10 octobre 2012

Vaccinations et pouvoir de séduction

L'automne étant de retour, le sujet des vaccinations revient en force et tous les moyens sont bons pour inciter la population à subir une vaccination et les gouvernants à refaire le point sur leurs rôles dans la santé publique.

 


Un article très pertinent de Migros Magazine, intitulé « la séduction, ce pouvoir qui ne dit pas son nom », définit la place de la séduction dans l'éducation « La séduction a pris la place de l’interdiction et de l’autorité. En politique comme en famille, il faut désormais flatter pour obtenir l’adhésion, du citoyen comme de l’enfant. «Là où la force recourt à la contrainte, la séduction semble ménager la liberté.» Parfaite illusion pour l’auteur, car «celui qui se croyait libre se découvre tout à coup ligoté, enfermé, captif.»

Quelle relation avec les vaccinations? Eh bien, on séduit le bon peuple en lui faisant miroiter le bienfait énorme des vaccinations et en omettant de lui signaler tout ce que contient le produit de l'injection, les effets en série qu'il provoque une fois dans le corps et les effets secondaires pour qui n'a pas une physiologie conforme à la norme.

On séduit aussi le peuple avec des statistiques qui, comme le disait un professeur de chirurgie « est au médecin ce que le réverbère est à l'ivrogne : il le soutient plus qu'il ne l'éclaire »...

On veut faire croire qu'en vaccinant, une maladie peut disparaître : Oui, sous sa forme habituelle mais tout virus ou bactérie peut subir des mutations et les maladies prendront d'autres formes.

Il sera alors plus difficile de les soigner puisque pas encore étudiées.

La séduction aussi de croire que vous ne contacterez pas la maladie alors qu'elle peut prendre une forme sournoise du moment ou sa forme naturelle est entravée par les effets des produits vaccinaux.

Séduction aussi quand on avance qu'il est plus économique de ne pas tomber malade. L'argent est actuellement le système le plus séduisant.

Séduction encore quand on veut comparer les résultats immédiats du vaccins en comptant le nombre de malades atteints avec les effets secondaires. Cela est vite dit car on ne fait pas d'études rigoureuses sur les effets secondaires dansl'organisme tout entier. Ou encore, s'il y en a, on a vite tendance à les camoufler. Si les homéopathes sont si circonspects à l'égard des vaccinations, c'est que leurs interrogatoires minutieux les amènent à détecter les suites de vaccination, symptômes qui seront confirmés par leurs guérisons avec le remède approprié. Ce qui est désolant, c'est que les personnes séduites par le processus vaccinal tournent en dérision les études multiples faites sur des observations très rigoureuses.

 Tout cela pour vous rappeler le débat ce jeudi 11 octobre dès 12h30 à la Maison des Associations, au 9 rue des Savoises à Genève. Vous pourrez y entendre le Dr Buchs et la Dresse Zirbs et vous exercer à distinguer les arguments qui ressortent de l'expérience vécue de ceux qui relèvent de la séduction intellectuelle basée sur des éléments extraits d'un contexte général et bien plus complexe.

Publié dans mon blog tdg le 10.10.2012

Commentaires

Excellent article montrant bien que Migros et Socialistes vont dans le sens inverse des aiguilles de la montre,Faisons comme ci par devant et autrement par derrière.Le flatteur vit toujours aus dépends de celui qui l'écoute!au sujet des enfants on les encourage sinon à trop les flatter ils deviendront mécréants et révoltés.Bien entendu l'enfant Roi consommateur y gagne à être flatté,c'est la force des grandes surface d'ailleurs qui socialement parlant ont anéanti le vrai social celui des petits commerçants ,les tous premiers pionniers qui avaient créé les Cartons du coeur.
Puis ce fut la chute libre tout le monde connait la suite.Migros tout comme ABE souffrent d'un orgueil démesuré qui plait de moins en moins aux consommateus.Médecins et pharmaciens sont encore capables de faire leur travail eux-même sans les éternels empécheurs de tourner en rond ,qui n'y connaissent absolument rien
Migros aurait-elle grâce aux Socialistes et Verts repris le flambeau des évangélistes? quand on voit les temples alimentaires recouvrant de plus en plus même des jungles en Thailande allez savoir, l'amour passe toujours par l'estomac affirme un dicton célèbre mais de grâce n'utilisons pas l'enfant comme paravent à chaque mois précédent les fête.
Les consommateurs sont lassés surtout qu'aujourd'hui les fêtes se préparent avant la Toussaint,donc il faut un vaccin pour Migros,les autres grandes surfaces et les Socialistes qui eux ne vont pas dans le sens de la logique humaine mais celle uniquement du rendement.Pour preuve,ils pleurent à l'année pour le manque de petits commerçants mais sont les premiers à courir comme des kantourous dans les grandes surfaces!Alors à quand un vaccin spécial raisonnement humain ?

Écrit par : lovsmeralda | 11 octobre 2012

Maintenant, on produit les vaccins contenant les substance OGM: hépatite B, qui est recommandé pour les nouveaux-nés aux USA, HPV et rotavirus. Les adjuvants utilisés dans les vaccins à base d'aluminium ne sont pas assez forts pour les vaccins OGM. Donc, les adjuvants comme le squalène, qui peut hyperstimuler le système immunitaire, sont utilisés. C'est le cas de certains vaccins vendus en Europe. (source: article par Dr. Mercola)

La fille (6 ans) de ma nièce a été vaccinée contre l'hèpatite B à sa naissance. Ma nièce suit les recommandations de vaccination des autorités sanitaires aux USA pour sa fille qui est souvent enrhumée et ne tolère ni le gluten ni les produits laitiers. Les fils (1 et 2 ans) de mon neveu n'ont pas été vaccinés et sont en bonne santé. Pas être vacciné peut poser un problème aux USA pour l'entrée dans les crêches et les écoles où les vaccins sont obligatoires dans certains états.

Quand on était jeune - dans les années 50s aux USA, on a eu les maladies comme rougeole, oreillons, varicelle. On dit que cela nous immunise pour la vie, contraire aux vaccins.

Écrit par : Meris | 22 octobre 2012

Un vif merci, Meris, pour votre commentaire très pertinent.
Vous soulignez aussi le fait que les injections, outre les produits adjuvants qui occasionnent eux-mêmes certains effets secondaires importants, ne conduisent pas à une immunité aussi complète que l'immunisation naturelle par la maladie. D'où la répétition des injections qui s'accumulent et peuvent faire basculer un organisme dans une maladie auto-immune, le corps ne sachant plus ce qui lui appartient.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.