17 août 2012

A QUAND UN FEMINISME ADULTE?

Les femmes aspirent à être représentées dans de hauts postes. En réalité, celles qui y parviennent ne sont-elles pas surtout porte-flambeaux de la flamme masculine?

J'en veux pour preuve Madame Hilary Clinton. Je devrais dire Mademoiselle Hilary, tant ses discours reflètent plus des romans à l'eau de rose pour adolescents que des paroles de femme mature.


 

Prenons l'excellente note toute récente de Sylvie Neidinger où elle cite les déclarations d'H.C reprises en cocorico par les médias:

« Nous avons la possibilité de faire avancer nos objectifs communs en matière de sécurité, de stabilité, de paix et de démocratie. C'est dans ces moments-là que des amis comme nous doivent penser ensemble, agir ensemble.  Nous sommes appelés à être intelligents, créatifs et courageux. »

Cette déclaration laisse croire qu'il suffit d'avoir une idée séduisante pour qu'elle soit réalisable et réalisée. Il suffit de s'asseoir sur les dollars et une armée basée sur une technique ultra-moderne pour croire qu'on peut tout ce qu'on imagine. Qu'il suffit aussi d'avoir des amis costauds pour y parvenir.

On pourrait se dire que la Secrétaire d'Etat américaine est le reflet de la géopolitique américaine et que cela représente déjà une grosse tâche.

Mais non, elle déclame avec le même esprit au niveau de la santé:

Je cite « le soir.be »: « La secrétaire d'État Hillary Clinton s'est engagée à ce que les Etats-Unis fassent émerger une génération « sans sida », devant les représentants de 190 pays regonflés par l'espoir de débarrasser le monde d'une pandémie qui a fait 30 millions de morts en 30 ans. » ( Vous remarquerez au passage l'effet numérologique que peut faire la répétition du 30 sur le bon peuple).

Quand on n'affiche pas les dollars, ce sont les morts qu'on dénombre. Des gros chiffres pour impressionner mais aucune intelligence (= capacité de lire dedans) pour percevoir que le sida, en trente ans, n'est pas encore défini. Ce qui est normal vu qu'il s'agit d'un symptôme et non d'une maladie mais H.C persiste à faire croire que le problème va être résolu par de grandes pensées et la toute-puissance américaine. Et pourtant, des scientifiques importants disent, prouvent et répètent que c'est réducteur, voire faux de limiter ce syndrome à un virus, des antirétroviraux et un hypothétique vaccin. Lire.

Il semblerait donc que ce soit trop compliqué d'approfondir le sujet - autre signe de l'adolescence voire de la jeunesse- quand on est dépassé par la réalité concrète et pratique et qu'on veut accrocher le peuple avec des slogans afin qu'il continue à soutenir des lobbies qui rapportent gros.

Je ressens la même froideur glaciale devant le peuple syrien qu'on laisse s'entretuer pour des raisons politiques que devant la détresse de tous ceux qui sont affectés d'une grave faiblesse immunitaire et qu'on utilise pour servir des intérêts financiers.

 

Commentaires

Je précise pour un commentateur que je remercie pour sa visite que le sujet de cette note n'est pas une comparaison avec les hommes mais une réflexion que les femmes ont à mûrir par elles-mêmes.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18 août 2012

peut être faudrait-il supprimer le droit de vote aux femmes du moins à certaines qui et il y a fort à parier doivent demander leur avis à leurs enfants comme c'est si souvent le cas en hypermarché ou au bancomat On sait qu'il faut responsabiliser les enfants très vite mais n'inversons pas les rôles

Écrit par : lovsmeralda | 19 août 2012

je me permets de citer une phrase relevée dans l'almanach du Messager Boiteux:une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l'homme celle qui est intelligente y renonce !

Écrit par : lovsmeralda | 20 août 2012

Lovsmeralda, vous allez nous attirer les foudres de bien des féministes!
Je dirais surtout qu'il faut faire la différence entre des droits similaires et des droits identiques. En plus, nous ne devons pas exiger des hommes qu'ils ouvrent le chemin du développement de nos potentiels. Nous avons à le trouver nous-mêmes, quitte à recevoir leurs aides. Evidemment, la réciproque trouve sa place également .

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20 août 2012

Les commentaires sont fermés.