La méfiance s'aggrave envers vaccins et antibiotiques (06 janvier 2017)

Tel est le titre d’un article publié dans le Temps le 3.1.2017. S’agit-il de méfiance ou plutôt de l’éveil à une conception plus globale de l’être humain, des lois de la santé et des thérapies pour la rééquilibrer ?

Il est étonnant de ne lire dans cet article que l’avis de professeurs ou d’experts du système conventionnel. De plus, il est monté en épingle certains faits qui éloignent d’une vision globale. Ce qui est cocasse, c’est que le monde médical officiel constate une méfiance, sans tenir compte qu’elle survient en miroir à la méfiance de ceux qui prennent conscience de moult déficiences de la tendance officielle. Effet de miroir aussi quand les opposants se basent sur un élément ou un autre pour dénigrer la médecine académique.

De plus, il y a un déni magistral de tout ce qui se pratique en dehors du système. Ainsi, par exemple, sur le site allodocteurs, on peut lire que le sida est une maladie dont on ne guérit pas. Or, dans des systèmes alternatifs, nous trouvons des témoignages très patents qui prouvent le contraire. Il serait intéressant d’écrire un article sur l’étiologie de cette absence de curiosité scientifique à découvrir d’autres modes de procéder. Effectivement, ces témoignages ne sont pas des études à grande échelle mais ce n’est pas une raison pour les ignorer car chaque patient a suivi un chemin individuel vers la guérison qu'il serait intéressant d'analyser en finesse. Il vaut la peine de se rappeler qu’en médecine conventionnelle aussi il existe des études observationnelles dont on tire profit et non seulement des études randomisées en double aveugle.

Dans cet article du Temps, il n’est mention d’aucun témoignage des médecins qui ont élargi leurs pratiques en constatant les limitations du système et en découvrant que bien des maux se soignent plus efficacement avec des démarches alternatives ou des thérapies complémentaires. Je fais la différence entre alternatif et complémentaire en ce sens qu’une médecine alternative a une vision très distincte de la santé, du mode diagnostic, de la maladie et du malade (comme dans la médecine traditionnelle chinoise, homéopathique ou l’anthroposophique) alors qu’une médecine complémentaire apporte une thérapie en complément d’une autre.

Alors, donnons la parole à des médecins et à des thérapeutes qui, sans renier les valeurs de la médecine conventionnelle, ont élargi leurs pratiques pour pouvoir offrir aux patients le geste adéquat au moment opportun, en alternative ou en complémentarité. Une vidéo de 55 minutes présente différents praticiens qui ont inclus la médecine énergétique à leurs connaissances académiques.

Ne serait-il pas temps que la médecine de base bascule dans un univers plus large, de même que les Britanniques développent le Brexit et que les Etats-Unis changent de cap politique, comme si cette dynamique de bascule est dans l'air du temps?      Au niveau de la santé, il est peut-être venu le moment de faire un saut quantique au propre comme au figuré. En effet, par exemple, la physique quantique permet de percevoir enfin le mode d'action de diverses thérapies énergétiques comme l'homéopathie.

Ce changement de niveau s'est déjà amorcé, comme le démontrent les multirésistances aux antibiotiques après des progrès spectaculaires dans les traitements des infections.                                                                                  Ou encore des études plus approfondies sur l'effet de médicaments pris à long terme.

Preuve aussi la diminution de l'espérance de vie qui recule pour la première fois en 22 ans aux Etats-Unis.

Si la population commence à s'éveiller, c'est qu'il est temps que chaque être humain découvre le médecin qui sommeille en lui, développe la perception des messages de son corps et écoute son intuition curative. Les thérapeutes sont là pour les accompagner dans ce cheminement qui peut être bien ardu...

22:11 | Lien permanent | Commentaires (4)