18 juillet 2018

Les médicaments sont rois

et les industries pharmaceutiques impériales. Voilà ce que m’évoque le titre de l’article « Novartis pourra soulager des centaines de milliers de migraineux en Suisse ». Il aurait même pu dire « et dans le monde » ! Les termes de ce titre démontrent aussi le type de soutien que les médias apportent à certains domaines en vue actuellement.

 


Nous avons donc passé du système décimal au système binaire. De l’éventail de plusieurs thérapies ou produits thérapeutiques pour soigner un problème de santé, le système moderne en est venu à se restreindre à une dimension : le médicament.

Système binaire encore : un diagnostic bien délimité avec un médicament qui lui correspond.

La science se targue de ses progrès. Ici c’en est un du fait de la mise au point d’un produit certainement très étudié et élaboré selon les protocoles en vigueur, avec des techniques très pointues.

Mais a-t-on vraiment étudié l’effet à long terme du fait de la suppression des manifestations migraineuses ? Et encore de l’impact du produit dans toutes les régions du corps et les fonctions de l'organisme ?

Ce qui souligne également le côté binaire, c’est la relation entre la mise sur le marché du produit et l’effet économique. A commencer par son coût par personne aux USA où il est déjà prescrit :  575 dollars pour la dose mensuelle.

Autre calcul pour justifier le médicament : « Les coûts annuels de l’absentéisme dans les entreprises se situeraient entre 21 et 32 milliards de francs en Europe et 20 milliards aux Etats-Unis. ».

Ou encore face à l’avenir : «  La Banque Cantonale de Zurich considère l’Aimoving comme un nouveau véhicule de croissance ». Avec une telle considération, l’être humain n’apparaît plus, ni tous les aléas possibles. On en arrive à la base monaire !

A remarquer aussi que notre système économico-politique manifeste une schizophrénie patente : d’un côté, il se désole de la hausse des primes maladie qui l’amène à la faillite et d’un autre côté il se réjouit d’un nouveau véhicule de croissance. Quand y aura-t-il un système ternaire pour joindre le tout dans un ensemble unique afin de créer un équilibre pertinent?

Il est temps de revenir au système décimal voire centésimal : Il existe ! encore s’agit-il de le reconnaître. Puisque la science n’a que des médicaments pour soulager – et non pour guérir dans le cas présent – pourquoi ne pas étudier avec humilité ce qui ressort des autres médecines ?

Quand je consulte la définition de Wikipédia qui relève de la réflexion officielle, je lis : " Les médecines non conventionnelles regroupent plusieurs centaines de pratiques thérapeutiques dont l'efficacité n'est pas démontrée, c'est-à-dire non testée, non supérieure au placebo ou bien insuffisamment démontrée."

Une telle déclaration est d’un péremptoire effarant : elle évoque plusieurs centaines de pratiques qu’elle balaie avec quelques mots en décrétant que l’efficacité n’est pas démontrée donc non supérieure au placebo. Comment les auteurs de cette définition peuvent-ils dénier à ce point l’existence de tous les thérapeutes investis dans leurs formations et tous les bienfaits ressentis par des êtres souffrants ?

Ce déni démontre fortement à quel point leur vision est rétrécie à un système 2D (pas de preuve donc effet placebo) alors que la mode est passée au 3D voire au 4 D qui stimulent l’élargissement des champs de perception, de conceptualisation et d’action.

En réalité, dans différents domaines, la médecine a repris des éléments connus depuis très longtemps. Alors pourquoi renier un espace multidimensionnel pour le restreindre à ce que les scientifiques estampillés par l’Académie mesurent selon des appareils qui les limitent, même s’ils progressent dans la précision.

La sensibilité technique n’a de loin pas encore rejoint la sensibilité très fine, vivante et complexe de l’être humain qui apprend à l’utiliser par une pratique constante et évolutive.

Commentaires

Encore une fois merci, Marie-France, pour ce cri du coeur. Je suis sûre que le fait de mettre par écrit ton analyse et de la partager sur internet a une action puissante dans l'invisible et non seulement sur ceux et celles qui l'auront lue.. Je me souviens des séances de Somatognosie avec toi où il fallait mettre son attention sur les sensations du corps dans l'instant présent. Et aujourd'hui le nombre de pratiques qu'on trouve sur internet et qui commencent exactement par cette injonction sont légion.

