La pensée unique (01 février 2015)

Le cosmos est complexe.et la société en fait quelque chose de compliqué. Tout est sujet à règlements ou nouveaux, articles de loi développés à l’extrême. Un simple geste dans notre structure sociétale actuelle, par ses obligations connexes, peut accaparer toute notre attention et nous empêcher de garder le contact avec la conscience d’un tout ou du moins d’un espace plus vaste.

Alors, quoi de plus tentant que de tomber dans la pensée unique ? Elle semble plus facile, plus aisée à mettre en pratique. Toutefois l’être humain y perd grandement de son autonomie et sa créativité en devient fort limitée.

Nous en avons eu une illustration patente avec «Je suis Charlie » qui a réuni des millions de personnes avec ces trois mots alors que le problème sous-jacent des caricatures de Charlie et des attentats terroristes est très complexe.

Les exemples foisonnent dans moult domaines.

Ainsi, face aux barbares, on ne peut qu’opposer une civilisation unique

Ou encore, d'aucuns aspirent à un monde unipolaire : Je cite :  

«  La plupart des dirigeants des États de l’Union Européenne, ont perdu toute conscience nationale,  toute notion de bien commun national et ne travaillent plus qu’à l’édification du nouvel ordre mondial atlantiste, à la remorque des banques et des multinationales, pour un monde unipolaire sans Dieu. C’est ce qui explique que les dirigeants de l’UE se soient placés sans regimber sous la tutelle des USA pour le monde, et de l’Allemagne pour l’Europe, aux détriments des peuples dont ils ont la responsabilité. »

Evidemment, il y a le Djihad. Celui qui a cette idée en tête est entièrement soumis à son diktat. Nous entendons abondamment parler du djihad islamique mais d’autres nations ont leurs formes de djihad. J’ai déjà écrit une note à ce sujet sur le djihad israélien. Du reste, l’actualité me donne raison puisque l’Etat hébreu continue son extension en décidant de construire des logements dans les territoires attribués aux Palestiniens.

Récemment, un journaliste sur un site français a parlé du djihad américain. Les soldats ukrainiens possédaient sur eux des enregistrements d’évangélistes baptistes.

On peut dire ainsi que les djihadistes obéissent à une idéologie phare qu’ils imposent par des moyens issus de la technique et de la science et non par leurs créations personnelles.

La pensé unificatrice nous a amené aussi la mode unisexe !

Nous retrouvons cette réduction au niveau de la pratique médicale conventionnelle. On parle d’un protocole pour une maladie, sans tenir compte que la maladie n’est que la résultante de plusieurs paramètres de l’individu.

Contre une infection, on préconise des antibiotiques sans tenir compte qu’il y a d’autres thérapies qui prennent en considération divers moyens de l’organisme pour se défendre. Par une telle démarche, on devient terriblement dépendant des fabricants de produits et d'un mode de fonctionner. Cette limitation nous revient en retour par les effets secondaires ou encore les résistances aux antibiotiques.

La tendance actuelle est de chercher un vaccin pour toute infection. Ainsi, contre la grippe : « La vaccination reste le moyen le plus efficace de se protéger ».

Voilà encore une proposition unique qui rend les individus complètement dépendants d’un système de soins, de la conception et de la fabrication d’un produit.

Même démarche en ce qui concerne Ebola. On ne parle que des morts puis d’un vaccin qui arriverait comme un sauveur. Seules les solutions coûteuses, médicaments et vaccins, sont évoqués.

Pensée unique quand les médias font croire que seule la médecine occidentale  a des réponses à une telle maladie. Si la maladie a lieu sur le sol africain, il vaut la peine d’aller voir ce que les thérapeutes locaux - qui connaissent bien mieux la population et les conditions de vie locales -  ont à proposer. Il serait judicieux aussi de connaître les propositions thérapeutiques comme la phytothérapie possibles localement. Evidemment, il faudrait utiliser des moyens d’investigation qui sortiraient du scientifiquement habituel.

Il est évident que le déclanchement d’une pareille infection dépend de plusieurs facteurs qu’ils seraient bons de déterminer pour en enrayer le cours. On ne nous dit rien sur ce qui fait le terrain sur lequel cette infection peut s’installer. Rien des facteurs accompagnants sur lesquels on pourrait agir. Comme tout être vivant, ce virus a besoin d’un certain milieu pour se développer. Quels sont les éléments de ce milieu ? Eléments tant géographiques, organiques et psychiques.

 Il est évident aussi que des produits de différentes sources peuvent stimuler le système immunitaire qui ne résulte pas d’une fonction unique de l’organisme mais de la coopération de plusieurs organes dans le corps. Mais voilà, rendre à l’individu les pouvoirs sur sa santé déjouerait les plans de puissants groupes ou d’organisations internationales.

Ainsi donc, si nous ne sommes pas vigilants, nous nous laissons vite influencer par ce mécanisme de pensée unique qui paraît sécurisante mais qui est très limitée et nous éloigne des facultés et aptitudes du microcosme que nous sommes tous. L’art médical doit tenir compte de tous les moyens thérapeutiques connus et expérimentés, qui s’appuient autant sur des modes diagnostiques élargis que sur des démarches thérapeutiques variées. Il est important de se souvenir que la médecine de pointe est toujours en recherche, donc approximative.

Les modes diagnostiques élargis permettront de mettre en évidence un maximum de facteurs et d’éléments concernés tant par les conditions qui offrent aux virus la possibilité de s’installer, qu’aux patients les moyens de se défendre et aux thérapies d’atteindre leurs différentes cibles.

Pensée unique correspond aussi à réflexion unique véhiculée par un courant de pensée. Ainsi, pouvons-nous lire dans le magazine de Pharmacie Populaire du 31 janvier que le mode d’action de l’homéopathie n’a pas été prouvé scientifiquement. Il est ainsi bien plus aisé de répéter une déclaration plutôt que d’effectuer des recherches pour comprendre le ou les modes d’action. La science est très complexe et ne se limite pas à un courant académique. Ceux qui sortent de ce courant pourront découvrir des preuves scientifiques sur ce site et bien d’autres encore.

En conclusion, nous pouvons dire que si les grands courants spirituels ont prôné le Dieu unique, est-il approprié de s’accrocher à une pensée unique ?!

06:02 | Lien permanent | Commentaires (5)