13 septembre 2011

« MENACE SUR NOS NEURONES »

« Alzeimer, Parkinson ....et ceux qui en profitent ». Tel est le titre du livre d'une scientifique Marie Grosman et d'un journaliste d'investigation Roger Lenglet.


Lire la suite

15 août 2008

Alzeimer et cancer, même combat?

 

Il a fallu le drame de Vessy pour que s'instaure un débat général où chacun puisse se sentir concerné et mettre en alerte des sentiments ou des épreuves enfouies ou vécues depuis longtemps avec plus ou moins de résignation.

Quand je place côte à côte Alzeimer et cancer, c'est pour parler aujourd'hui de leurs côtés dégénératifs et le fait que cette faillite de l'organisme surgit après quelques décennies. Je reconnais qu'il y a d'autres types de cancer qui relèvent d'autres mécanismes.

Avec un collègue bloggueur, nous échangions il y a quelques jours sur le fait qu'on ne discute pas de cancers sur nos blogs au même titre qu'il est parlé aujourd'hui du drame du mari de Vessy qui n'a trouvé pour toute issue que l'homicide de son épouse. Même si l'un d'entre nous aborde le sujet, les commentaires sont rares ou inexistants.

Ce sont deux pathologies qui montrent beaucoup d'inconnues et face auxquelles on peut se sentir fort démunis. Dans de tels cas, on a tendance à s'en remettre au corps médical tout en sachant que les traitements sont limités ou pénibles. Alors pourquoi ne pas se mettre en route ensemble, chercher en dehors des chemins battus de la médecine conventionnelle?

Comme il s'agit de joindre le geste à la parole, je vais vous parler de deux paramètres qui peuvent influencer ces deux pathologies: les oligoéléments et les métaux lourds.

Les oligoéléments sont très utiles dans plusieurs processus cellulaires ou extracellulaires. Or nous en manquons souvent, soit par insuffisance alimentaire (si nous mangeons peu diversifié), par insuffisances digestives (où ils sont peu ou mal retenus), ou parce qu'ils sont utilisés par d'autres molécules non-alimentaires absorbées. Il est facile de tester ces oligoéléments dans les cheveux (trichominéralogramme) où ils sont plus stables que dans le sang.

Nous sommes bien plus intoxiqués que nous le croyons par des molécules de métaux lourds que nous ingurgitons à longueur d'années. Ces molécules artificielles ne sont pas faites pour être métabolisées dans le corps; par conséquent, elles sont stockées et finissent par bloquer ou fausser des processus physiologiques. Ce problème se présente aussi souvent dans les cas de mycoses chroniques. Différents modes existent pour les tester.

A ce jour, Google présente 322 000 articles sur les métaux lourds. C'est dire qu'il s'agit d'un sujet important!