01 janvier 2009

L'AN NEUF ou L'AN 09

 

La nouvelle année appelle à un renouveau, de pensée, de comportement, d'ouverture, de créations.

Que nous sachions repérer tous nos programmes désuets au vu des programmes que la société mouvante et le climat changeant nous procurent! Apprendre à se détacher de tous ces programmes auxquels nous tenons car ils ont bien fonctionnés. Toutefois, y rester collés c'est leur donner une survie qui n'est plus d'actualité et nous empêcher de croître selon la loi d'évolution inhérente à notre genre humain.

Mettre à la place des programmes nouveaux en flairant les éléments qui nous guident à les créer et à les structurer. Avec un zeste d'audace, bien sûr, sinon l'aventure humaine n'a plus sa place.

L'An 09? C'est celui qui nous conduit vers le 10, vers la bascule dans une nouvelle dimension.

Combien de fois maturons-nous et affinons-nous nos qualités sans repérer qu'il est temps de changer d'orbite? Changer franchement, comme nous passons de secondaire au collège, également comme nous passons de fonctionnaire à indépendant, ou d'une langue à une autre. C'est apprendre à franchir des étapes comme de voir nos enfants quitter notre foyer et profiter de ce nouvel espace pour entreprendre des activités qui sortent de nos habitudes.

Ainsi donc, à vous tous qui me lisez aujourd'hui ou depuis plusieurs mois – un merci tout spécial à ceux qui laissent un commentaire – je vous souhaite une année neuve avec une mutation en profondeur qui vous permette de réaliser ce à quoi vous aspirez dans votre intimité la plus subtile, ou encore que ce qui mûrit depuis longtemps en sourdine au fond de votre être trouve sa franche éclosion.

25 décembre 2008

NOEL, NATIVITE, NATAL, NATIVIDADE, NATALE

 

L'Enfant- Lumière est déposé dans la paille d'une crèche.

Il est reçu dans le Nid de l'Humanité.

 

Dans le respect du libre-arbitre propre à l'homme, nous avons reçu les potentialités de

l'acclamer, de chanter ses louanges, de le contempler, de l'accueillir dans notre coeur.

Nous avons aussi reçu les potentialités de le minimiser, de le dénier, de chercher à le tuer

(comme Hérode le fit).

 

De même que cette Histoire est fixée dans l'Eternité, c'est à chaque instant qu'il nous est

proposé et offert de Le contempler, de nous en réjouir, de respirer et de sourire avec Lui.

11 décembre 2008

"MOBILISER LE GUERISSEUR INTERIEUR"

 

Je fais référence au titre d'un article lu dans Le Temps du 6.12.08 où le psycho-oncologue et jésuite allemand Eckhard Frick est interrogé au sujet de la place de la spiritualité au cours des maladies graves.

Dans ma note précédente, je fais allusion au fait que l'Avent invite à s'approcher de l'amorce d'une lumière intérieure que d'aucuns appellent le soi. A première vue, ce soi paraît si petit qu'il est plausible de se demander s'il est capable d'expansion. En fait, lorsque nous posons notre conscience sur lui, des forces potentielles de croissance se mettent en action et la clarté comme la densité de cette zone si intime croît à notre perception.

Suivant les principes de tout processus de croissance, cette entité passe par des étapes bien distinctes, similaires à celles de l'embryon dont les cellules se différencient de plus en plus précisément au cours de son évolution. De ce fait, apparaissent différents attributs de l'être humain qui deviennent de plus en plus nôtres.

Ainsi, le Temps de l'Avent nous invite à ressentir le renouveau de cette croissance qui peut se poursuivre tout au long de l'année et nous permettre de rencontrer, après diverses étapes progressives, notre maître intérieur, notre guide intérieur ou...notre guérisseur intérieur.

De ce lieu intime nous proviennent les intuitions les plus magistrales. Avec nos sens affinés par divers processus de croissance et de pratiques, nous pouvons capter ces intuitions dont l'originalité et la créativité prouveront qu'elles nous sont propres et dignes de confiance.

