25 juin 2018

L’Église, l’Amour ou la Science ?

Qui détient principalement le pouvoir sur nos existences ? L’Église avec ses dogmes? L’Amour avec sa puissance de relation? Ou la Science avec ses Principes? De gré ou de force, la Science a pris toujours plus d’autorité sur les différentes étapes de notre vie.


Dès la naissance, l’assistance scientifique s'est imposée de plus en plus. On en arrive maintenant à des césariennes de confort. En outre, les femmes perdent leurs instincts d’accoucher, ce qui diminue leurs souverainetés sur elles-mêmes et devient un problème crucial quand on ferme des maternités proches comme en France maintenant.

Anecdote : Une femme qui, prise par surprise, a su mettre au monde son enfant sans problème à domicile avec l’aide de son mari, s’est vue sévèrement réprimandée par le médecin de la maternité où elle s'était rendue pour terminer la délivrance du placenta. Le médecin avait sans doute oublié que l’accouchement est un processus naturel.

Puis dès 2 mois, le bébé reçoit de force des injections vaccinales, selon les dernières études scientifiques que l’on confirme politiquement.

Alors qu’on sait que le lait maternel est le meilleur aliment vivant pour un bébé, on fabrique selon des normes éprouvées en laboratoire des laits maternisés, sans se douter que des éléments subtils n’ont pas été testés donc ne peuvent pas y être inclus. Sans tenir compte non plus que le temps d’allaitement crée une relation affective particulière entre la mère et l’enfant. Encore une fois, l'amour doit laisser la place à des considérations calculées sans doute statistiquement selon des paramètres dénommés scientifiques.

Puis, pour la mère, la gestion de sa fécondité se fera très souvent avec des hormones consciencieusement dosées dans les pilules.

Et si elle tombe enceinte sans son consentement conscient, qu’à cela ne tienne : une narcose soigneusement préparée et un geste chirurgical lui donneront l’impression que c’est elle qui a fait son choix alors que c’est la science qui a organisé et mis en place tout le processus.

Idem à la ménopause, au lieu d’accompagner ce processus naturel le dosage d’hormones permettra un apparent équilibre au détriment de toutes les mutations que devaient subir l’organisme et l’être humain pendant cette phase si précieuse où la « sage-femme » devient une « femme sage ».

Même l’acte de trépasser peut s’effectuer sous la tutelle de la science qui, avec un produit issu des laboratoires pharmaceutiques, va donner l’impulsion nécessaire à la place du lâcher prise intime de la personne.

Ces différents exemples montrent bien à quels points ils ont supplanté les dogmes de l’Église.

Nous en arrivons à la Procréation Médicalement Assistée (PMA). A ce niveau, l’intense étreinte amoureuse est limitée à un geste en éprouvette. C’est dire que l’Amour est remplacée par le mariage froid entre la Science et l’Economie.

Mais le sommet en revient à la Gestation Pour Autrui. Des articles évoquent le sujet de temps en temps. Ici, le figaro.fr présente la polémique autour d’un colloque scientifique sur la GPA

Ainsi, on peut pleinement constater jusqu’où la science s’empare d’un sujet ô combien humain et vivant pour en faire une prouesse technique associée à un acte économique.

Au Québec, deux journalistes dénoncent en plus « une véritable opération médiatique pour « fabriquer le consentement » et amener la population à adhérer aux politiques mises en place pour favoriser l’industrie milliardaire qui fait commerce de la chair humaine. »

Une chercheuse indienne, titulaire d’un doctorat en santé publique et qui a travaillé dans des universités allemandes, a mené une vaste enquête en Inde sur les mères porteuses qui subissent des conditions de détention indignes d’une femme enceinte, les réduisant à des femmes esclaves.

Ainsi donc, quand on parle des progrès de la science, il peut s’agir aussi des régressions humaines dues à la science alliée à l’économie.

Commentaires

Aucun progrès vers l'ectogénèse depuis quatre ans ! Encore un effort, camarades et nous parviendrons au but Pour en finir avec l'accouchement : l'utérus artificiel ! (II/II)

http://humoresques.blog.tdg.ch/archive/2014/01/23/pour-en-finir-avec-l-accouchement-l-uterus-artificiel-ii-ii-252184.html

Écrit par : J.-A.Widmer | 25 juin 2018

De quoi relire la Première Lettre de saint Paul aux Corinthiens dont "(…) s'il me manque l'amour, je ne suis rien."!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25 juin 2018

Je ne connaissais pas votre blog jusqu'à hier, et le moins que l'on puisse dire c'est que je suis atterré par le contenu que j'y ai trouvé. Aucune "arrogance" de ma part, juste une constatation.

D'abord, vous faites un amalgame très dangereux: celui de confondre les connaissances scientifiques et l'usage qui en est fait par la société. Par exemple, ce n'est pas parce que la science permet aujourd'hui la GPA que celle-ci doit être acceptée par la société. Le choix d'appliquer ou non une technique est un choix sociétal et politique, pas un choix scientifique. C'est un peu comme si vous rendiez Oppenheimer et ses collègues du projet Manhattan responsables du danger représenté par les armes nucléaires. La science a démontré qu'il est possible de fabriquer des bombes atomiques, le choix de les utiliser ou non est un choix politique.

