17 mai 2013

ANGELINA JOLIE ET L'AUTO-MUTILATION DE SES SEINS

Angelina Jolie aurait choisi tout-à-fait librement de se faire soustraire les deux seins. Cette opération me rappelle le don d'organe apparemment tout aussi volontaire. En réalité, dans de tels cas, seule la raison est consciente mais on ne demande pas au corps ce qu'il en ressent et c'est un tiers qui commet l'acte complètement à l'écart de la conscience de la personne endormie.

 


 Que devient l'art médical? Il se réduit à des savoirs biologiques et génétiques, comme dans le cas d'A. J qui possède un gène marquant une tendance aux cancers du sein et de l'ovaire. De ce savoir, l'académie en tire une statistique. Les deux paramètres conduisent à l'opération.

C'est présenté aussi simplement que ça. Or, l'être humain est bien plus complexe. Ainsi, en considérant les gènes, on constate qu'ils ne s'expriment pas tous de la même façon dans un organisme selon les membres concernés de la famille. En effet, dans un corps humain, il y a énormément d'interractions. De plus, les gènes entrent aussi en contact avec des éléments de l'environnement. Par conséquent, les risques de développer le cancer ne sont pas absolus (87% dans le cas génétique dont il est question ici) alors que les décisions prises sont absolues et irréversibles et que les conséquences à plus ou long terme ne sont pas du tout considérées (la seule conséquence qu'on évoque est la possibilité de prothèse). Effectivement, 2 % des femmes font tout de même un cancer malgér l'opération (à long terme, il faudrait aussi vérifier si d'autres cancers ne se développent pas) et, de plus, les 50 % de risque de développer un cancer de l'ovaire ne sont pas résolus pour autant.

Quand A.J déclare : « "Je peux dire à mes enfants qu'ils n'ont plus besoin d'avoir peur de me perdre", est-ce la vérité? C'est rassurant mais au vu de ce qui précède, ce n'est qu'une vérité à laquelle on s'accroche, surtout après un pareil sacrifice.

Un autre facteur dont il n'est absolument pas tenu compte est le terrain cancéreux en soi. Il obéit à de multiples paramètres. Opération ou non opération, il vaut la peine d'investir de l'attention et des efforts dans la correction de ce terrain. Evidemment, cela demande une discipline de chaque jour mais le bénéfice s'en fera ressentir non seulement sur un long terme mais aussi sur d'autres dimensions de la santé.

Il y a donc une alternative possible. J'ai pu le constater moi-même sur une femme d'une quarantaine d'année chez qui, au contrôle périodique, un gynécologue avait détecté un cancer du sein, confirmé par mammographie. Sa mère était décédée d'un cancer du sein. En suivant uniquement des traitements alternatifs, cette femme a guéri en 2 ans (les documents l'ont confirmé) et, de plus, n'a plus présenté certains problèmes de santé chroniques. Il y a une bonne douzaine d'années de cela.

Je reconnais que toutes les femmes ne sont pas prêtes à suivre activement ce genre de traitement complexe mais il est important de savoir qu'il existe plutôt que de suivre le modèle héroîque d'une actrice dont seul l'avenir nous dira si son geste était aussi adéquat qu'il le semble au calcul statistico-génétique et tel que les médias nous la présente.

NON, il n'est pas nécessaire de se mutiler pour préserver sa santé! Au contraire, tout problème peut être considéré comme une invitation à s'épanouir puis utilisé comme un signal indiquant la partie de l'être qui désire se libérer d'entraves.

Commentaires

il existe un non sens au paradis des illusion surtout quand on entend des plaignantes porter plaite suite à des simplants mammaires défecteux ,ayant peur du cancer et cette annone faite par une vedette membre de l'église de Don Rubharbe .A croire qu'elle touche des subsides pour faire de la publicité pour une autre marque que celle incriminée et dont on ne parle déjà plus mais qui re-viendra meubler en automne toutes les pages blanches
Et seins pour Saint rendons grâce à Angélina dépossédée de son charme par Marie assassinée lui ayant volé la vedette .Tout est bon au sein des paradis articifiels

Écrit par : lovsmeralda | 18 mai 2013

Merci pour votre commentaire, Lovsmeralda. Vous soulignez la dimension "illusion" qui peut être d'autant plus importante que le geste l'est.
Je vous signale un article très approfondi sur le sujet de l'amputation, avec la perception de sociologues :
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/fdb7431a-bf1c-11e2-9b7f-d2d297ec72b1/Ladieu_aux_seins_une_perspective_culturelle

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18 mai 2013

@Marie France de Meuron,merci bien mais je suis passée par tous les états d'âme avant de me faire inciser pour rien et concernant Angelina Jolie, tant qu'elle n'aura pas montré ses prothèses ou ses coutures montrant leur absence je suis comme Saint Thomas je n'y crois pas
J'ajouterai qu'un psychiatre s'il était vivant dirait, faut jamais jouer inutilement avec la santé mentale de l'électorat ce qui semble devenu un habitude fort détestable et de plus en plus courante malheureusement.A croire que seul le coté le plus sordidede l'humanité ne soit plus que seule ressource pour se sentir vraiment exister ou se faire élire allez savoir!
Mais heureusement ceux qui ont vraiment vécu des drames savent qu'ils ne pourront jamais vivre pire et beaucoup ont adopté le système de la pensée opimiste afin de ne pas sombrer dans la folie humaine des médias introvertis et disséminateurs de catastrophes à en vomir
toute belle fin de dimanche pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 19 mai 2013

Bonjour Marie France,
Je suis également indigné par ces dérives médicales et notamment celle de la prédiction. En effet, prédire que l'on a tant de "chances" de mourir d'un cancer est une monstruosité. Ce caractère prédictif a, en fait, un aspect de condamnation. Le "Vous avez encore 6 mois à vivre" est insupportable car il définit le temps imparti comme si le médecin était en mesure d'en décider. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fait. c'est ainsi qu'il confond le pronostic et la programmation, et c'est parce qu'il a programmé la mort de son patient qu'il est ensuite conforté dans la justification statistique.
On pourrait également débattre des moyens à mettre en oeuvre pour être dans les 13% qui échappent au cancer alors qu'ils étaient destinés à en être victime.
Merci de votre travail
Bien à vous
Christian

Écrit par : Christian Portal | 20 mai 2013

Merci beaucoup, Christian, pour votre commentaire très pertinent.
Cette notion de prédiction me rappelle l'histoire d'une dame atteinte d'un cancer de l'ovaire à qui le médecin ne donnait que peu de mois à vivre.
Quelques temps plus tard, elle alla consulter le même médecin qui, l'ayant déjà enterrée! lui demanda : "Ah, vous êtes la fille de Mme Untel?"
Comme vous le dites si bien, il faudrait plutôt étudier tous les paramètres qui font que certaines personnes sortent des statistiques. C'est là que les bilans de terrain sont importants car chacun ne déclare pas un cancer suite aux mêmes causes déséquilibrantes de l'organisme.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20 mai 2013

Merci pour l'article.
Espérons qu'elle s'en remettra vite

Écrit par : helvetica | 13 juin 2013

Les commentaires sont fermés.