaccins », le Pr Raoult est interrogé dans une vidéo.

Dans la deuxième partie de cette entrevue, il reprend un vaccin après l’autre. Il les replace dans le contexte actuel. A noter que cet homme est assez authentique pour manifester parfois un trouble quand la question est trop gênante... A mentionner aussi qu’en ce qui concerne la coqueluche, il ne tient pas compte que cette ancienne maladie est connue depuis très longtemps et que l’homéopathie rigoureuse peut la soigner de façon rapide et efficace.

Grâce à ce témoignage, nous pouvons constater qu’un virage peut s’opérer dans le monde médical et augurer d’un avenir où l’art de guérir retrouvera sa juste place.

18:55 | Lien permanent | Commentaires (9)