 

28 novembre 2008

CHANGEMENT, TRANSFORMATION, TRANSMUTATION

 Ces trois mouvements de croisssance sont à l'ordre du jour, illustrés tant par le choc financier que par les événements climatiques.

La vie est en perpétuel changement, transformation ou mutation, notre société s'y colle, de gré ou de force. Est-ce que l'individu suit?

Il y a toujours en nous une partie pour qui un simple changement est déjà une montagne.

Nous vivons les transformations de notre corps plus ou moins harmonieusement.

Quant à transmuter notre esprit ou notre âme, il faut le grand chaudron de l'existence pour nous y forcer la plupart du temps. Un travail en conscience permet d'aller dans le flux de la croissance et de vivre alors ces transmutations dans la confiance plutôt que dans l'angoisse.

Il est offert à chacun d'oeuvrer afin de traverser ses phases de croissance dans le sens du courant plutôt que d'y résister.

Notre corps nous donne les indices de ces résistances: la fatigue, la nervosité, les symptômes physiques sont de bons signaux de notre refus de suivre le flux de la vie.

Actuellement, bien des individus ont compris qu'il vaut mieux respecter ce que la vie nous propose. Ils effectuent différentes recherches sur soi, dans un esprit de découverte d'autres dimensions d'eux-mêmes et de libération de leurs potentiels.

Au début, il est normal de barboter dans un mélange incroyable de méthodes (440 répertoriées rien que sur le Canton de Genève), utilisées de façon très diversifiées par les thérapeutes ou accompagnateurs (« coach » dans le langage moderne). Et puis, peu à peu, l'intuition se développe et chacun peut sentir de plus en plus clairement quelle est la démarche adéquate au moment opportun.

Jusqu'au dimanche 30 novembre se déroule à la Praille, à Genève, San Nat Expo qui est bien plus qu'une exposition puisqu'elle propose 4 conférences toutes les heures, que nous pouvons y faire des expériences sur nous-mêmes et chercher des moyens, par le contact avec divers thérapeutes ou médecins présents, d'accepter le changement, de nous transformer, voire de transmuter!

 

17 novembre 2008

CHASSEZ LE NATUREL...

 

il revient au galop!

Avec son art pour la diversité: catastrophes climatiques, mesures scientifiques, écologie, sa manifestation de la limite de certaines ressources, etc...

Il en va de même en ce qui concerne la nature humaine: pour les soins corporels, les produits sont de plus en plus naturels. Pour l'alimentation, il nous est recommandé 5 portions de fruits et légumes par jour. Contre diverses maladies, faites du sport en plein air! Les bienfaits de l'eau de mer sont récupérés par les thalassothérapies.,,,

Pour notre santé globale, les méthodes alternatives se multiplient et s'affinent: 440 sont inscrites à Genève!

Par conséquent, Mesdames et Messieurs, il est temps de ne pas rester à la traîne et de venir vous instruire à SanNat Expo, Salon automnal des thérapies naturelles et de l'épanouissement personnel, à La Praille, en l'Hôtel Ramada.(dates et horaires ci-dessous)

Il y a même de quoi vous restaurer, afin de dynamiser votre tonus!

Outre les stands, vous pourrez y entendre de nombreuses conférences sur des sujets très variés avec des conférenciers d'origine diversifiée. Quatre salles proposent chaque heure un nouvel exposé. C'est dire que l'enthousiasme est grand!

Si vous désirez dialoguer avec les conférenciers, vous les rencontrerez aussi à leur stand. Vous pouvez également recevoir des conseils appropriés ou faire des expériences pour une meilleure connaissance de vous.

Le GRAMI (Groupe d'Appui pour la Médecine Intégrative) partagera son stand avec le CMSTP (le Conservatoire des Savoirs Médicaux Traditionnels et Populaires). Ils vous présenteront leurs actions pour une Médecine Intégrative, tant en Suisse qu' à l'etranger.

Vous y êtes donc les bienvenus, le jeudi 27 novembre de midi à 21h, les vendredi 28 et samedi 29 de 11h à 20h et le dimanche 30 de 10h à 19h.

Peut-être aurez-vous l'intérêt, le désir, voire l'audace de nous rendre visite?

