17 janvier 2018

Une maladie grave : l’addiction au sucre

Une enquête de Cash investigation, vidéo de 70 minutes, nous en dit long sur le sujet. Entre autres, comment l’addiction au tabac a passé à celle du sucre. Comment l’industrie du sucre s’est infiltrée partout, a réussi à cerner nos institutions, pour peser de tout son poids et imposer sa loi.


Imposer sa loi n’est pas peu dire puisqu’après un combat acharné et une somme colossale mise en jeu, le lobby agro-alimentaire a imposé l’étiquetage des produits au Parlement Européen. Même si cet étiquetage est « tordu » en ce sens, par exemple, qu’il définit un pourcentage de sucre en relation avec le besoin quotidien d’un adulte alors que ce sont des aliments prisés par les enfants et que la notion de grammes serait plus explicite.

Ainsi, depuis des années, les épidémies d’obésité et de diabète se développent. Le milieu pédagogique est lui aussi infiltré puisque ce sont ces mêmes industries qui financent en grande partie les campagnes de nourriture équilibrée dans les écoles. En France, une clinique pour adolescents obèses a été créée pour habituer les jeunes à une nouvelle alimentation et leur enseigner à lire les étiquettes des produits.

Mais le sucre, peut-il vraiment conduire à une addiction comme une drogue ? Eh oui ! Une expérience Impressionnante nous le prouve : des rats de labo rendus accro à la cocaïne préfèrent l’eau sucrée quand ils ont à choisir entre cocaïne et eau….

Les médecins ont compris un peu tardivement les effets du sucre et l’OMS a réagi. On a compris que le sucre n’était pas néfaste seulement pour les dents mais aussi comme cause d’obésité.

Notre corps a du mal à dire stop, surtout quand on boit du soda.

Le ministre de la santé des USA s’est déplacé à l’OMS pour dire que le rapport qui montrait la relation entre sucre et obésité racontait n’importe quoi, Donc s’occuper de l’alimentation, c’est s’occuper de politique. Car la première industrie au monde c’est l’agroalimentaire. Si vous l’affrontez, ils essaient de vous flinguer, nous dit le Professeur en nutrition mandaté par l’OMS.

Alors, que penser des édulcorants ? Comme nous l’explique Terraponia, les édulcorants intenses ont un pourvoir sucrant absolument dévastateur.

Sur ce site vous trouverez « un tableau récapitulatif des pouvoirs sucrants liés aux édulcorants intenses, classés par ordre alphabétique, de sorte que vous puissiez rapidement et intelligiblement voir en quoi ces composés, naturels ou synthétiques, aident à constituer le nouveau mode d’addiction prédominant. »

En conclusion, nous constatons que le lobby agro-alimentaire dépasse de loin le lobby pharmaceutique...Nos primes maladie dépendent donc largement des conséquences de l’addiction au sucre mais les calculs politico-économico-juridiques du système assécurologique n’en tiennent pas compte car, apparemment, ils ne sauraient se compliquer la tâche en touchant, entre autres, à Nestlé et son étendue mondiale.

Commentaires

@Madame de Meuron n'oublions pas non plus les liens sociaux dissous voir carrément inexistants entre membres d'une même famille
Ce qui peut aussi occasionner une addiction aux sucreries juste pour meubler le vide
Quand on entend on préfére la animaux aux humains car eux ne parlent pas Cela en dit long sur le malaise de notre société actuelle
Bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 18 janvier 2018

Bonjour Lovejoie, Oui, vous avez tout-à-fait raison de parler de la dissolutions des liens sociaux en famille.
En fait, le sucré correspond à une nourriture de nature maternelle, le salé à une nourriture paternelle. Or, c'est au pouvoir maternel d'entretenir les liens sociaux. Toutefois, les femmes actuellement désirent davantage utiliser leurs forces masculines, yang ou émissives selon le langage utilisé, et revendiquent leurs droits de façon masculine plutôt que par l'intuition et la douceur.
L'exhibitionnisme des Femens en est une caractéristique très démonstrative.
Les femmes se soucient davantage de leurs apparences extérieures : un exemple caricatural en est la mère qui refuse le baiser de son enfant le soir quand elle va sortir et qu'elle s'est déjà maquillée. Le paraître devient primordial, ce qui est bien une caractéristique yang.
Pour les adultes, la douceur que l'on s'octroie avec les sucres est l'image de ce qu'on ne sait pas s'offrir comme bienveillance pour respecter sa nature profonde et ne pas s'imposer les diktats de la mentalité ambiante.
Un récent commentateur nous a enseigné le terme nouveau de "mougeons", définissant bien une bonne partie de la population qui se laisse tondre comme les moutons et se fait avoir comme des pigeons. Il ne leur reste plus alors que la douceur de l'alimentation qu'ils peuvent saisir par eux-mêmes et, même dans ce geste, ils peuvent encore se faire utiliser par l'économie du système agro-alimentaire...

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19 janvier 2018

Je voudrais aussi rappeler l`effet dévastateur du sucre, ou de l`excès de sucre, sur les enfants, on commence à faire le lien entre cet excès et l`hyperactivité, l`agitation chez l`enfant, les troubles du sommeil, le défaut de concentration.

Écrit par : Luisa | 19 janvier 2018

Merci beaucoup, Luisa, d'attirer notre attention sur la relation entre l'excès de sucre et le lien avec l'hyperactivité de l'enfant et le déficit d'attention.
Un article très complet nous apporte un large panorama de cette pathologie et démontre bien qu'il vaut mieux réduire le sucre que donner des dérivés d'amphétamines (qu'on connaît sous le nom d'ecstasy...) à des enfants dont le développement en sera profondément modifié.
https://www.santenatureinnovation.com/troubles-de-lattention-hyperactivite/

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19 janvier 2018

Les commentaires sont fermés.