Que représentent les enfants?

Imprimer
Trois thèmes glanés ces jours m'ont incitée à parler des enfants. Que représentent-ils pour nous? Ils apparaissent peu à la une des journaux où l'organisation politico-économico-financière occupe la place la plupart du temps. Et dans la rue ou les transports publics? Ils sont beaucoup accaparés par leurs écrans.

 

 

 

Commentaires

  • Bonjour,

    Merci pour cet article « Que représentent les enfants ». Il y a une grande différence entre faire des enfants et produire des enfants.

    Dans les années 1960 à l’école, il était enseigné : « Attention surpopulation !!! 3 enfants par couple, pas plus !  » Cette prise de conscience faite, la natalité descend et c’est dans les années 70 que la fécondité, atteint le l’équilibre, 2.1 enfants par femme. Cela permet d’assurer un renouvellement de la population. Puis la natalité continue à s’effondrer et passe progressivement à 1.5 enfants par femme. https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/publications/ouvrages-synthese/memento-statistique-suisse.assetdetail.7767424.html

    Mais les enfants ont une valeur commerciale et s’oppose à cette situation de déflation natale, les besoins de l’économie et des industriels. Ils vont assurer leur croissance en allant chercher des forces vives ailleurs. Prendre les enfants des autres en quelque sorte. (Et ils n’ont pas attendu la baisse de fécondité pour faire cela.)
    Nous avons là deux force qui s’opposent :
    - l’une, assez naturelle du désir de chacun de fonder une famille et « faire des enfants », tout en veillant à ne pas en avoir trop, afin que chacun puisse assumer sa vie le jour venu.
    - l’autre , assez mécanique et automatique : produire de plus en plus ! Pour cela notre société a besoin que l’on produise de plus en plus des enfants consommateurs, mais paradoxalement de moins en moins de travailleurs, alors que ce sont sensés être les mêmes personnes.

    Il faut bien le constater, dans une Suisse qui se gonfle et se gonfle encore, ce petit pays donne de moins en moins de place aux enfants. Faute de place, quand il y en a peu ; ça coûte plus cher et les pauvres n’ont pas assez d’argent pour se payer de la place. Il y a donc moins d’enfants. Le risque n’est-il pas de tuer la poule aux œufs d’or en vendant la vie trop chère?

    Dans votre article vous y mentionnez l’avortement ; l’IVG « Interruption de grossesse volontaire ».
    Dans les statistiques de la confédération 2017 et 2018 le nombre d'interruptions de grossesse parmi les femmes résidant en Suisse est de 9 885 et respectivement 10 264. Ces chiffres seuls donnent une idée de la place que l’on laisse aux enfants
    https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/etat-sante/reproductive/interruptions-grossesses.html
    Lorsque j’ai fait mon armée, dans les années 70-80, c’était environ 25 à 30 000 jeunes garçons de 20 ans, qui chaque année, étaient stockés sur les tablars de la chaire à canon de l’armée suisse.
    Cela peut donner un certain éclairage sur la question : POURQUOI L’ARMÉE A RÉDUIT SES EFFECTIFS ? La guerre ne pouvant avoir lieu, faute de combattants, nous devrions changer le slogan « faites l’amour, pas la guerre » par : « FAITES L’IVG, PAS LA GUERRE! »


    Comparez ces deux mots vie et ivg ; n’y constatez-vous pas une certaine ressemblance?
    Encore merci et bonne journée.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel