20 août 2009

ETRE SON CORPS

De même que nous parlons du siège d'une société,

de même le corps est le siège de nous-mêmes.

Lire la suite

15 janvier 2009

LA GRIPPE EST ARRIVEE, PROFITONS-EN !

 

Eh oui! Pourquoi ne pas profiter de cet état de corps, en parallèle avec l'état d'âme et l'état d'esprit!

Etant donné les symptômes indéniables et nets, nous sommes obligés d'être présents à lui, notre véhicule tous terrains et toutes situations!.

Il est temps de le réintégrer alors que nous fonctionnons, dans notre culture du moins, beaucoup avec la tête. C'est justement cette tête qui peut faire bien mal lors d'une grippe comme si elle tentait d'assommer notre pouvoir de penser.

Ainsi donc, contraints de donner la priorité aux besoins physiques, nous pouvons faire un bilan des causes qui l'ont obligé à se révolter. Evidemment, on peut toujours dire que c'est la faute des virus mais qui nous dit que ce n'est pas notre état qui a accueilli généreusement le virus? Il est donc temps de prendre conscience de notre façon de considérer le fonctionnement de nos organes et de leurs besoins à côté desquels nous avons passé.

Si nous avons un travail exigeant, il est normal que notre véhicule soit à la hauteur des nécessités des tâches requises. Il s'agit donc de veiller à l'équilibre de notre alimentation et aux rythmes des repas comme à la qualité de ce que vous ingurgitons. C'est déjà tout un programme.

Le mélange d'air que nous respirons est fondamental. Quelle attention lui portons-nous? Est-il renouvellé suffisamment, est-il correctement humidifié, est-il parfumé pour nous donner envie de remplir nos poumons?

Pour que tous les fluides circulent en nous, quelles positions adoptons-nous? Quels mouvements effectuons-nous dans l'amplitude, la fréquence ou la diversité? Profitons-nous des moindres situations de l'existence pour activer toutes les parties de notre corps? Cette circulation des fluides est fondamentales pour éliminer des tas de déchets, lesquels modifient notre terrain et ralentissent les efforts immunitaires.

Alors que les neurosciences ont démontré la relation entre nos émotions et notre système immunitaire, nos longues heures au lit sont à notre disposition pour découvrir comment nous utilisons notre dimension affective. Reconnaissons-nous nos sentiments profonds? Taisons-nous nos émotions surtout à nous-mêmes? Avons-nous suffisamment d'activité ou de moments pous nourrir notre corps affectif?

Il nous reste encore à aller visiter notre état d'esprit. Quels sont les concepts qui le président? Ne sont-ils pas devenus désuets avec l'évolution si rapide de notre société? N'ai-je pas à me tourner vers d'autres fréquentations pour découvrir d'autres dimensions du sens de la vie?

 

En faisant ainsi le nettoyage non seulement du corps mais aussi de l'âme et de l'esprit, nous découvrons ainsi pourquoi notre inconscient nous a offert un espace de pause forcée.