Ensuite, votre billet contient tout un tas d'erreurs patentes, que je vais chercher à énumérer factuellement ici:

- Que vous le vouliez ou non, l'accouchement est un processus difficile, et le taux de femmes mortes en couche était très élevé jusqu'au 19ème siècle. C'est grâce à la médicalisation de l'accouchement que mourir en couche est aujourd'hui l'exception. Revenir en arrière, ça veut dire être responsable du décès évitable de millions de femmes par le monde.

- Les vaccins sont la méthode la plus efficace pour se protéger des virus, et ils sont largement responsables de la hausse de l'espérance de vie de 40 à 80 ans au cours du 20ème siècle. Des maladies atroces faisant des millions de morts comme la variole et la polyo ont été éradiquées grâce aux vaccins. Vacciner les nourissons, c'est leur offrir dès leur plus jeune âge une protection contre des maladies graves.

- Les bienfaits de l'allaitement sont largement reconnus. Aujourd'hui l'OMS recommande l'allaitement exclusif des nourrissons jusqu'à 6 mois et l'allaitement partiel au moins jusqu'à 1 an. Ayant deux enfants en bas âge, j'ai reçu une brochure à leur naissance expliquant les bienfaits de l'allaitement. Vos propos sont simplement mensongers.

- Quelle est pour vous l'alternative à la contraception et à l'avortement? L'abstinence? Les grossesses des adolescentes? Le refus de l'avortement pour les femmes victimes de viols? Je suis curieux de découvrir votre réponse, sachant qu'elle risque bien de m'horrifier.

Les chiffres sont très clairs: jamais les humains n'ont vécu aussi longtemps, et en aussi bonne santé, qu'aujourd'hui. Ce fait est dû à deux facteurs: l'amélioration des conditions socio-économiques et les progrès scientifiques. C'est très facile à vérifier encore aujourd'hui en comparant les conditions de vie là où les conditions sont mauvaises et où l'accès à la médecine est limité.

Écrit par : Dominique Eckert | 26 juin 2018

Oui, très vrai...... et en même temps je me dis que cela doit faire partie du parcours humain, aller jusqu'au bout de l'absurdité pour retrouver la lucidité ? et en espérant qu'on n'aura pas besoin d'un nouveau déluge pour cela...

Écrit par : Noela | 26 juin 2018

"Aller jusqu'au bout de l'absurdité pour retrouver la lucidité". C'est une possibilité qui fut vérifiée maintes fois dans l'histoire, pas forcément au niveau mondial mais dans des régions bien définies. Toutefois, certaines personnes font une travail de conscience suffisamment efficace pour modifier le cours de leurs existences et ne pas avoir besoin d'être ébranlés par une 3e guerre mondiale (ce que certains flairent maintenant) ou par une guerre nucléaire, ou par un autre aspect de "déluge"

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 juin 2018

Dominique Eckert,
J'espère que vos jeunes enfants vous permettront de développer vos sens subtils et votre sensibilité affective.
Vous me semblez figé dans une attitude accrochée aux chiffres et aux concepts alors que vous n'êtes pas médecin pour découvrir toutes les nuances manifestées par chaque individu. Vous ne pouvez ainsi pas vous laisser surprendre par des aspects susceptibles de mettre en doute vos croyances en des dogmes scientifiques.
Votre façon d'être méprisant et dénigrant pour ceux-celles qui ont une autre vision et expérience de la vie est surprenante et je vous souhaite de passer à d'autres dimensions de perception.
Quant à une réponse plus précise, veuillez vous référez à l'article que je viens de publier.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 28 juin 2018

"Les chiffres sont très clairs: jamais les humains n'ont vécu aussi longtemps, et en aussi bonne santé, qu'aujourd'hui. "
Pour combien de temps encore? Pollution tous azimuths, baisse de fécondité, etc. Et la qualité de la vie? Passer des heures dans les embouteillages, c'est le pied? Confier l'éducation des mômes à des écrans, c'est normal? Bouffer des aliments industriels pourris de gras, de sucres, de sel, c'est la santé?

"Aujourd'hui l'OMS recommande l'allaitement exclusif des nourrissons jusqu'à 6 mois et l'allaitement partiel au moins jusqu'à 1 an."
Ce qui est une escroquerie. Il n'y a aucune raison de ne pas allaiter pendant 3 ans, sauf que c'est contre-productif économiquement et la société ne l'accepte pas. Les capitalistes préfère importer de la main-d'oeuvre plutôt que d'encourager les naissances et de devoir payer pour les congés et l'instruction. Triste pays qui a la haine de soi.

"Vos propos sont simplement mensongers."
Quels propos sur l'allaitement sont mensongers? Mme de Meuron critique les laits maternisés si vous ne l'avez pas comprises...

Écrit par : Daniel | 29 juin 2018

La relecture de l'épisode de Jésus qui "chasse les marchands du Temple" peut s'interpréter par Temple: le temple de notre corps et par marchands reprendre, Marie de Meuron, ce que vous écrivez à propos de la science alliée à l'économie... avec l'ensemble des entreprises commerciales concernées.

Le public n'aurait-il pas la possibilité de marcher sur les traces des pas du Christ en apprenant à dire "non"! à ces modernes "marchands du temple humain"?

Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29 juin 2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.