Economie du système de santé suisse - Page 12

  • ECONOMIE ET PAIX, ECONOMIE ET SANTE

    Imprimer

     

    Une profonde mutation est indispensable pour l'avenir de la planète, tant des peuples que de l'environnement : passer de la priorité de jeux économiques à la qualité de vie.

    Lire la suite

  • SORTONS DE L'ORNIERE

    Imprimer

    Nous nous enfonçons toujours plus dans l'ornière des coûts de la maladie.

    Les médias parlent de la taxe de 30 francs ou de l'augmentation des primes, sans tenir compte de l'atout que peuvent apporter les médecines alternatives pour lesquelles nous voterons le 17 mai.

    Lire la suite

  • L'OLIGARCHIE DANS LA DEMOCRATIE

    Imprimer

     

     

    « Nous défendons nos convictions, qu’elles soient populaires ou non, mais nous sommes prêts à suivre toute décision de la majorité des actionnaires », Daniel Vasella,  Le Temps, 4.4.2009.

     

    Lire la suite

  • LE COUT DE LA MEDECINE CONVENTIONNELLE

    Imprimer

     

    Nouvelle idée de notre système: taxer les consultations!!!

     

     

     

     

    Lire la suite

  • LES COUTS DES MEDECINES

    Imprimer

    La médecine intégrative permet des coûts réduits.

    Lire la suite

  • LETTRE OUVERTE A XAVIER ALONSO

    Imprimer

    pour son article TdG du 8 avril 2009:

    « Les médecines alternatives devront faire leurs preuves »

    Lire la suite

  • LES EXTREMES DE P. COUCHEPIN

    Imprimer

    Article TdG du 17 mars 2009: Couchepin ne tiendra pas compte de l'avis du peuple

    Lire la suite

  • DE L'USAGE DES MEDICAMENTS

    Imprimer

    Un récent communiqué de l'ATS nous fait part de l'augmentation de la consommation des médicaments des Suisses.

    Lire la suite

  • MEDECINES ALTERNATIVES : CONTRE-PROJET APPROPRIE

    Imprimer
     

    Le communiqué de l'ATS, publié le 29.10.2008 dans « le Temps » et qui concerne le retrait de l'initiative « OUI aux médecines complémentaires » est réducteur. Il est important de savoir que l'initiative a été lancée non seulement après le retrait de 5 médecines complémentaires du catalogue de l'assurance de base mais aussi à la suite de l'interruption du Programme d'Evaluation des Médecines Complémentaires dit PEK. Cette interruption survint peu avant que les résultats ne soient rendus et que des experts mandatés par le Fonds Suisse de la Recherche Scientifique n'aient pu délibérer. Des millions de francs des contribuables sont ainsi partis en fumée, d'autant plus que des documents importants ont dû être détruits.

    D'autre part, le but de l'initiative propose une reconnaissance constitutionnelle des médecines complémentaires et pas seulement la récupération dans le catalogue de l'assurance de base des 5 médecines exclues par notre ministre de la santé en 2005. Il est temps que les thérapeutes possédant des diplômes sérieux aient un statut national et que les méthodes alternatives soient aussi l'objet de recherches scientifiques.

    Une loi de ce genre a déjà été votée à Genève par le Grand Conseil en 1992 afin qu'un groupe multidisciplinaire, créé par la Faculté de Médecine, permette de reconnaître la valeur de ces autres médecines de manière qu'elles puissent participer à la santé de notre population et à l'économicité des coûts.

     

  • Appel à des Etats Généraux de la Santé

    Imprimer

    Inexorablement, comme chaque année, l'annonce de la hausse des primes va faire penser, râler et jaser. Elle a déjà fait réfléchir plus activement que jamais nos Conseillers d'Etat responsables de la santé.

    Qu'en est-il du peuple qui, lorsqu'il s'agit de la santé, perd beaucoup de sa souveraineté? Qu'en est-il de notre relation à notre capital-santé qui, depuis longtemps, est détrôné par le capital-finance? Quelle conscience nous reste-t-il des mécanismes de notre corps et de la gestion de notre santé tant physique que mentale et affective? Avec la vie moderne, des pans entiers de cette conscience se sont estompés, avec une bonne dose de croyance que la médecine peut tout réparer.

    Si le patient était au centre du système de santé, non pas parce que les dirigeants l'y placeraient mais parce que lui-même s'y placerait, le coût de la santé aurait bien des chances d'être plus équilibré. Quels moyens thérapeutiques accepterions-nous? A quel type de santé aspirerions-nous vraiment? Certaines questions se poseraient de façon plus aiguë, comme par exemple:

    A l'heure où nos primes servent à mutilier des bien-portant (mutilation d'hommes pour en faire des femmes, mutilation de donneurs d'organes sains), est-ce que vraiment de tels actes médicaux relèvent de l'assurance de base qui, comme son nom l'indique, doit assumer la santé de base.

    Le peuple aussi commencerait à comprendre qu'il se leurre quand on parle de « sauver des vies » alors qu'il n'est toujours question que de prolonger des vies.

    Cette annonce des primes montrent qu'il s'agit d'un jeu entre les assureurs et les politiciens fédéraux qui essaient de calmer l'incendie avec des mesures momentanées qui ne changent rien au fond du problème.

    D'une part, les assureurs ont cherché une solution en créant les assurances complémentaires pour tout ce qui ne fait pas partie de la médecine académique stricte. Seulement, ce système ne fait que renchérir les primes indirectement, l'accès en est terriblement limité et son système juridique sort complètement du système mutualiste. En outre, le fait que nos assurances puissent jongler entre la base et la complémentarité n'est pas sain économiquement.

    Quand aux politiciens fédéraux, ils sont tellement éloignés des malades qu'ils ne peuvent effectuer des actions que coup par coup. Un exemple en est le vaccin Gardasil dont la campagne a su séduire les jeunes filles et leurs mères mais pas les scientifiques rigoureux. De plus, ce programme coûte quelques centaines de millions de francs, montant important qui, apparemment, n'a pas soulevé beaucoup de remous.

    D'autres acteurs mériteraient qu'on les écoute davantage, ce sont les pharmaciens d'officine qui, actuellement, ont le rôle de dispensaire de l'époque à savoir de soignant de tout premier recours.

    Notre système dépend aussi des grandes firmes pharmaceutiques qui, trop souvent, influencent les programmes de recherche au moyen de leur iimpact financier. Les facultés de médecine en perdent leurs indépendances et laissent de côté des méthodes de soins bien plus économiques.

    Il s'agit aussi, dans ce panorama général, de donner une juste place aux médecines alternatives qui sont souvent en mesure de soigner avec moins de moyens financiers mais avec une efficacité qui peut même surpasser l'efficacité de la médecine conventionnelle dans certaines situations.

    Quant aux médecins praticiens, ils sont un peu comme les patients, ils suivent le mouvement comme ils peuvent et pas comme ils le désireraient profondément.

    A l'heure d'une nouvelle Constituante genevoise, ne serait-il pas temps d'instaurer une Constituante des Etats Généraux de la Santé?