05 mars 2012

Quelle est la sûreté des produits vaccinaux?

Une étude publiée dans le très sérieux Journal of the American Medical Association (Jama) nous informe que les composés perfluorés diminuent l'efficacite des vaccins pédiatriques.


 Alors qu'on fait croire aux parents que les vaccins évitent les maladies, voici une étude qui montre que les produits vaccinaux sont aussi soumis à des facteurs qui influencent leurs capacités à développer les anticorps.

Je cite : « Les chercheurs ont constaté que la quantité de sulfonate de perfluoro-octane (PFOS) dans le sang maternel durant la grossesse était associée aux taux d'anticorps antidiphtérie à l'âge de 5 ans, avec une baisse de 39% des anticorps pour chaque doublement du taux de PFOS.

Ces résultats suggèrent qu'il y a une baisse d'effet de la vaccination infantile et pourraient refléter un déficit plus général du système immunitaire", s'inquiètent les chercheurs. »

 Une fois de plus, il est évident que face à tous les facteurs qui influencent la santé, il est faux de miser sur une démarche biologique pour se croire à l'abri des maladies.

Commentaires

Oui, "face à tous les facteurs qui influencent la santé, il est faux de miser sur une démarche biologique pour se croire à l'abri des maladies".
On ne répétera jamais assez que ce ne sont pas les vaccinations qui ont fait reculer chez nous les épidémies, mais bien l'amélioration des conditions de vie. Les maladies contre lesquelles on n'a pas vacciné ont suivi durant le vingtième siècle la même courbe descendante que celles pour lesquels on a vacciné. Mais la médecine -- même si beaucoup de médecins sont de braves gens--la médecine est un énorme commerce dans lequel les vaccins jouent financièrement un rôle prépondérant. Les récents articles de la grande presse, interviews de médecins de notre hôpital, cherchent à instiller dans le public la peur de la grippe, de la rougeole, du cancer du col de l’utérus…tout ceci dans une logique peu ouverte « à tous les facteurs qui influencent la santé ».

Écrit par : BERTHOUD FRANCOISE | 05 mars 2012

Je suis tout à fait d'accord avec vous Berthoud, mais c'est mieux d'en avoir un que de rien!

Écrit par : faire part | 05 mars 2012

@Berthoud Françoise,en un sens vous avez raison cependant vaccinés à tour de bras il fut une époque ou nombres d'enfants ont été élevés dans la peur de tout et de rien , les réflexes des fameux couvre feux ont eu une incidence à ne pas oublier sur la façon de vivre au quotidien pour de nombreux citoyens Suisses.Aussi ces vaccins faits à tour de bras n'étaient pas considérés comme gravissimes de même pour les maladies qu'ils étaient sensés éradiquer ,c'était logique après ce qu'ils avaient vécu ou vu beaucoup considéraient que ce qui arrivait allait de soi.le fatalisme ambiant déteignant sur les enfants a peut-être aussi servi à ranger très vite dans la boite à souvenirs ce qui maintenant peut porter à sourire/l'estampille sur l'épaule prouvant la scarification à la plume et la même pour tous/ les humains étaient beaucoup plus occupés à trouver du charbon ou du bois pour se chauffer,qu'à s'écouter .Finalement le temps a joué en faveur de tous ,des médecins et des vaccinés ,je m'explique:
les médecins ne couraient pas pour rien,les enfants trouvaient toujours matière à occuper leur esprit,les adultes eux se contentaient de peu mais parcontre tout le monde dormait davantage qu'aujourd'hui,dormant plus les vaccins n'ont peut-être jamais joué grand rôle,mais le fameux on sait jamais résonne encore dans bien des oreilles
Parcontre dès 1953 avec les premières émissions TV un généraliste déclara,décidément depuis qu'ils voient des émissions Tv ,ils sont de plus en plus malades,c'est que le cerveau affamé d'images négative offrait en cadeaux des maux dont ils se seraient bien passés menant ensuite à toutes les dérives dénoncées maintenant.En Suisse on a eu de la chance car la radio pour les infos resta de très nombreuses années seul invitée des repas, parcontre en France c'était sacré TV et repas pris ensemble bonjour les maux secondaires liés au virtuel,même le cerveau en pris un coup non pas sur la tête mais sur le transit n'arrivant plus à différencier le contenu dans l'assiette de ce qui lui était donné à ingérer par la vue.Les maux des temps modernes distillés à dose sublimale grâce à M6 et d'autres chaines feraient peut-être rire Chaplin non de plaisir, mais de dégouts

Écrit par : lovsmeralda | 05 mars 2012

Faire part, En recevant un corps, nous recevons beaucoup de facteurs pour maintenir et harmoniser notre santé. Malheureusement, ils ne sont que peu enseignés dans notre société alors que nous sommes matraqués par les campagnes de vaccination. Or,les vaccins modifient justement nos systèmes naturels de défense au profit, et encore! de la maladie qu'ils visent. Finalement, non seulement nous sommes perdants mais nous nous éloignons aussi de la prise de conscience de notre organisme et de tous les éléments qui lui apportent un bon fonctionnement.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05 mars 2012

@Marie-France de Meuron,voilà le terme exact, matraquage et si l'on songe aux nombres de gens dormant avec leur poste de télévision allumé,pauvres cerveaux et pauvres humains devenus cobayes malgré eux,et ils sont nombreux

Écrit par : lovsmeradla | 06 mars 2012

Les commentaires sont fermés.