17 février 2013

La traçabilité des 72 millions de la retraite de D. Vasella

La TdG des 16-17 février nous apprend que D. Vasella touchera un parachute doré de 72 millions de francs suisses (ce ne sont pas des FCFA!) en partant à la retraite.


 Cette somme colossale est impressionnante et difficile à concevoir. Et pourtant, il ne s'agit pas d'un canular : tous les médias en parlent et nous pouvons même voir une vidéo où D. Vasella essaie de limiter l'énormité en disant qu'il en donnera une partie à des institutions caritatives.

En réalité, la monstruosité ne s'arrête pas à 72 millions car il s'ajoute à cette somme tous les autres montants que s'octroient les actionnaires.

D'où provient cette somme? Evidemment, des bénéfices de la vente des médicaments? Mais encore, sur le dos de qui se font les bénéfices? Car ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières, il vaut la peine d'y penser aussi dans ce genre d'affaire économique.

Alors que des enquêtes sont ouvertes sur la traçabilité de la viande de cheval dans des lasagnes surgelées, pourquoi ne ferait-on pas une enquête de la même envergure pour la traçabilité des l'argent proposé à D. Vasella? Effectivement, cet argent provient bien de quelque part et même si D. Vasella annonce en ristourner une partie, le fait que des personnes aient contribué de gré ou de force à l'amoncellement de tous ces francs mériterait d'être mis en évidence.

 

Commentaires

Bravo pour votre indignation!Pour bien comprendre l'énormité de ce montant j'ai fait un petit calcul: supposant que D. Vasella vivra encore 30 ans (il en a 60 aujourd'hui), ces 72 millions représentent 2,4 millions/année. Cela fait 200'000.--/mois ou 6667.--/jour. Impressionnant non? Il ne faut pas oublier non plus qu'il touchera également une retraite mensuelle (dont le montant est inconnu - p.ex. un conseiller fédéral touche environ 200'000/année) ainsi que l'AVS (max.2320.--/mois), deux rentes pour lesquelles il a bien entendu cotisé.
En Suisse, nous avons toujours vécu sur une sorte de consensus qui maintenant une cohésion sociale entre les riches et les classes moyennes (sans parler des pauvres). Avec les disparités qui ont augmenté considérablement cette cohésion commence à se fissurer. Aujourd'hui, même les suisses osent faire la grève, alors que cela aurait été impensable il y a encore une 20aine d'années. Monsieur Vasella, sait-il que dans le canton de Genève 40% de la population est subventionné pour les primes caisse maladie?
Je viens de lire sur le site de la radio/tv que les actionnaires de Novartis vont intervenir lors de l'AG qui aura lieu la semaine prochaine à Bâle. En tous les cas, M. Vasella a largement soutenu l'initiative de M. Minder pour laquelle nous voterons le 3 mars prochain. Mais il n'y a pas que Novartis!
Comment faire changer les mentalités pour qu'une certaine solidarité puisse ressurgir? Vaste discussion! Avec mes meilleurs salutations Ursulinia

Écrit par : Ursulinia | 17 février 2013

Un très vif merci, Ursulinia, d'avoir fait ces calculs qui nous sont très utiles pour nous permettre de revenir les pieds sur terre et ne pas rester comme des enfants avec des "c'est très beaucoup".
On pourrait encore souligner qu'à l'heure où nous devons réduire notre consommation pour respecter notre planète, de pareilles sommes disponibles pour une famille stimulent beaucoup la consommation des articles qui,justement, sont énergivores.
Vous soulignez très à propos la grande fracture entre les citoyens qu'occasionnent des salaires si monstrueux.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 17 février 2013

Les commentaires sont fermés.