03 juin 2015

Guérir du diabète de type 2

Tel est le sujet de l’ouvrage de Grégoire Lagger. Un vif merci à TdG de nous présenter dans un article de ce jour une ouverture vers la libération d’un diagnostic établi souvent à vie.

 


 

Plusieurs points sont à relever :

 

Redonner une autonomie au patient, à savoir qu’il peut modifier un état pathologique. On se laisse souvent plombé par un diagnostic et on se soumet aux connaissances scientifiques du moment. Or un diagnostic est la résultante de beaucoup de facteurs. Ces facteurs agissent sur des cellules vivantes, c’est-à-dire vulnérables (mot venant du latin qui signifie « capable d’être blessé). Cependant,  un organisme ne se soumet pas facilement à une blessure. Il possède moult facteurs de correction et de régénération.

 

Ainsi l’étude et l’expérience de Grégoire Lagger démontre qu’un patient peut recouvrer la souveraineté de son organisme en s'aidant par des attitudes en relation avec des lois biologiques.

 

L’auteur présente des démarches très concrètes. Pour les cas plus complexes chez qui les démarches proposées ne suffisent pas, on peut chercher dans d’autres dimensions du diabétique ce qui est à rectifier. Par exemple, la dimension affective : on sait qu’un traumatisme affectif affaiblit un être humain qui peut alors le somatiser dans un organe, plutôt un organe déjà affaibli par d’autres causes.

 

Dans un cadre plus subtil, le pancréas est le siège du moi dans l’abdomen. Cette formulation n’est pas courante mais est similaire à celle qui déclare que le cerveau est le siège du moi dans la tête ou le cœur dans le thorax. Qu’est-ce à dire ? Quand un individu s’affirme, il peut le faire avec des raisonnements s’il fonctionne avec son cerveau. Ou alors avec une conviction venue du cœur. Ou encore, une force qui vient des «tripes », c’est-à-dire de l’abdomen. Ceux qui reçoivent ces affirmations peuvent alors ressentir des énergies différentes selon la partie du corps qui les a animées.

 

TdG a demandé l’avis d’un médecin spécialiste en diabétologie. « Les miracles, les spécialistes n’y croient guère ». Le sens premier de miracle est : quelque chose d’admirable. Effectivement, dès qu’on sort des sentiers battus, on peut rencontrer des choses qui nous surprennent et que l’on qualifiera d’admirables. Même l’admirable obéit à des lois. La physique quantique est la science qui peut le mieux le prouver mais la science médicale ne s’appuie pas encore beaucoup sur elle.               Le spécialiste questionné se limite à l’affirmation « qu’on ne peut rien contre l’âge et la composante génétique ». Or, on sait que le corps se renouvelle tous les 7 ans donc l’âge est plutôt l’accumulation d’erreurs de toutes sortes, d’où des vieillissements très différents d’une personne à l’autre.                                  Quant à la composante génétique, elle relève d’un processus vivant, dynamique, capable de mutations. Autrement dit, les gènes ne sont pas des statues immuables mais des éléments susceptibles d’être modifiés ou encore de subir l’influence de molécules qui s’y accolent pour les bloquer ou avoir d’autres influences que celles établies un jour dans une étude.

 

Ce qui est aussi très important de souligner à la suite de l’œuvre de Grégoire Lagger, c’est que si la dynamique de reprendre en main sa santé pour un diabète de type 2, où les cellules dysfonctionnent de façon très concrète est possible, on peut en tirer la conclusion qu’une telle démarche est aussi possible pour bien d’autres maladies ancrées dans le corps. Il s’agit de bien percevoir qu’elles ne sont pas ancrées de façon immuable et d’enlever de son entendement le concept qu’elles sont fixées à vie.

 

Commentaires

Merci à un fidèle lecteur pour sa visite. Toutefois, je ne publierai pas sa recommandation pour deux médicaments conventionnels car le but de ma note est de développer une attitude qui dépende des forces vives d'une personne et non d'un produit extérieur.
Il est juste de soutenir l'organisme tant que les démarches en cours n'ont pas encore produit leurs effets. Toutefois, il y a alors des plantes qui soutiennent l'organisme tout entier plutôt que de se restreindre à compenser le déficit précis.
En effet, le diabète est la résultante de plusieurs facteurs et il vaut la peine de tenter de les corriger plutôt que de se contenter de rectifier la glycémie.

