02 mai 2013

Dérives thérapeutiques et dérives sectaires (2)

Je désire rebondir ici sur le commentaire très dense de J.-A. Widmer à ma précédente note. J'y reviendrai sans doute encore, tant le sujet est complexe et riche d'enjeux bien autres que celui qui est officiellement annoncé, à savoir lutter contre les dérives sectaires.



Le rapport de la Commission d'enquête comporte donc près d'un millier de pages. Quelle est la part de bavardage, d'a priori, de questions cherchant à influencer la réponse? On sait bien que les plus gros volumes de n'importe quel sujet, que ce soit la philosophie, la politique ou la religion  noient la vérité pour répondre à des besoins plus personnels de leurs auteurs.

Pourquoi un pareil investissement d'énergie, de temps et d'argent pour un sujet bien moins important que maints autres à l'heure d'aujourd'hui?

Sylvie Simon, journaliste de longue date, nous en dévoile les rouages et les conflits d'intérêts qui ne concernent pas moins que le président de ladite enquête sénatoriale.

Les commentaires sont fermés.