04 juin 2018

Une " loi d'abattage " est en cours

Une révision de la Loi sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (LChP) est en train d'être étudiée par la Commission de l'Environnement du Conseil des Etats afin de permettre plus de laxité pour abattre des animaux même protégés.

 

 


A l'heure où il est urgent de lutter en faveur de la biodiversité, il est vraiment incongru de modifier la loi dans le sens inverse.

Cette agressivité ne sera qu'une incitation pour ceux qui se sentent déjà agressés par les attitudes destructrices des instances officielles, lesquelles protègent surtout les gens qui ont besoin d'un confort matériel au détriment des animaux.

Nos dirigeants devraient aller dans la direction actuelle de plus de connivence avec la nature. Par une pareille modification de la loi, ils ne font que le contraire, ce qui, par la loi du retour, leur reviendra comme un boomerang.

Alors que nous ne savons plus soigner les humains avec des moyens à notre portée, nos dirigeants pourraient plutôt déployer des lois pour que nous apprenions à mieux comprendre que les animaux peuvent être des thérapeutes. Ils pourraient, par exemple, créer une loi pour faciliter la zoothérapie.

Quant à la simple relation sympathique avec un animal, ce qui revient à de l'hygiène de la sensibilité, on pourrait aussi créer un organisme. Quand je pense que l'Office Fédéral de la Santé Publique publie à plusieurs reprises une page entière de pub en faveur du don d'organe (ce qui revient à mutiler un être humain et, de plus, s'avère très coûteux), il vaudrait mieux employer ces pages à soutenir et susciter des élans de maintien de la santé dans la population en relation avec la nature.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.