16 juillet 2014

La laïcité n’existe pas

En  tant qu’être humain, on a toujours besoin de croire à ou en quelque chose ou quelqu’un.


La différence entre deux individus semble dépendre de la conception de ce vers quoi il tend, quelle-s dimension-s de lui il engage vers cette conception et dans les moyens pour l'atteindre.

Ainsi, avec son corps, il peut croire dans la toute force ou la toute beauté plastique. Ainsi, une personne engagera beaucoup de temps, de moyens financiers et de disponibilité psychique pour obtenir de beaux muscles ou une belle apparence, quitte à utiliser la chirurgie.

Avec son cœur, il peut croire en sa famille et toutes ses forces sont destinées au bien-être de ceux qui la compose, bien-être où on peut retrouver un objectif plutôt rationnel (réussir les études), affectif (réussir sa relation amoureuse), religieux (en faire de bons adeptes à une communauté), spirituel (en faire des êtres ouverts aux mystères de la vie et du cosmos), etc

Avec son raisonnement, il peut croire dans la toute-puissance de l’économie. Il cherche alors à gagner le plus possible et développer les stratégies les plus efficaces pour obtenir un maximum d’argent.                               

Ou encore,  il développera des expériences pour percer le mystère de la création par des expériences scientifiques toujours plus subtiles et s'y investira de toutes ses moyens personnels ou financiers.                                                                                                                                                                                                 Il peut aussi donner toutes ses forces à un mouvement politique dont les objectifs séduisent sa raison.

Avec son esprit, il cherchera à capter les forces surnaturelles, subtiles, supramatérielles ou supérieures, d’où les différents courants religieux et spirituels.

Certains croient qu’ils ne font que subir l’existence mais, au fond, on obéit toujours à un élan qui sous-tend notre maintien en vie.      

Commentaires

La laïcité pourrait-elle exister si les religions venaient à disparaitre ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16 juillet 2014

Victor-Liviu Dumitrescu, Merci de votre visite sur mon blog.
vous posez une question fort philosophique!
Comme nous vivons dans le présent, les réponses ne peuvent provenir que de la raison. Pour entrer dans la réflexion, je dirais que les religions sont des constructions de l'être humain, même si elles sont basées sur des perceptions supranaturelles, suprasensibles ou je ne sais comment les appeler!
Par conséquent, il semblerait que les religions demeureront tant que l'humain demeurera.
A noter aussi que la religion relie les humains et que certains sujets peuvent les relier aussi fort que les religions de chez nous le font.
Je prendrais pour exemple que la ferveur exprimée ou ressentie lors de la Coupe de football paraît relever d'un élan religieux!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18 juillet 2014

Cette nuit, la Lune s'est rappelée à mon souvenir, ce matin le Soleil aussi.
Ces deux astres, ont tant brillé, l'un pendant la nuit, l'autre dès l'aube, que je me suis rappelé cette ancienne religion, Sol Invictus.

Le Soleil et la Lune, ont cet avantage d'être visible pour tout un chacun.
Vous avez ici une magnifique photo de notre photographe attitré.

http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2014/07/17/la-photo-du-jour-ode-a-la-joie-de-vivre-257953.html

Je me dois de nommer ceux qui me font réfléchir, d'une manière ou d'une autre.

Comme athée (moi-même), j'étais surpris qu'un autre athée pense et veut détruire l'Islam ... pour mieux soutenir une autre religion, mais surtout un régime particulier, ici, Israël.

http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2014/07/13/en-israel-a-gaza-et-partout-de-la-guerre-comme-systeme-de-vi-257837.html#c387412

Je suis loin de partager la même idée.

Quant au foot ... Mein Gott ! Mein Götze !
Oui, il se peut que la ferveur soit un peu la même que celle vécue par les Romains dans le Collyseum.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 18 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.