22 février 2012

Un rapport accablant sur la malnutrition infantile

Tel est le titre d'un article de TdG du 20.2.2012, repris sur plusieurs site internationaux, tant le rapport est effectivement alarmant.


 Les chiffres sont une première invitation à entrer dans le thème de la malnutrition. Ils indiquent également à quel point il n'est pas suffisant de lutter contre la mortalité à la naissance si les enfants se retrouvent par la suite souffrant de malnutrition, avec son cortège de déficits de croissance et d'handicaps mentaux.

Pour ma part, je peux témoigner de la malnutrition au village de lépreux de Peycouck, très proche de la grande ville de Thiès au Sénégal.

Comme d'autres villages de lépreux dits de « reclassement social » où ont été reçus les lépreux chassés de chez eux il y a quelques décennies, le développement économique est très difficile dans la mesure où il y a beaucoup d'estropiés et d'orphelins et que personne ne désire investir dans de tels communautés. Les adultes ont compris - et l'ont fait comprendre à leurs enfants - que la seule façon de s'en sortir sont les études. Seulement voilà, il faut payer l'inscription, les fournitures, les livres et des vêtements décents. De ce fait, beaucoup d'enfants vont à l'école le ventre vide ou y renoncent. Ou encore, les adolescents - qui doivent marcher deux ou trois kilomètres pour se rendre au collège - n'ont pas de quoi se payer la cantine. Même ceux qui mangent à leur faim reçoivent une nourriture si peu diversifiée qu'ils souffrent de carence.

Ce qui est désespérant de surcroît est que tous leurs efforts de se rendre à l'école sont souvent anéantis par les résultats désastreux dus en partie au manque de nourriture. L'école d'un autre village a fait l'expérience de nourrir les enfants à midi, eux qui ne rentraient que dans l'après-midi à la maison. Le résultat aux examens prouva le bien-fondé de la démarche.

Il faut dire que les cultures ne peuvent se faire qu'à la saison des pluies, soit trois mois par année.

Il y a bien l'eau du forage offert par une fondation étrangère mais le prix de l'abonnement est trop élevé pour la plupart d'entre eux.

L'association genevoise Le GRAMI a trouvé une place dans un internat en vue d'une formation artisanale pour quatre adolescents qui n'avaient pas de quoi payer l'inscription à l'école secondaire. En plus de la formation professionnelle qui assure la nourriture pour toute une famille après deux ans ou trois ans de formation, ils reçoivent au moins maintenant déjà une nourriture suffisante.

 

Il manque encore le financement du troisième trimestre pour les quatre jeunes.(environ 2300 CHF)

Nous lançons un appel à tous ceux qui peuvent participer à cette action.

Notre compte : Association Le GRAMI, Troinex, Banque Raiffeisen,

IBAN : CH38 8018 7000 0236 6073 7

Commentaires

J'avais lu la "masturbation" Zut! MDRRRRRRRRRRRMDRRRRRRRR LOL

Écrit par : Patoucha | 22 février 2012

Patoucha, je laisse votre commentaire qui montre à tous nos lecteurs à quel point vous êtes insensible au sort de tous ces enfants mourant de faim. Vous vous riez même du sort des plus petits. Votre seul souci est de vous amuser, de faire des jeux de mots.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 février 2012

Merci du sujet, chère Madame.
C' est une véritable humiliation que de ne pas pouvoir échapper à la honte telle que peuvent éprouver les enfants concernés ( même si souvent elle est bien dissimulée ).
Le sujet est sérieux et tout le monde devrait y réfléchir et agir car même dans les pays développés ça se dégrade. Vive ceux qui font déjà quelque chose pour y remédier.
Bonne soirée.

Écrit par : Cristal Gagnante | 22 février 2012

Il semble que les missionnaires aient raté le coche,il eut été préférable d'enseigner l'alphabétisation et faire des canalisations en tout premier les épidémies auraient pu être jugulées depuis longtemps surtout si l'on sait l'argent donné depuis la fin de la guerre.Faut croire qu'il existait des intérets financiers beaucoup plus importants que de sauver des vies humaines

Écrit par : elena | 22 février 2012

tiens...lovsmeralda a changé de pseudo (elena)

Bon...mis à part le lamentable commentaire de Patoucha (mais dit-elle parfois quelque chose d'altruiste?) je trouve scandaleux que l'école soit payante dans le pays concerné (comme dans d'autres) Il faut non pas payer la scolarisation de ces enfants, mais faire pression sur le gouvernement que l'école devienne gratuite, que ce problème se règle une fois pour toutes!

Comme l'histoire du pêcheur...(donnez un poisson à un homme, il mangera un jour, apprenez-lui à pêcher, il mangera toute sa vie)

C'est la politique gouvernementale, qu'il faut corriger, pas faire des actions au cas par cas!

Écrit par : vieuxschnock | 22 février 2012

Vieux Schnock,
Un proverbe russe dit : "si chacun balayait devant sa porte,comme la ville de Moscou serait propre!". Je veux dire par là que je préfère réussir quelques actions bien ciblées avec mes moyens que de disserter sur la politique d'un pays. Je laisse ça à ceux qui sont dans le domaine. Les situations politiques sont tellement complexes - et peut-être encore plus en Afrique que chez nous -et subissent tellement d'influences que je ne peux qu'agir dans l'espace qui m'est donné, en espérant que mes actions fassent boule de neige.
Et quand j'ai devant moi un garçon de 14 ans très déterminé à être ingénieur agronome, qui ne mange pas à sa faim et qui veut étudier, il est normal que je lui tende la main et lui apprenne à "pêcher". Pendant les vacances, il est revenu au village très fier, comme les trois autres du reste. De la sorte, ils redonnent espoir autour d'eux qu'il est possible de s'en sortir. C'est avec de bonnes graines bien arrosées qu'on peut faire de beaux épis qui essaimeront!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 février 2012

C'est le cas le plus fréquent dans les pays en voie de développement! Mais malgré cette pauvreté, certains arrivent à réaliser ses rêves, et à finir ses études! Bonne raison de plus pour nous de leur tendre la main! Merci pour l'article!

Écrit par : faire part | 24 février 2012

Patoucha, je serai disposée à supprimer votre commentaire quand vous saurez le demander sans diffamation, accusation ou mesure de rétorsion. A bonne entendeuse, salut!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 24 février 2012

deux pas en avant,trois pas en arrière à se demander ce qui freine l'élan sans cesse remis sur l'ouvrage par ceux qui éprouvent quelques sentiments de compassion envers leurs semblables,maintenant on sait.Bill Gate jouant le philantrope pour épaté la galerie des âmes sensibles associé à Monsanto et Harper ou comment la bandes des trois aura su adapter au 21e siècle une nouvelle version du fameux programme sélection humaine qui lui avait pris fin en suisse en 1970!
Et tout cela au nom d'un élitisme qui de toute manières se retournera contre ceux ne rêvant que médailles et autres coupes ,quel gâchi

Écrit par : lovsmeralda | 06 mars 2012

Les commentaires sont fermés.