26 janvier 2014

Les trois étapes d'une épreuve

Dans bien des domaines, nous pouvons observer que nous passons par le stade de la soumission, de la révolte puis à la création


Ces étapes sont bien patentes pour l'être humain :

  • L'enfance avec sa soumission – dépendance entière au départ, sous l'autorité des adultes

  • L'adolescence, avec sa révolte contre ce qui contrarie que ce soit au niveau mental, affectif ou corporel.

  • L'âge adulte avec la création de son statut d'indépendance dans différents espaces.

 

Un exemple très simple et très actuel : Allumer ses phares en plein jour!

D'abord, nous sommes soumis à l'idée. C'est un fait qu'il s'agit de reconnaître. On n'y échappe pas.

Puis nous nous révoltons contre cette imposition supplémentaire dans notre quotidien.

Et, si nous passons à la phase adulte, nous en créons quelque chose. Vous me direz que ce n'est pas évident au niveau concret mais intérieurement, nous pouvons atteindre un état serein même si la situation ne l'est pas. Ou encore, on peut s'amuser à ne pas les mettre et observer ce qui se passe, en jouant le jeu de se faire attraper sans réagir et en créant un dialogue original avec l'agent de service!

 

La société vit aussi ses étapes de croissance.

Ainsi, il y a une lutte intense actuellement non seulement en maints endroits du globe mais aussi dans notre société pour sortir de la soumission. Nous constatons des révoltes de tous côtés. Les lois édictées par les dirigeants sont remises en cause et des réactions vives poussent à mettre le feu, faire des manifestations bruyantes et agressives ou en retournant les énergies contre soi, en se brimant, se mutilant ou se suicidant. Ou encore, nous réagissons avec le mental et ses discussions ou tergiversations sans fin!

Puis vient la phase adulte et créative qui élabore des projets de construction meilleure. Elle prend son temps pour mettre à plat les différentes dimensions d'un problème.

Alors, l'intuition peut jaillir – à la phase ado, ce sont plutôt des impulsions – et la créativité trouve des solutions.

 

Il en va de même avec le statut de grossesse. Tout d'abord, la femme est soumise à cet état de fait en ce sens qu'il est là et qu'elle est obligée d'en tenir compte. Puis elle réagit en s'en voulant, en en voulant à l'autre ou à d'autres, voire en s'agressant. Au stade suivant, c'est le refus catégorique soit immédiat, soit en soupesant le pour et le contre et en décidant l'avortement.

Ou alors, elle passe à l'adulte qui accepte cet état de fait et crée une vie nouvelle, tout en se recréant elle-même. Une telle attitude demande une confiance en soi et dans le mystère de l'existence.

Commentaires

@Marie-France de Meuron,ravie de vous lire.Au sujet des phares allumés de jour ,la première obligation n'avait pas fait réagir aussi violemment le monde de automobilistes mais internet n'existait pas ce qui prouve bien que l'outil qui sert à se relier à d'autres n'est pas toujours porteur d'optimisme surtout pour les isolés fatigués de lire ces *rogneries * éternelles devenus habitudes numérisées
Les épreuves réservés dès la naissance et pour tous sont utiles pour nous aider à couper le cordon ombilical et permettre au petit enfant en nous qui a peur de grandir ,de s'envoler de ses propres ailes
Nous avons eut une chance énorme ,les anciens petits commerçants étaient les premiers assistants sociaux toujours présents .à l'écoute et les premiers ressentis en tant que témoins occulaires souvent malgré eux de drames dignes de l'époque des Templiers.les enfants y étaient mêlés malgré eux sans doute aussi pour pouvoir témoigner par la suite de ce temps là
Baignant à l'année dans les épreuves et parmi les éprouvés,cette école de vie aura été la plus utile pour savoir ce que le futur leur réserverait
Quand à l'avortement qui a toujours existé il y eut un boom dans les années 60 après l'annonce de Kennedy du lancement d'une bombe nucléaire,tous déjantés filles et garçons se sont mis à vivre à 500 à l'heure, de toutes manières ils allaient tous mourir alors autant vivre à fond les derniers instants .Comme bombe il y en eut une les nombreuses grossesses parmi beaucoup d'adolescentes ,seul résultat tangible beaucoup de pleurs et de scènes parentales
les crises ont très souvent été le détonateur de grossesses à venir alors certains les ont fabriqué sans doute pour redynamiser certains produits comme Guigoz et d'autres.Ou pour mieux éliminer les stocks de vaccins ou autres.Ou mieux encore ,obliger les ménagères a remplir leur fameux sac de réserves de guerre au cas ou, on sait jamais, allez savoir
très belle journée pour Vous Madame

Écrit par : losmeralda | 26 janvier 2014

Merci, Lovsmeralda, pour votre visite très vibrante de tout ce que vous avez vécu.

Vous parlez de crise qui servent de détonateur. Une crise peut être considérée comme une dynamique de passage dans un autre état, comme un effort de l'être à passer dans une autre dimension. Cette glissade vers un autre état n'est pas sans inconfort ni pots cassés. Et pourtant, elle est utile et nécessaire si nous voulons suivre les lois de la croissance et de l'évolution.
Elle peut être une invitation à grandir au sens large. Ce concept donne alors des forces pour la traverser.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 janvier 2014

@Marie France de Meuron tout ce que vous écrivez correspond bien à la réalité.Toute crise est salutaire et permet soit de se remettre en question ou alors aide à prendre conscience des vraies réalités .Celles du monde terrestre et non celui rêvé par les utopistes
Nos anciens vivaient ces crises à cent à l'heure et ce qui était admirable de la part de nos grands mères,pourtant souffrantes car forts laborieuses,elles ne parlaient jamais de leurs maux puisant sans doute leurs forces intérieures en aidant plus miséreux.Mais c'était une autre époque!Comme elles avaient vécu deux conflits et tellement habituées aux périodes de vaches maigres elles préféraient s'occuper du moment présent,veuves pour beaucoup elles laissaient au monde des hommes le destin des lendemains qui surviendraient
Je les porte dans mon cœur car toujours souriantes malgré tout elles savaient consoler par le célèbre, qui vivra verra .Sans compter leurs célèbres codes utilisés pour parler de tel ou telle autre
bon début de semaine pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 27 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.