24 février 2016

Titre accrocheur : « Dans 30 ans, le cancer ne sera plus un problème »

Ce titre est sans doute opportun pour un journaliste afin d’attirer l’attention des lecteurs. Est-il utile, est-il nécessaire, est-il bienveillant ? Est-ce approprié de parler de cancer dans 30 ans alors que tant de personnes en souffrent maintenant ?


Est-ce encore utile de projeter des espèces de prédiction alors que nous en avons eu tant qui n'ont pas abouti, comme la cessation de certaines maladies par des vaccins?

C’est juste intéressant de savoir où en est la science. Et encore, il n’est question ici que de la science biologique, comme si elle était la seule digne d’être prise en compte. Comme si, en parallèle, d'autres sciences n'allaient pas faire évoluer les traitements des cancers.

Est-ce nécessaire ? Sans doute pour injecter dans le mental de la population une croyance qui engendrerait un espoir. Bill Gates déclare : « «Dans les 30 ans qui viennent, je pense vraiment que le cancer sera un problème réglé».

Ce type de déclaration est ainsi mis en évidence par les médias. Elle n'est l'expression que d’un seul homme dont la notoriété provient de son capital qu’il a cumulé grâce au labeur de beaucoup de personnes et pas de sa connaissance profonde du cancer. Sa déclaration est sa croyance et il n’est pas judicieux de l’injecter, comme un virus, dans le mental de la population. Ce n’est pas anodin car une telle croyance évite aux citoyens de s’ouvrir à d’autres modes de réflexions et de s’intéresser à d’autres moyens thérapeutiques.

Est-ce bienveillant ? La générosité de Bill Gates semble bienveillante. Toutefois, c’est à chacun de se mettre en route vers la guérison. Il peut y être soutenu par autrui mais pas pour être soumis à des systèmes qui sont loin d’être parfaits.

Les commentaires sont fermés.