24 décembre 2014

Noël, Nativité, Nouvelle Naissance

N comme Nid, Nid du Nouveau-Né


Naissance incarnée d’une nouvelle dimension de l’être humain, de la dimension divine qui a permis à Jésus de Nazareth de transmettre un enseignement spirituel répandu dans le monde entier, tout en vivant un cheminement total jusqu’à sa résurrection. Jésus est si puissant qu’on fête encore son anniversaire plus de 2000 ans après sa naissance !

Mais N, c’est aussi Non, Néant, Négation.                                                                                                                         La lettre N ressort ici dans un pôle inverse. En fait, selon un site : « L'interprétation de la forme du N correspond à deux entités, deux individus inversés, en contradiction. » Jésus intègre cette symbolique par sa venue au monde puisqu’il est né très humblement dans une étable alors qu’il incarne le principe christique. Il vient pour unir les humains alors que les humains de l’époque (Hérode, les Romains) ne pensent qu’à régner, quitte à tuer ceux qui leur feraient concurrence. Il propose ainsi une autre expansion de l'être humain.

En quoi cette Nouvelle Naissance nous concerne-t-elle ? Dans ses multiples dimensions, je relève cette invitation à trouver notre unité intérieure, notre noyau profond sous les couches de toutes nos contradictions.                                                                                                                                  Un autre exemple de cette profondeur nous est donné par les poupées russes dont les plus visibles sont creuses alors qu’à l’intérieur existe la poupée pleine. C’est cette plénitude qui manifeste l’essentiel de l'être humain alors qu’on pourrait ne lui octroyer que peu d’importance puisqu’elle apparaît si petite, comme Jésus dans la mangeoire !

Ainsi je viens formuler mes vœux les plus chaleureux et lumineux pour que Noêl nous accompagne vers notre intimité la plus profonde et notre aspiration la plus secrète afin de réaliser qui nous sommes vraiment.

Commentaires

J'aime Marie-France que vous mentionnez Jésus plutôt que le Christ, cette personne virtuelle créée par l'Église.

Jésus est à notre dimension, un homme qui naît dans la souffrance, qui réfléchi, qui abandonne, qui donne, qui partage, qui enseigne, qui nourri, qui guéri, qui condamne, qui pardonne, qui a peur, qui désespère, qui fait face, qui aime, qui s'abandonne.

Pour moi, Noël est un moment de réflexion sur la naissance, le mystère qui l'entoure, le premier contact avec l'extérieur, l'accueil au fils de l'homme et aux espoirs qu'il représente pour le futur de l'humanité, pour la convivialité, le partage, la générosité et ses bienfaits qui devrait triompher sur l'égoïsme et ses terribles travers.

Mais les gens préfèrent manger d'la dinde et se saouler la gueule. Peut-être ont-ils raison.... la vie est courte !

Joyeux Noël, Bonne Année et l'paradis à la fin d'vos jours !

Écrit par : Dcembre | 24 décembre 2014

Un vif merci, Dcembre, pour votre message très personnel et vivant!
Merci pour vos vœux de paradis! Il n'est, effectivement, pas évident de créer le paradis sur terre vu que nous y sommes pour vivre des expériences donc se blesser ou se tromper pour accéder à un déploiement de notre réelle dimension.
A vous, tous mes vœux pour que vous puissiez cueillir à chaque instant la fine fleur de la vie!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 janvier 2015

@ Dcembre


Selon l'historien Jules Isaac, Jésus n'est pas né dans la misère. Famille ("pignon sur rue") de charpentier, charpentiers ébénistes, également. Simplement, vu le recensement il n'y avait pas de place à l'hôtellerie. Christ, oint, envoyé ("Celui qui m'a envoyé(...)): "Ce n'est pas celui qui me dit Seigneur! Seigneur! s'offusquerait-il qu'on l'appelle d'une façon ou d'une autre? Pour faire juste, au moins sur un point, il faudrait dire et/ou écrire: Yéshoua ben Miryam

On a lu cette chose stupéfiante (blogs TDG, ces derniers jours) il faut "déchristianiser"... ! Première (incontournable) Alliance: les Dix Commandements fondement pour une civilisation saine, "harmonieuse", vivable, "possible"! à ne pas confondre avec la TORA, la Loi laquelle comprend les cinq premiers livres, l'un d'eux comprenant les Dix Commandements. La Seconde Alliance, la geste de Yéschoua ben Miryam lequel a redit
(Lévitique) qu'il ne faut pas penser qu'à soi mais aux autres aussi et ce qui est un centre d'intérêt vous motivant, vos articles concernant ce thème tout particulièrement, Madame de Meuron, la santé. Jésus, paralytique au bord d'une piscine, le guérit tout en lui disant de ne pas "retomber dans ton péché sans quoi tu retomberais encore plus malade"! Aujourd'hui, médecine psychosomatique.
La personne tant dans sa chair que dans son esprit. Le Dalaï Lama, qui n'est pas un faiseur de morale ou donneur de leçons a dit que si nous vivons faux notre cerveau à la longue peut fonctionner de travers lui aussi. Un admirable médecin genevois, le Dr Tournier, soignait la personne "globale" de ses patients. De par le privilège d'une rencontre avec lui en conférence à Lausanne je vis un homme qui portait un costume comme ayant rétréci et sur le moment pensai: "problème de teinturerie"? Mais j'appris à quel point son Eglise le mal traitait comme toute personne qui "dépasse" (costume comme par effort pour s'entendre en paroisse le représentant (symboliquement) s'efforçant de se "rétrécir"! Paul Tournier, Madame de Meuron, m'a écrit vénérer Elisabeth Kübler-Ross... ! qui nous a également appris à nous aimer nous-même sous peine de dévier... Tu aimera ton prochain "comme" toi-même! A gommer définitivement en "déchristianisant"?! Merci de nous apporter un blog épargné par sottises venimeuses variées...et (je crois que refuser ce qui est discourtois, dégradant et calomniant pour le plaisir de se défouler voire de nuire n'est pas "censurer" ou entraver la liberté de penser: comme disait Edmond Kaiser: "Donner n'est pas vomir" Gratitude, vos articles, meilleurs vœux en pensée fleuris, Madame, pour 2015

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.