 

10 novembre 2008

MASCULINITE ET VIRILITE

 

Nous restons dans les éléments dont les femmes peuivent être démunies pour équilibrer la balance dans les assemblées politiques.

D'après les gènes, nous sommes peu différents entre nous, hommes et femmes. Nous sommes d'abord des êtres humains et agissons avec des forces dites yin et yang en chinois, qui indiquent mieux des polarités que nos masculin-féminin qui indiquent presque des oppositions!

Je rappelle que notre cerveau droit dirige notre côté gauche qui manifeste plus facilement la sensibilité et l'intuition. Le cerveau gauche anime le côté droit du corps et exprime plutôt la logique et la rationalité. Nous avons tous intérêt à garder ces deux tendances en équilibre. Pour ce faire, il est primordial que les informations circulent d'un cerveau à l'autre, ce qui est possible grâce aux commissures interhémisphériques.

Il est évident que, selon le bagage avec lequel nous naissons, le milieu dans lequel nous vivons, l'éducation que nous recevons, nous utilisons plus ou moins l'une ou l'autre structure et le passage entre les deux. Ainsi, les caractères féminins ou masculins s'affirmeront plus ou moins et de façon plus ou moins harmonieuse.

Il y a un élément qui anime toutes nos structures. C'est l'énergie vitale! En latin, vir-viris signifie l'homme (der Mann) mais aussi l'énergie vitale. Donc cette énergie appartient aussi aux dames!!! Il s'agit de cette force qui va droit au but et qui pénètre l'objectif. Si nous en faisons un juste usage, nous pouvons avoir un réel impact sur les éléments qui nous environnent..

Comment rencontrer cette énergie? Par la question: « que désires-tu? ». Le désir est cette force qui surgit de notre être tout entier, qui ne doit pas être confondu avec un souhait (conditionnel) ou une envie (partielle). Il est aussi distinct de l'aspiration qui vient de notre intimité la plus profonde.

Cette force virile est mise à mal actuellement autant chez les hommes que chez les femmes et , bien sûr, depuis l'enfance. Soit elle déborde, soit elle est contenue, soit elle est déviée.

Si nous nous mettons à l'écoute de cette force quand elle désire surgir en nous, nous prendrons conscience de la manière dont nous la considérons et la gérons, en en profitant, en la détournant de son objectif spontané (n'est pas égal à impulsif) ou en la castrant.

 

03 novembre 2008

OSONS ABORDER LES PARATRES

 Nous avons constatés que ce sont les seniors d'une soixantaine d'années, juristes de surcroît, qui furent élus en majorité pour notre Constituante genevoise. Ainsi donc, notre société croit avoir encore et toujours besoin de l'archétype paternel pour se structurer.

Dans une précédente lettre aux lecteurs, j'ai proposé qu'avant de réclamer la laïcité, nous développions dans notre inconscient judéo-chrétien l'archétype Dieu, Père et Mère, ce que les Amerindiens possèdent depuis longtemps, eux qui sont très proches des forces de la Nature.

Il y a une autre dimension que j'aimerais aborder aujourd'hui.

Dans notre culture, les contes présentent souvent le Roi, la douce Mère défunte et la Marâtre.

Le Roi a tous les pouvoirs pour régner. Il peut être absent pour ses enfants, ce qui semble tout-à-fait excusé dans les histoires...Déjà là, nous pourrions réagir comme l'auteur canadien Guy Corneau qui a écrit un livre à ce sujet: « Père manquant, fils manqué ».

Une autre dimension qui devrait nous faire bondir se trouve dans le fait que l'on décrive abondamment les horribles défauts des mères en le personnage des marâtres et que les défauts des pères, hormis les ogres dans quelques histoires, ne sont pas mis en évidence. Une fois de plus, le concept du père semble intouchable.

Je ne tiens nullement à détrôner la valeur des pères qui ont une lourde tâche mais je crois qu'il vaudrait mieux ne pas être complice des défauts des parâtres en maintenant ces dimensions-là sur un trône non mérité!

Citons quelques dérives de père en parâtre:

- L'autorité qui tourne en autoritarisme: « Tu dois m'obéir parce que je suis ton père! »

  • En se sentant responsable de la lignée familiale, le père peut imposer une profession à son fils.

  • Projeter sur son enfant ses propres désirs. En voici une anecdote vécue: une fille voulait pratiquer l'accordéon; son père qui avait toujours désiré jouer du piano le lui imposa. Après un an, la fille arrêta et, en plus, avait perdu son élan pour l'accordéon.

  •  

  • Imposer son mode de vie: tu dois te lever à l'heure où je me lève.

  •  

  • Il remet à la mère la responsabilité de l'enfant tout en justifiant son geste par un grand principe.

 

Il est à noter aussi que ce système est tellement ancré dans nos coutumes que ce sont souvent les épouses qui le maintiennent avec, par exemple: « Ne dis pas ça car ton père se fâchera » même si l'enfant a pleinement raison.

Nous n'avons justement pas à attendre qu'un père soit parfait mais il est temps de dénoncer ce qui procède du parâtre afin de retrouver un équilibre qui conduise à une réelle parité dans nos couples et dans nos assemblées. Ainsi, cette parité ne nous sera pas imposée par un article de loi, principe masculin par définition!

 

11 septembre 2008

Le Jeûne Genevois

 

 

Jeûne genevois ou jeûne fédéral?

 

En fait, le jeûne est d'abord une mesure hygiéniste : libérer des circuits dans le corps pour éliminer un trop plein d'éléments.

Certains le feront une fois par semaine, comme une petite « putz »hebdomadaire.

D'autres, plus absolus, l'effectueront plusieurs jours d'affilée, en sachant qu'il faut l'introduire progressivement et en ressortir de même sous peine de vivre de grandes réactions. Dans cet ordre-là, il peut être utilisé comme thérapie, très efficace si elle est bien guidée et instaurée au moment approprié.

La première comme la deuxième formule touchent la dimension affective; en effet, la nourriture est très reliée à la relation avec la mère ou l'ambiance dans laquelle se prenaient les repas.

Il est important aussi d'être attentif à l'évacuation car ce qui reste trop longtemps dans les intestins repart dans la circulation sanguine!

Une solution plus douce qui tient compte de l'affectivité est la monodiète, sorte de jeûne partiel: on ne mange qu'un aliment, de préférence cru, par repas. Ainsi donc, vous choisissez de ne manger que des carottes, ou que des pommes lors d'un repas. Il vaut mieux ressentir de quoi vous avez envie plutôt que de décider arbitrairement une cure de l'un ou l'autre légume. La cure de raisin peut être très salutaire pour certains mais si on la décide après la lecture du livre de la femme guérie de son cancer, on risque d'avoir des surprises dans la mesure où le raisin est très yin et qu'il vous faut peut-être du yang.

Le jeûne a aussi été introduit dans les mouvements spirituels et religieux. Effectivement, en jeûnant l'esprit est plus claire et les prises de conscience plus vives.

Et puis, au niveau philosophique, explorer ce qui se passe en nous lorsque nous nous privons d'aliments peut être une expérience subtile dans ce monde où l'avidité de la consommation ou des actions en bourse vont jusqu'à conduire à un déséquilibre humanitaire.

09 septembre 2008

La santé garde toujours le même prix

 

 

Eh oui! La santé garde toujours son prix en quantité d'oxygène, en diversité alimentaire, en qualité des nutriments. Les articulations nécessitent une certaine dose de mouvements afin de rester lubrifiées. Le sommeil, pour être réparateur, doit respecter certains paramètres. L'âme a besoin d'une certaine ouverture à la joie et aux relations affectives. L'esprit requiert une dynamique de créativité et une gymnastique intellectuelle pour le conduire à une certaine lucidité.

La vie nécessite rythme et transformation, spontanéité et diversification.

Qu'en faisons-nous? Actuellement, différentes tendances mentales nous leurrent: nous avons l'impression que nous avons le droit de faire ce que nous voulons, comme nous le voulons, quand nous le voulons et où nous le voulons. Je me souviens d'un jeune ouvrier qui travaillait avec une machine bruyante et qui ne ressentait pas la nécessité de protéger ses oreilles puisque, si elles s'abimaient, il y avait aujourd'hui des appareils pour les remplacer....

