06 février 2018

Diabète versus Allaitement

Quel beau programme que la vie offre : Diminuer le diabète en jouissant de l’allaitement ! Des études l’ont démontré : Alors qu’une grossesse provoque un état de résistance à l’insuline et un taux de sucre augmenté après les repas, à quoi s’ajoute une augmentation des triglycérides, la lactation normalise ces taux, même en cas de peu de perte de poids.


Par cette merveilleuse organisation du corps, les bienfaits de l’allaitement vont jusqu’à s’incarner dans l’organisme de la maman!

A un niveau plus ontologique, un physiothérapeute disait que les seins sont des fontaines d’amour. Pour une femme, permettre à ses fontaines de bien fonctionner lui est profitable dans différentes dimensions et, comme le sujet du jour le démontre, jusque dans son ventre ! Et pourquoi au niveau du pancréas ? Parce que, entre autres, réside en cet organe le relais du mois dans l’abdomen. (comme le cerveau est le réseau du moi dans la tête et le coeur dans le thorax). Dans notre culture très rationnelle, il est courant d’entendre les gens dire : « Je pense », et de passer à l’impersonnel : « on sent » quand il s’agit de descendre dans le coeur. Et il ne reste plus qu’un vide dans l’abdomen : on n’y met aucune conscience si ce n’est un travail d’abdominaux pour qu’il ait bon aspect vu de l’extérieur…

A noter aussi que le lait maternel contient tous les éléments nutritifs et immunitaires pour protéger l’enfant, ce que ne pourront jamais égaler les laits des laboratoires. En plus, il contient de l’énergie vitale que les laits en poudre n’apportent vraiment pas.

Ainsi, ce que le bon sens a toujours dicté et que les médecines à tradition connaissent depuis toujours, l’allaitement permet non seulement des réductions de maladie mais aussi une diminution des coûts à la charge de l’assurance maladie par la prescription d'un geste médical, avec toutes ses conséquences à plus ou long terme en ce sens que de couper le lait à la naissance avec le prétexte et l’illusion d’un confort – véritable castration hormonale - apporte bien d’autres conséquences, tant pour la mère que pour l’enfant, conséquences qui n'ont pas forcément été encore prouvées par la science officielle, ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existent pas!

Commentaires

Chère Marie-France,
Merci pour cette information qui me paraît d'une importance capitale. Je connaissais l'influence de l'allaitement pour le système immunitaire du bébé mais pas que cet allaitement peut remédier à un diabète suite à la grossesse.
Je suis née en 1942 et à cette époque ma mère avait dû se battre pour qu'à la maternité le personnel médical ne lui coupe le lait comme cela avait été fait pour mon frère né en 1939.
Bonne journée à tous !
Noela

Écrit par : NOELA | 06 février 2018

Merci beaucoup, chère Noela, pour ce témoignage très parlant.
Il en dit long également sur les affirmations que la médecine conventionnelle impose au peuple, quitte à revenir en arrière par la suite selon les dernières "études scientifiques".
Ce revirement se constate aussi lors des avis qui évoluent quant à la position du sommeil du nouveau-né vivement conseillée à certaines périodes et pourtant modifiée par la suite.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06 février 2018

Les commentaires sont fermés.