21 juillet 2012

A quoi sert un éditorial?

Telle est la question qui m'est venue à la lecture de l'éditorial des 21-22 juillet de la TdG. Le rédacteur en chef adjoint - je ne vise pas un homme mais une démarche médiatique - donne une orientation très formatée au sujet du débat qui débute sur l'interdiction de la circoncision. Je m'attendrais en première page à lire des propos plus panoramiques.


Il décrète d'emblée que le débat est malsain, ce qu'il souligne par des arguments bien stigmatisés : « Penser circoncision, c'est penser excision ». Alors que la vraie question du paragraphe est à un niveau plus fondamental : « Faut-il que la liberté des parents permette de toucher à l'intégrité physique d'un enfant? ».

C'est aussi un peu rapide de décréter que la circoncision n'a pas d'effets dommageables sur les garçons. C'est sans doute juste pour ceux qui n'ont pas une conscience très sensible de leur corps et d'eux-mêmes mais, en réalité, si cette opération revêt une si grande importante dans certaines religions, c'est bien que le prépuce détient un rôle important. En médecine, on connaît bien le sujet puisque des organes décrétés inutiles ont trouvé une importance à la suite d'études scientifiques.

C'est aussi un argument bateau de prétendre que la circoncision protège de maladies sexuellement transmissibles comme le sida. Or, des études attentives sur le sida montrent bien que ce fait n'est pas si évident. Ces études sont peu transmises dans les médias car elles vont à l'encontre du dogme très simplifié que le SIDA - qui est en réalité un syndrome - est la résultante d'un virus.

Evoquer l'attaque de la religion juive comme du temps d'Hitler, c'est un peu gros et un tel argument évite de regarder le thème sous sa dimension ontologique. De plus, cet argument n'est pas béton puisque les musulmans sont aussi concernés. Et là, comparer l'interdiction de la circoncision à l'interdiction des minarets permet un raccourci qui manque de rigueur. Si nous lisons les commentaires à l'article de fond introduit par l'éditorial, nous pouvons constater qu'il ne s'agit pas de viser une religion mais bien d'aller directement au respect de l'intégrité d'un bébé, sans passer par les méandres des dogmes religieux. D'autant plus que ceux-ci furent édictés dans des périodes où d'autres facteurs étaient prioritaires.

Réduire la mise sur table de ce sujet à un sujet haineux, c'est vraiment prêter un peu trop rapidement de mauvais sentiments à ceux qui ont étudié le sujet avec beaucoup de rigueur. C'est aussi soutenir les religieux dans leurs dogmes alors qu'actuellement tout est remis en question - le monde nous le démontre quotidiennement - et il n'est pas question que les religion juive et musulmane y échappent.

Je regrette que cet éditorial apporte une preuve supplémentaire que les médias actuels veulent imposer un mode de penser et un canal de réflexion dans lequel la population doit s'engoufrer.

 

 

 

Commentaires

Serait-ce que la célèbre secte des Hygiénistes d'alors ait eut le même genre de raisonnement envers les milieux défavorisés avec tous les débordements et séquelles gravissimes que l'on sait sur le psychisme des enfants et des familles ?
C'est peut-être aussi une des raisons qui incita la secte pardon bien que les fondement soient les mêmes,l'église des Témoins de Jéhova à se protéger contre certains soins médicaux mais parcontre abusent avec un acharnement digne de certaines thérapies sous la forme d'une fin du monde apocalyptique et datant de la fin de la guerre ,eux seuls possédant les clés du paradis,avec tous les débordements de leurs mensonges financiers
A chacun sa religion et que tout un chacun puisse vivre et raisonner en toute liberté sans pour autant esssayer d'influencer l'autre sinon on dérape vers une forme de dictature qui semble prendre le pas en suisse alors que certains petits malins ont cru pouvoir libérer d'autres peuples.On balaye en premier chez soi et nombre de citoyens commmencent à voir clair dans le jeu des médias.Grâce aussi au magistral coup de colère du prêtre Guy Gilbert,oui car blablater tout le monde sait mais écouter et c'est le plus important peu ont ce don,dommage sans écoute on ne peut évoluer et n'oublions pas le nombre d'adultes aussi qui accros à l'informatique ont des problèmes pour écrire à la main,alors que penser des enfants mis à l'ordinateur dès 2 ans.
Il faudrait un bon coup de karscher dans les rangs de donneurs de bons conseils et que les masques tombent enfin on serait sans doute très surpris
tout bon dimanche pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 22 juillet 2012

"Je regrette que cet éditorial apporte une preuve supplémentaire que les médias actuels veulent imposer un mode de penser et un canal de réflexion dans lequel la population doit s'engoufrer."

Il me semble que nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus supporter ce gavage de quelques personnes qui, parce qu'ils ont laborieusement acquis le droit d'être publiés, se sentent autorisé à indiquer au bon peuple ce que eux, les Grands penseurs, pensent bon et juste. Cette défense de la circoncision est d'une goujaterie absolue. La circoncision consiste fondamentalement à retirer tout le féminin chez le garçon, comme l'excision consiste à retirer tout le masculin chez la fille. les deux sont indéfendables par des esprits libres non inféodés à une idéologie, religieuse ou non.

Dans votre sens :

http://www.gopa.de/index.php?id=jobs&tx_bdojobopps_pi1%5Bpointer%5D=22&tx_bdojobopps_pi1%5Buid%5D=7909

Écrit par : Géo | 22 juillet 2012

Je vous signale que le sujet a été repris également sur le blog de J.-N. Cuénod, avec plusieurs commentaires très intéressants.
http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2012/07/21/circoncision-antisemitisme-chafouin-et-islamophobie-hypocrit.html

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.