Écrit par : Marie-france de Meuron | 03 juin 2015

Bon, parlons de plantes, dans ce cas, comme par exemple le sureau, avec lequel on peut faire un excellent breuvage.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 03 juin 2015

A propos du diabète de type 2 j'avais un chat en excellente santé joueur en diable qui exaspéra l'un de mes convives qui par sa manière de s'en prendre à ce chat en criant lui fit horriblement peur.
Deux ou trois semaines plus tard je remarquai la modification de la fourrure du chat, de son comportement. Ne sautant plus sur les mêmes canapés, allant se cacher dès qu'arrivait le convive en question.
N'étant plus aussi propre qu'auparavant qu'il s'agisse de sa litière ou de sa toilette. Ne faisant plus ses griffes. Mangeant moins bien, demeurant en contemplation devant son écuelle d'eau, hésitant, etc. Je ne pensai pas qu'il était malade mais vieillissait et décidai quant à ses griffes de les lui faire couper chez une vétérinaire qui notant l'aspect très particulier de ses poils l'examina: diabète de type 2. Je suis persuadée que le choc nerveux que lui a fait subir le convive dont il est question plus haut pourrait être la cause de ce diabète (sans rien affirmer, bien sûr)?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 juin 2015

Excellent article qui confirme bien qu'au niveau théories en tous sens et contresens la médecine surtout avec les machines n'a plus rien à inventer pour imiter les émissions instrumentalisées de la part de la TV pour vanter un pour faire changer un mode alimentaire pour favoriser de nouveaux produits arrivés tout droit de l'étranger
On a eut les comédies punitives de la part de certains religieux depuis 1970 certains médecins ont peut-être pensé qu'il était temps de ranimer l'époque de l'ancien testament ou les interdits pleuvaient sur ceux qui osaient penser par eux-mêmes et les publicitaires y ont ajouté leurs touches de fantaisies enrobêes très souvent de mensonges et qu'aujourd'hui on utilise des enfants de plus en plus jeunes pour mieux les endoctriner alimentairement parlant et ce sont sans doute les mêmes qui veulent les instruire sexuellement
Si on devait dresser la liste des mensonges des uns et des autres on en ferait une encyclopédie
Quand aux plantes soit mais à condition de ne pas avoir un organisme pollué à cent pour cent et ce depuis la fin de la guerre .Organisme qui se remet lentement car débarrassé de toutes ces toxines médicamenteuses depuis 2002 ou enfin le cerveau trop occupé à soigner une personne mourante a enfin libéré l'esprit de la soignante afin de lui prouver qu'elle aussi avait la permission de s'exprimer
C'est vrai qu'à trois ans quitter une assemblée de Darbystes en chantant Frères Jacques aura sans doute donner à penser à certains que l'esprit était possédé par un démon quelconque
Etre hyper lucide n'est pas toujours bien vu et comme je ne faisais confiance qu'aux blouses blanches , l'année 2000 avec ses trois zéros a été le facteur déclenchant de nombreuses remises en questions mais paradoxalement ceux qui devraient se plier à cet exercice plus souvent ,ne le feront jamais car statisitques et sondages sont leur seule nourriture et surtout seules motivations

Écrit par : lovejoie | 04 juin 2015

Effectivement les plantes peuvent soutenir une démarche personnelle, soit d'une façon générale, en renforçant le patient diabétique dans ses différents systèmes en relation avec le diabète, ce qui serait le cas du sureau, soit en touchant plus directement le pancréas. A souligner que chaque plante a différents composants qui agissent sur différents systèmes y compris ceux qu'on ne vise pas...

Écrit par : Marie-France de Meuron | 04 juin 2015

Suite à la lecture de son excellent livre, je mets en lien une adresse pour mieux connaitre les remèdes ...

1. https://www.santi-shop.eu/fr/info/maria-treben.html

2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sureau

Merci pour cet article, madame.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04 juin 2015

Maria Treben, c'est ma bible santé depuis des décennies. Ma bible 1ère édition date de 1983; à l'époque 2 millions d'exemplaires vendus! Aujourd'hui je crois qu'ils sont à + de 10millions.

Toutes la famille nous nous sommes soignés avec ses conseils, les bons amis aussi et même les pas-convaincus.

Ca vous donne une santé, et ça vous la garde, en plus c'est pas chère et cela ne vous intoxique pas, je peux vous le dire!

Écrit par : Corélande | 06 juin 2015

Il faut aussi savoir que le pré-diabète est une condition que peu de gens savent surtout dû au fait que rarement est diagnostiquée et affiche quelques symptômes subtils.Certaines personnes atteintes de pré-diabète remarqué une peau foncée autour du cou, aisselles, nuque, les genoux et les coudes. Si vous avez déplacé de pré-diabète au diabète type 2, vous pouvez remarquer une soif accrue, besoin fréquent d'uriner, fatigue générale et une vision floue. La surveillance est toujours de mise, c'est pourquoi il faut bien choisir son lecteur de glycémie et cette page est consacrée à ce sujet: http://lecteur-de-glycemie.confort-domicile.com/

Écrit par : sweetlilou | 28 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.