De même avec tout ce que nous ingurgitons en trop parce qu'il y a des pastilles contre le mal d'estomac ou contre la gueule de bois, parce qu'il y a des médicaments contre les troubles du métabolisme dus aux excès....

Les croyances nous poussent à croire qu'avec ses progrès, la médecine est toute-puissante. Alors nous l'essayons, nous la poussons à bout et cela nous permet un certain équilibre pour un certain temps; puis l'organisme cède et nous tombons dans les maladies chroniques. La vieillesse a bon dos: en fait, c'est l'accumulation d'erreurs, tant au niveau physique que psychique qui nous encrassent et nous limitent de plus en plus. Les cellules de notre corps se renouvellent tous les 7 ans; ce qui demeure sont les stocks inutilisables.

 

Plus nous nous éloignons du prix de la santé, plus nous tombons dans les coûts des soins!

Il est inutile de changer les répartitions des sommes comme nos dirigeants essaient désespérement de cogiter, il s'agit de s'approcher au mieux des exigences de la santé. Les caprices ont toujours coûter cher car ils s'éloignent des élans vitaux, des élans globaux de notre être.

 

Je reconnais tout-à-fait que certaines pathologies proviennent de causes très profondes difficiles à atteindre. Alors les coûts qui en découlent sont dans l'ordre des choses et ne font pas déborder nos finances. De plus, la majorité de la population est disposée à être solidaire dans de telles conditions.

11 août 2008

Le Soleil Noir


De même qu'en couture il faut un patron pour découper un vêtement, de même le soleil a un modèle qui le conçoit. D'aucuns appellent ce modèle le soleil noir, sans doute parce qu'il n'est pas possible de le voir.

Pourquoi vous parler de ce soleil alors que nous avons l'impression de dépendre uniquement de notre soleil lumineux, chaleureux, joueur avec les nuages, rythmant nos jours et nos nuits? Parce que notre soleil se situe au niveau concret et qu' il est intéressant de se douter qu'il y a un niveau plus subtil qui en est le créateur.

Ainsi sommes-nous faits: d'un plan très matériel sur lequel nous nous voyons agir. Toutefois, certains individus ont le pressentiment d'un plan plus subtil et d'autres ont développé des sens qui permettent d'y accéder. Ce plan-là peut présenter différentes dimensions d'où différents témoignages de ceux qui les perçoivent.

Nous en avons tous fait l'expérience une fois ou l'autre, par exemple dans le domaine des idées créatrices quand nous désirons très fort une chose et que nous mettons tout en oeuvre pour la réaliser, la rendre réelle. Certains appellent cette dimension où nous trouvons ce genre d'idées le "corps mental supérieur".

C'est aussi dans ce lieu immatériel que sont fixées certaines idées d'où découlent des maladies chroniques. Pour approcher d'une guérison plus complète, il vaut la peine de savoir à quelle(s) idée(s) déposée(s) en ce lieu correspond la programmation de la dysharmonie physiologique qu'est une maladie. A ce niveau-là, on peut parler d'idées "noires"! Certaines démarches nous permettent d'aller extirper ces modèles morbides. Nous pouvons nous servir des jalons que sont les types de sensations douloureuses et émotionnelles ou encore les organes concernés car ils nous indiquent le type d'idée qui correspond à telle pathologie.

Je peux citer le cas d'une dame de 60 ans qui racontait spontanément qu'elle avait commencé à devenir sourde vers 50 ans quand elle décréta très fermement et absolument qu'elle ne voulait plus rien entendre de sa mère. On peut dire qu'à cet instant, elle plaça un modéle dans son corps mental supérieur.

Il existe des thérapeutes qui vous conduisent jusqu'à cet "étage" et vous permettent de prendre conscience du modèle toxique. Il y en a qui savent en voir la nature et ceux qui savent les dissoudre énergétiquement (ceux-là sont les plus doués!). Le vrai problème pour y accéder, c'est d'aspirer profondément à aller mieux, c'est d'en concevoir la possibilité et c'est se donner une disponibilité tant intérieure que pratique pour y parvenir.