05 septembre 2008

SOUHAIT à TdG

 

 

Hier, je découvre dans Le Nouvelliste online: « La population serait prête pour réformer l'assurance maladie ».

Ce matin dans le quotidien TdG, je lis « Les Suisses jugent les caisses maladie « bureaucratiques et nébuleuses ».

En sous-titre: Le Nouvelliste: « Si l'initiative « Oui aux médecines complémrentaires » était soumise en votation actuellement, les Suisses la plébisciteraitent largement. Selon un sondage, 81 % de la population souhaiterait que les médecines alternatives soient réintégrées dans l'assurance de base".

Et, dans TdG: « La confiance des assurés dans leur caisse n'est pas très élevée, particulièrement en Suisse romande »

Comme les autres paramètres et chiffres sont de la même nature dans les 2 journaux, j'en conclus qu'il s'agit du même sondage.

Il est vraiment étrange de constater la différence de mentalité entre les Valaisans et les Genevois.

Autant le compte-rendu des journalistes Valaisans est constructif et propose des nouveautés qui ont trait aux médecines et pas seulement aux coûts, autant les journalistes Genevois semblent vouloir attiser et augmenter la grogne des lecteurs contre les assurances. Nous trouvons facilement dans la presse depuis quelque temps les idées de santésuisse ou du gouvernement pour modifier la répartition des prestations de la médecine de base mais nous y lisons que très peu d'articles concernant la santé en soi, ses mécanismes et les instruments pour l'équilibrer.

Or, si nous tenons compte de la réalité, nous constatons que beaucoup de citoyens plébiscitent et utilisent les autres médecines tout en bénéficiant de leur efficacité et de leur économicité..

J'adresse donc mon plus vif souhait à TdG pour que sa rédaction trouve la place de nous faire part de la richesse des moyens tant diagnostiques que pratiques des différentes thérapies, ce d'autant plus qu'il faut nous préparer à la future votation. Au niveau plus politique, il serait bon de nous communiquer ce qui se passe depuis quelques mois dans l'élaboration d'un contre-projet et de la votation de l'initiative « Oui aux médecines complémentaires » et  ce qui se trame dans les coulisses de nos commissions de santé et de notre Parlement voire même des assurances.

Nous devons vraiment aller de l'avant avec tous les problèmes que signalent chacun des partenaires de l'organisation de la santé en Suisse. Alors:

LA ROGNE ou LA POIGNE ?