06 mai 2013

Dérives thérapeutiques et dérives sectaires (4)

La commission de l'enquête du Sénat français a l'honnêteté de publier la contribution du groupe écologiste, page 231. Nous pouvons y dénoter une certaine rigueur d'analyse et une ouverture vers un panorama plus large.

 


 

 

Le groupe émet le reproche que cette mission « ne permet pas d'approfondir les problèmes liés aux abus en matière de santé ». Pour eux, il aurait fallu « faire une classification plus fine des pratiques « les pratiques inutiles, les pratique inutiles doublées d'une escroquerie, les pratiques inutiles doublées d'emprises mentale et financière ».

 

En fait, une pratique est une technique en soi qui ne comporte aucune intention. C'est le praticien qui donne l'intention. De même que l'on dit « la vitesse tue » alors que c'est celui qui en fait mauvaise usage qui tue. Ainsi, le praticien peut avoir une intention louable mais omettre des éléments importants, ne pas être conscient de la limitation de sa technique et se contenter de quelques jolis succès pour croire que tous les malades ont besoin du même type de traitement. Notez que, sur ce point, la médecine académique propose des protocoles thérapeutiques en relation avec un diagnostic alors que les causes profondes de la pathologie peuvent ête très variées selon les malades.    Il y a évidemment les praticiens avides d'argent mais est-ce le propre des médecines alternatives?!?

 

Un autre argument fort pertinent du groupe écologiste soulève le grave sujet de l'emprise sur son patient : « inversement, la possibilité d'un personnel de santé d'avoir une emprise négative sur son patient, sans pour autant lui soutirer de l'argent n'a pu être étudiée. »

L'autre élément très sujet à discussion : « En mettant en avant le risque de dérive sectaire,...., la mission a été constamment en porte-à-faux intellectuel puisqu'il nous fallait enquêter sur des dérives, donc des éléments flous, d'une secte, alors même que la secte n'est pas définie en droit français. Ainsi, nous ne pouvions pas nous saisir des pratiques non sectaires qui pourtant sont de véritables escroqueries financières, sans avoir, comme les sectes, de répercussions sur la liberté mentale d'autrui. »

Si nous prenons la racine étymologique de secte, elle a donné aussi le sécateur et la section. On y perçoit bien le côté coupant, séparant, sectionnant.

Est-ce vraiment le propre des mouvements thérapeutiques alternatifs? Quand on voit à quel point la médecine académique se coupe de tout ce qui n'est pas prouvé selon ses critères, ne serait-ce pas elle qui est sectaire? Sa façon aussi de bannir tout ce qu'elle ne connaît pas et ne prend même pas la peine d'approcher? « Hors de nous, point de salut. » Cette mentalité apparaissait très clairement dans certaines questions des enquêteurs qui insistaient beaucoup sur le fait que la référence est de se confier à la médecine conventionnelle, sans prendre en compte qu'un bilan complet d'un malade est nécessaire avant de choisir la ou plutôt le complexe thérapeutique le plus adéquat.

Les arguments clefs sont les possibilités de passer à côté d'un diagnostic ou d'un traitement approprié. En étudiant soigneusement les deux aspects dont se prévalent les partisans de la médecine académique, on peut découvrir qu'eux aussi sont capables de passer à côté de diagnostics importants; tout en se justifiant par exemple que ce sont des maladies peu connues ou paucisymptomatiques.

Quant aux traitements appropriés, il est vraiment regrettable que pour les maladies où les thérapies conventionnelles n'apportent pas une nette guérison mais conduisent plutôt à une franche chronicité, qu'ils n'aient pas la conscience scientifique de découvrir d'autres thérapies plus efficaces. En fait, c'est cette conscience médicale qui fait que ce sont surtout les médecins en relation directe avec les malades qui sont le plus intéressés par les médecines complémentaires. En France, cela peut leur valoir la radiation de l'ordre des médecins qui est un pendant de l'excommunion! Alors qui est sectaire quand le corps médical se coupe d'un de ses membres parce que celui-ci agit selon sa conscience?

Une réflexion sur un autre plan est développée sur le fait que «... l'homme est mortel mais il ne le sait plus. La médicalisation de la mort dans notre société a rendu celle-ci invisible donc inconnue. .... Parallèlement à ces trois mouvements de fond entre l'homme et son corps, la médecine s'est désacralisée, réservée il y a peu aux « savants..... La science médicale a accompagné le mouvement, elle est devenue la science par excellence sans aucun rapport avec le corps réel et toute personne se croit médecin, surtout quand la fragilité des connaissances des connaissances médicales se fait jour à travers les scandales qui éclatent de temps à autre. L'homme moderne a donc perdu tout repère humain et scientifique.... »

Il est donc dans l'ordre des choses que l'ête humain aille chercher ailleurs. Selon son développement personnel et la conscience de soi qu'il a développés, il saura trier sur le marché ce qui lui correspond ici et maintenant ou alors se faire prendre par des margoulins de la santé.

Par conséquent, il est évident que mieux sont connus les rouages des autres médecines et de soi-même, plus on peut jouir de leurs bienfaits et moins on se laisse prendre dans des illusions et de mauvaises expériences. Du reste, ce n'est pas seulement dans le domaine médical conventionnel ou alternatif que l'art d'illusionner est utilisé.....

Commentaires

les dérives sectaire peuvent affecter nombre de domaines dont l'alimentation
On a vu avec le Bio lancé par les néo-nazis Verts des Länder et les trop nombreuses dérives qui ont suivi cette nouvelle mode du monde pur,propre en ordre
Le Cosmos lui même a compris qu'il fallait les aider en créant le célèbre lombric macrophage qui nettoie tout sur son passage
On accuse la terre de plantes arrivées de Nouvelle Zélande ,mais en est-on certain?
On sait qu'il existe en grande quantité en Grande Bretagne depuis plusieurs années et quand on sait le degré de pauvreté des habitants de l'UE et leur non conformité à respecter ce qu'ils veulent voir appliquer par d'autres et ailleurs que chez eux,qui dit que parmi leurs composts vendus dans toutes les grandes surfaces Européennes il n'y a pas de déchets carnassiers
Il est dit de ne pas stériliser la terre des jardins soit , mais on connait aussi des amateurs jardiniers qui mélangeront celle-ci aux déchets Verts en jetant dans les containers des plantes dont les racines pourries qui sont peut être déjà entrain de produire ce nouvelles * Mère Denis* de l'environnement!
On sait que trop d'exigences demandées au peuple amènera celui-ci à se poser les bonnes questions surtout au vu des résultats
On a jamais vu autant d'arbres abattus depuis 2002 ,détruit des maisons saines et autant de coins verts sacrifiés pour construire n'importe quoi
Comme dirait ce cher De Gaulle voici un autre foutoir sans doute rempli de surprises auxquelles personne n'a pensé et encore à venir !
Alors en effet des dérives sectaires il en existe pas milliers et sans doute est-ce aussi pour cette raison qu'il est préférable de faire travailler les retraités plutôt que les savoir entrain de réfléchir/rire

Écrit par : lovsmeralda | 04 mai 2014

Les commentaires sont fermés.