01 octobre 2013

Droit de recours contre la Pharma

Santésuisse et la Fédération Romande des Consommateurs réclament un droit de recours contre la pharma. Allons plus loin et voyons ce qui donne tant de puissance à cette entité.

 


 Si la pharma a tant de pouvoir, c'est bien que le peuple lui en donne en faisant autant recours aux médicaments. Il y a bien sûr les maladies organiques où il faut parer à l'insuffisance de l'organe en cause ou encore des maladies avec une urgence vitale. Mais pour tant d'autres pathologies, il serait bien plus judicieux de répondre par un geste thérapeutique plus adéquat.

Prenons l'exemple d'une entorse de cheville : S'il y a eu traumatisme par torsion du pied, c'est bien les structures lésées qu'il s'agit de remettre en place – par exemple en médecine manuelle ou en ostéopathie - et non pas de prendre un antiinflammatoire qui va limiter l'inflammation qui est justement là pour soigner au mieux l'endroit.

Autre exemple : si une personne souffre de migraine récidivante à la suite d'une intoxication chronique par le café, il vaudrait mieux stopper le café!

Ou encore, si la migraine provient d'un trouble de la vésicule biliaire, il vaudrait mieux en améliorer son fonctionnement, en commençant par corriger son alimentation et la façon d'avaler des aliments (nous nous nourrissons beaucoup trop).

Si nous avons de la fièvre suite à une infection virale, il vaut mieux laisser la fièvre faire son travail de tuer le virus. Si la fièvre ne suffit pas, on peut stimuler le système immunitaire de différentes façons, selon ce qui l'a affaibli.

Pour d'autres symptômes, ce sont des traumatismes affectifs qui sont en cause. Alors pourquoi imaginer que des produits vont les corriger? C'est en donnant ainsi trop d'importance aux médicaments que nous donnons du poids et du pouvoir à l'industrie pharmaceutique.

De la sorte, pour maints problèmes de santé, le geste approprié est autre que la prise d'un médicament issu de la pharma. D'autant plus que plusieurs d'entre eux apportent des effets secondaires qui entament la santé.

Il est temps aussi de ressentir que le corps humain est une machine complexe et que ce n'est pas une molécule aussi sophistiquée fût-elle qui va résoudre le problème à son origine. Le fait de calmer des symptômes va justement les reporter à plus tard et, finalement créer une maladie chronique. L'âge à bon dos alors que c'est la répétition de la même erreur thérapeutique qui est en cause.

 En conclusion, pratiquons une médecine adéquate et l'industrie pharmaceutique sera remise à sa juste place!

 

Les commentaires sont fermés.