03 mars 2018

Affectivité, objectivité et….politique

 

Il y a différents degrés de maturité, différentes largeurs d’objectivité. Alors quelle politique mener ?

Et quelle justice va apporter sa balance ? Un débat TV sur l’affaire Tariq Ramadan place en face à face une juive et un musulman qui cherchent ensemble les éléments objectifs à mettre en valeur. Mme Michèle Sibony, membre de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP), apporte davantage d’éléments de sociologie – tout en tenant compte de maints autres facteurs - et Me Hosni Maati, avocat français, fait preuve d’une grande rigueur avec beaucoup de nuances pour sa part juridique, en relation avec les autres dimensions de la société.


Cette émission donne un fort témoignage qu’il est possible de faire posément et intelligemment le bilan de la situation dans le moment présent d’une affaire très dense, en tenant compte d’un maximum de facteurs, en reconnaissant les émois affectifs tout en les insérant dans le contexte global de la situation.

Le cas de Tariq Ramadan, si on lui donne autant de places, c’est qu’il est très complexe en ce sens qu’il concerne les multiples dimensions de l’être humain et de la société actuelle soumise à différentes crises qu’elle doit affronter. Nous sommes un univers, tous interreliés donc il vaut la peine d’être UNI-VERS un équilibre commun, ce que les deux interlocuteurs ont su prouver avec dignité et pertinence.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.