07 mars 2012

Une vision plus globale du traitement du cancer

Alors que la médecine conventionnelle mise principalement sur les traitements lourds pour combattre le cancer, l'Hôpital universitaire John Hopkins à Baltimore dans le Maryland, propose une nouvelle vision des traitements, qui se base sur des mécanismes à la source des néoformations.


 Ainsi, un hôpital universitaire ose reprendre le problème des cancers par une vision beaucoup plus élargie et causale, ce qui conduit à des traitements plus appropriés au patient... et pas toxiques.

Commentaires

Et si notre terre emplie de mystérieux secrets non pas celui de la Licorne décrit par Hergé ou Jules Vernes fins connaisseurs qui savaient notre globe terrestre à lui seul d'ailleurs super bombe atomique, possédait au sein même de ses entrailles des endroits comme la mine de Wieliczka en Pologne. Ancienne mine reconvertie en endroit de cures pour maladies respiratoire,non ce n'est pas un gag.Un reportage l'année dernière avait été diffusé sur TV5 monde.Et si pour soigner les cancéreux il existait des endroits spécifiques à cette maladie mais encore non découverts.Et s'il suffisait de caresser régulièrement un dolmen à dates bien spécifiques pour éviter ce mal,cet hopital universitaire fait bien de relever de nouveaux défis.Qui sait peut-être existe -t'il d'autres pistes à explorer peut-être moins couteuses et beaucoup plus efficaces.Croisons les doigts
Concernant les caresses entre humains beaucoup n'en ont jamais reçues et ils ont même joué avec des billes de mercure sans jamais se laver les mains et n'ont pas pour autant développé le cancer ,alors pourquoi pas des dolmens !Simple suggestion bien entendu

Écrit par : lovsmeralda | 07 mars 2012

Merci beaucoup, Lovsmeralda, pour vos nombreuses suggestions.
c'est tout-à-fait juste que certains lieux participent à la guérison ou à l'amélioration de certains cancers.
Il existe effectivement de très nombreux traitements alternatifs contre le cancer. La grande difficulté est de bien déterminer tous les paramètres qui participent à la maladie cancéreuse pour chaque malade, puis de trouver les thérapies qui soignent chaque plan diagnostiqué.
Pour qu'il y ait pareille faillite à laisser un cancer se développer, c'est qu'il y a une conjonction d'éléments, d'où une conjonction de thérapies.
Le rôle du médecin averti est de proposer l'ensemble des thérapies qui couvriront le maximum de pourcentage des besoins du patient.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07 mars 2012

Mon compagnon est décédé d’un mésothéliome (cancer de la plèvre) en 2009. Ses soins et son traitement aux établissements HUG (purement techniques) étaient contraire à la vision du cancer de Johns Hopkins :
- Aucune considération pour la nutrition et les suppléments – conseils qu’il pouvait manger tous les aliments – le régime à l’hôpital a probablement encouragé la propagation du cancer
- Une chimiothérapie qui a affecté le cœur et la cicatrisation après l’ablation du poumon
Un autre ami, diagnostiqué avec le mésothéliome est décédé suite aux complications de la radiothérapie.
Dans mon cas personnel : pendant une radiothérapie pour un cancer, mêmes conseils concernant la nutrition : viande, produits laitiers …

Écrit par : Meris Michaels | 13 mars 2012

Un chaud merci, Meris Michaels, pour ce témoignage si poignant.
vous confirmez ainsi à quel point les traitements lourds contribuent à l'affaiblissement du corps et, par là, de l'immunité du malade.
votre témoignage montre aussi que votre expérience est bien plus proche de la réalité que des statistiques qui montreront des pourcentages et non le vécu de chacun des malades qui en font partie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18 mars 2012

@Marie-France de Meuron,pour qui s'en souvient ou qui eut la malchance de connaitres les nombreuses radiothérapies infligées dans les années 50,associées à des cures de soleil puis le summum des traitements en vigueur afin de mieux préparer l'organisme au soleil d'été ,les cures de rayons UV à domicile ,les nombreuses radiographies dentaires reconnaissons que de nombreux épithéliums ont subi des dommages irréparables sans omettre les systèmes lymphatiques abimés à vie aussi.Ou quand les progrès de la médecine heureusement testés par d'autres faisait aussi déraper le corps médical,espérons que ces expériences du passé servent d'exemple.On ne peut exclure non plus l'esprit morbide des patients soumis à une pareille intensité de rayons surtout si l'on sait les effets négatifs de notre astre naturel mais qui à trop fortes doses peut provoquer de sérieuses hallucinations
On n'ose imaginer l'état psychique des gens ayant subi un stress énorme comme de 39à 45 ,qui avaient déjà vécu celui de 18,ces cures de soleil ont sérieusement dû perturber leurs organismes affaiblissant du coup même leur système pulmonaire déjà en piteux état grâce aux poussières de charbon.C'est la raison qui fait dire à beaucoup si les médecins veulent vraiment connaitre les soins à donner à leurs patients faudrait déjà qu'ils connaissent leur passé,on est loin du compte surtout si l'on sait le nombre de jeunes parents préférant occulter le passé de leurs propres grands parents,dommage!
toute belle journée pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 10 juin 2012

Les commentaires sont fermés.