20 décembre 2017

Similarités entre le Bitcoin et la Médecine techno-scientifique

A l’ère où l’usage de la dimension rationnelle est poussée à son extrême dans notre monde occidental, il est intéressant de détecter où elle nous mène dans des espaces aussi distincts que la monnaie et la médecine.


Une vidéo fort bien faite (en chinois sous-titrée anglais) de 9 minutes nous permet de pénétrer dans la vie secrète d’une mine chinoise de bitcoins

Quand on lit sur internet ou dans les médias des informations sur le bitcoin, sommes-nous conscients de ces usines et de la réalité matérielle de cette création monétaire ?

On peut en admirer la technologie et l’organisation, de même si on visite un laboratoire de création et de production de médicaments.

On peut déjà se rendre compte de la distance entre eux, logés dans un espace restreint et nous le public répandu dans de vastes régions. La même chose pour les médicaments qui se répandent dans le monde entier, sans plus aucun contact avec la source si ce ne sont les intermédiaires électriques ou commerciaux.

Ce manque de contact est en grand ce que représente le passage des épiceries de quartier avec les supermarchés implantés artificiellement dans des zones commerciales.

Distance que l’on retrouve entre le travail d’un médecin spécialiste et un malade où l’approche globale du médecin généraliste est court-circuitée, ce qui est confirmé par la diminution des généralistes et le fait que les malades vont directement au centre d’urgences de l’hôpital de leur zone.

Le manager de l’usine chinoise reconnaît que les coûts en électricité augmentent sans cesse. N’en est-il pas de même des coûts de la pratique de notre médecine conventionnelle? L’usage tant de l’organisation complexe du système que des appareils augmentent.

Et pourtant, à l’heure actuelle, comme avec les mines de bitcoin, on ne pense en rien faire une révolution du système, on en pense qu’à l’affiner en le peaufinant, ce qui cause énormément de déchets, autre source de dépense énergétique, en sus de la recherche et des études.

Il est intéressant aussi de déambuler dans cette usine qui nous montre l’intensité des constructions et des investissements nécessaires à une activité très définie. Cela me fait penser à la taille de nos hôpitaux universitaires qu’on développe toujours plus au détriment des hôpitaux régionaux, sans doute moins techniques mais bien plus humains.

Et la vie se cache alors dans de petits coins annexes, des sous-sols ou des locaux sans lumière du jour. Ainsi, dans la vidéo, les employés mangent en vitesse dans une pièce sans esthétique ou encore ont des lieux de repos avec des coussins éventrés. De même dans certains sous-sol de nos hôpitaux se trouvent les animaux de laboratoire, qui n’ont pas droit à une vie selon les lois de leurs natures et qui souffrent de différentes façons, tant inhérentes à leurs lieux de séquestration qu’à celles infligées par les expériences douloureuses qu’on leur impose.

Ainsi, on veut faire un parallèle avec des organismes humains qui déambulent librement et qui, de plus, ont une structure corps-âme-esprit dans laquelle un nombre infini d’interrelations agissent, ce qui n’est pas du tout comparable aux interrelations qui s’effectuent dans un animal emprisonné dont on ne tient pas compte de la conscience et de la sensibilité.

De même, avec le bitcoin, on veut trouver un équivalent entre cette création purement informatique et la monnaie sonnante et trébuchante, gagnée à la force du poignet et des qualités multiples propres aux êtres humains.

On peut aussi souligner le rôle des énormes ventilateurs pour évacuer toute la chaleur fournie.

Serait-ce un pendant de tout ce qui s’agite autour des soins en matière de régulation politico-économico-juridique ?

Un collaborateur avoue : on craint une panne importante du système.

N’est-ce pas ce qui surgit systématiquement quand on crée un système démesuré par rapport à notre micro-univers humain ? Les « progrès de la médecine » tant vantés actuellement mais aussi mis en paravent pour cacher que l’espérance de vie est en train de diminuer, que les cancers se voient de plus en plus jeunes et qu’il y a toujours plus d’enfants diabétiques, ne montre-t-il pas que tout le système est atteint de virus qui vont prendre toujours plus d’importance ?

Quand on en vient, grâce à la techno-science, à mutiler un corps pour lui en extraire un organe vital afin de l’implanter dans le corps d’un d’autre, n’y a-t-il pas excroissance de la médecine, une excroissance qui écrase la place qui reviendrait à la juste pratique de l’art médical, dans un usage équilibré de l’argent à disposition ?

Toutefois, la nature a toujours su reprendre ses droits. Plus on l’écrase, plus le séisme résultant est important. On le sait depuis tout toujours, comme avec l’Arche de Noé et actuellement avec les conséquences de la pollution et autre catastrophes écologiques.

 

J’ai eu bien de la joie à écrire cette note qui a stimulé ma créativité !

Merci à TdG de m’offrir cet espace de blog !

Commentaires

N'est-il pas étrange que des Chinois, qui ont pourtant une vision du corps humain et de la médecine bien plus subtile que les Occidentaux, mettent en place des "usines" de ce type-là ?
Et pas seulement dans le domaine informatique.

Si le système était cohérent, il préconiserait un foctionnement plus respectueux de la santé des employés et de la circulation des énergies ...

Écrit par : Calendula | 21 décembre 2017

Merci, Calendula, d'apporter votre questionnement.
En fait, la Chine est certainement aussi morcelée que le sont bien des nations actuellement.
Comme ailleurs, des Chinois sont restés très proches de la nature et des lois de la vie, bénéficiant de leur médecine traditionnelle, alors que d'autres se sont précipités dans la séduction de la technicité, de l'économie à outrance, de la concurrence internationale, du vite fait mal fait, etc.
Ils sont un miroir grossissant de ce qui se passe chez nous : ceux qui préservent la nature et ceux qui construisent des bâtiments sans âme comme dans nos zones industrielles.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 décembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.