Écrit par : Noela | 18 juillet 2018

Grand merci, Noela, pour ta visite et ton témoignage.
Effectivement, nous sommes d'abord des êtres d'énergie : la preuve, c'est qu'on nous met en terre ou qu'on nous brûle quand il ne reste plus que le corps matière!
Alors pourquoi en médecine on ne soigne pas prioritairement le corps énergétique. Il est le premier à manifester un déséquilibre. Sachons donc repérer les signaux de ces perturbations énergétiques afin de les harmoniser plutôt que d'attendre que le conflit de santé ne s'incarne dans la matière, auquel cas les médicaments ont leurs rôles à jouer.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18 juillet 2018

Le problème avec les labos, c'est qu'ils pensent que l'action des "médicaments" se fait par effet de forme (clé et serrure). C'est le dogme, et ils n'en démordent pas. Et pourtant, des biochimistes de renom reconnaissent que ce dogme ne permet pas de comprendre comment fonctionne un simple "médicament" tel que le paracétamol :
https://vimeopro.com/maisondelachimie/chimie-et-cerveau/video/263843089

à la 47 ème minute par exemple.

En fait, ils ne veulent pas reconnaître que ces phénomènes relèvent simplement des réactions chimiques classiques, gravées dans le marbre depuis 150 ans par des travaux irréfutables. Cela les ferait descendre de leur piédestal.

Écrit par : jean umber | 19 juillet 2018

Merci Jean Umber pour vos transmissions précises.
Il est vraiment désolant que même ceux qui ont une culture scientifique poussée ne tiennent pas compte de toutes les interrelations multidimensionnelles de leurs produits dans les milieux concernés et, comme vous le dites clairement, s'arrêtent trop souvent à l'effet "clef-serrure".
Ils montrent une telle pulsion vers la maîtrise du moment dans un cadre très délimité qu'ils en oublient que la vie est perpétuel mouvement.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19 juillet 2018

Un homme avait une migraine chaque fois que sa femme sortait pour se rendre au bal, en Angleterre, dans un endroit huppé.
Il souffrait abominablement quelques heures avant le départ de son épouse puis, elle loin, comme par miracle, la migraine se dissipait.

S'agissait-il d'une migraine?

Le mal de tête intervenant de manière récurrente à chaque sortie au bal on peut sans trop craindre de s'égarer établir une correspondance entre cette sortie imposée, l'endroit huppé, éventuellement, et la migraine.

Votre message, Madame de Meuron, est confirmé: un médicament pourrait atténuer le mal de tête en l'occurrence non cause mais conséquence.

La cause de la migraine est l'invitation au bal, l'endroit, l'heure (vaches à traire, animaux à soigner) le couple, l'entente, les rencontres, etc.
(Le couple connaissait alors de graves déboires économiques).

Très bon dimanche.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22 juillet 2018

Merci beaucoup, Myriam Belakovsy, pour cette illustration vivante très appropriée au sujet de ma note. Effectivement, les décharges dans notre système nerveux peuvent provenir de différents mouvements de notre âme ou de notre esprit.
L'interrogatoire homéopathique, très poussé, permet de mieux comprendre ce que vit la personne face à son environnement en son for intérieur. Plus les éléments mis en évidence sont précis et circonstanciés, plus il sera aisé de trouver le remède approprié. De plus, le patient apprend de mieux en mieux à être attentif à ce que son corps lui révèle et peut se diriger vers une thérapie adéquate.
Autres exemples dans le domaine neurologique, nous connaissons le remède de sciatique suite à une colère, ou encore de bégaiement suite à une peur.
La rapidité de la correction des symptômes peut alors paraître miraculeuse alors qu'elle ne fait que répondre à la loi très précise du similimum. Comme le remède agit en tant que message énergétique, la rapidité s'explique aussi du fait que quand on allume le bon commutateur, le circuit fonctionne très rapidement!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 juillet 2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.