14 janvier 2012

Les Africains, ont-ils les moyens de s'indigner?

Et pourtant, il y aurait de quoi. Les scandales des essais pharmaceutiques et vaccinaux se répètent sur ce continent si démuni de moyens matériels mais si riches de forces morales.


 Un vaccin contre la malaria est en cours d'étude et a tué plus de 150 enfants.

Pour ceux qui lisent l'anglais.

De plus, on sait qu'un vaccin stimule les parasites à devenir plus résistants et nous nous trouverons un jour, comme pour la tuberculose ou la lèpre, devant des agents pathogènes plus forts que les molécules chimiques en vigueur.

Evidemment, de très grosses sommes sont en jeu. Malheureusement, toutes les énergies, le temps et l'argent investis pour un vaccin ne sont pas destinés à d'autres projets bien plus efficaces et moins coûteux.

 

Commentaires

On peut aussi vacciner personne est se sera quasiment 100% de malades morts de maladie. Vous préférer choisir la maladie c'est votre droit. Mais laissez le choix à ceux qui veulent vivre plus longtemps.

Quand à votre intervention sur les résistance des virus ou bactéries; heureusement que les décisions de mettre sur la marché des médicaments ne vient pas de vous. Si les antibiotiques ou les virus deviennent plus résistant c'est justement parce que l'on à utilisé ses traitements qui ont soigné et sauvé des millons de personnes dans le monde.

Pour sauver des vies; c'est en encourageant la recherche scientifique qui permettront de trouver de nouveau traitements vaccinaux. Et non un retour en arrière avec vos tisanes de pâquerette qu'on éradiquera des maladies mortelles.

D.J

Écrit par : D.J | 14 janvier 2012

DJ, Vous réagissez au quart de tour, tellement vous avez besoin d'affirmer la puissance d'un système alors que vous ne voyez pas la faiblesse de vos arguments.
Et puis, vous sortez du sujet qui informe que des enfants meurent des essais des vaccins et que ce ne sera jamais dans le pays de ceux qui les conçoivent et en retirent des fortunes.
Cesser de vous leurrer : on ne sauve pas des vies; à la limite on les prolonge.
Encore faut-il que la survie soit de qualité, ce qui n'est pas forcément le cas avec tous les traitements que vous prônez.
Votre manque de culture à l'égard des autres médecines est flagrante. Il y a de grandes avancées actuellement, encore faudrait-il vous instruire!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14 janvier 2012

" Et puis, vous sortez du sujet qui informe que des enfants meurent des essais des vaccins et que ce ne sera jamais dans le pays de ceux qui les conçoivent et en retirent des fortunes. "

Il me semble logique que l'on teste des vaccins contre la malaria là ou la maladie se trouve. Comme tout traitement il faut bien commencer une première fois au sein d'une population, pour connaitre l'efficacité réel du remède. Les premiers vaccins contre la grippe H1N1 ont bien été fait sur nos populations occidentales.

" Cesser de vous leurrer : on ne sauve pas des vies; à la limite on les prolonge ".

A défaut de trouver le sérum de l'immortalité; je ne vois pas forcemment la différence entre sauver des vies et la prolonger. L'allongement de l'espérance de vie ne s'est pas faite par hasard.

D.J

Écrit par : D.J | 14 janvier 2012

DJ, Il est vrai que la malaria ne tue plus aux USA et pourtant, elle a disparu sans vaccin. Il y donc bien d'autres méthodes possibles.
Et puis, il y a toujours un risque pour les soldats américains envoyés dans différentes contrées.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14 janvier 2012

Au USA déjà le climat même au sud est déjà loin d'ête le même que ceux des pays bien plus tropicaux ou subsaharien plus favorable à la malaria. Mais dans nos sociétés modernes on ne sait pas géné non plus a vaporiser des insecticiides contre les moustiques. L'hygiène est aussi une des raisons utile. Mais tropique ou non ou bonne hygiène de vie ou non, personne n'est à l'abris des épidémies. Les vaccins sont à l'heure actuelle la seule solution vraiment efficace contre les maladies virales et bactériennes.

Le DDT auraient été aussi une solution en Afrique si au lieu de l'interdire après avoir l'avoir utilisé importe comment on aurait utilisé cette inscticide de façon parcimonieuse.

D.J

Écrit par : D.J | 15 janvier 2012

Vous brossez de grands tableaux en oubliant ou omettant beaucoup d'éléments.
Par exemple, même si le climat est distinct aux USA, il faut penser à tous les Américains qui se rendent pour tourisme ou travaillent dans les régions subtropicales.
Vous ne mentionnez pas que dans le Midi de la France, il y avait beaucoup de moustiques avant qu'on ne surveille chaque étendue même petite d'eau stagnante.
comment voulez-vous utiliser de façon parcimonieuse un insecticide quand il y a tant de moustiques?
Votre affirmation " Les vaccins sont à l'heure actuelle la seule solution vraiment efficace contre les maladies virales et bactériennes." relève plus d'un credo que d'une étude approfondie du sujet. De plus, la maladie est inhérente à la condition humaine: vouloir en supprimer l'une ou l'autre forme ne fait que dévier les courants pathologiques. Constatez-vous vraiment que les populations sont moins malades globalement depuis l'avènement des vaccinations?
En tous cas, chez nous, nous voyons que l'état de santé des enfants a baissé - d'autres facteurs sont aussi en cause j'en conviens - et les maladies autoimmunes sont foisons. Le gain global n'est pas du tout aussi évident que vous le prétendez.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 15 janvier 2012

" Constatez-vous vraiment que les populations sont moins malades globalement depuis l'avènement des vaccinations? "

Les épidémies qui jadis décimaient les populations tel la variole ont disparu grâce à la vaccination. Il en est de même de la casi disparition de la Poliomyélite toujours grâce à la vaccination. Les morts du au tétanos ont aussi presque disparu grâce à la vaccination. On a éradiquer casiment la rage de nos contrées grâce à au programme de vaccination dans la faune sauvage. Et la liste n'est pas exhaustive.

D.J

Écrit par : D.J | 15 janvier 2012

DJ, vous affirmez bien vite que les épidémies ont disparu grâce aux vaccinations.
Toutes les épidémies ont eu leurs périodes de croissance et décroissance et cela bien avant l'ère des vaccinations. Il y a donc plusieurs facteurs qui interviennent. Il faut faire attention de ne pas réduire un problème aussi intense à la seule présence des vaccinations.
Vous semblez vouloir ignorer des éléments comme celui de ma note où des enfants meurent lors des études ou comme l'enfant Stacy qui vient de mourir en Belgique peu après des vaccins. Le système politico médical veut tellement cacher le cas qu'on en a refusé l'autopsie aux parents.
Les parents qui ont vu leur enfant devenir autiste après une vaccination ROR se voient dénier leurs souffrances de constater que leurs enfants basculent si vite dans un état déplorable.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 16 janvier 2012

" Toutes les épidémies ont eu leurs périodes de croissance et décroissance et cela bien avant l'ère des vaccinations. Il y a donc plusieurs facteurs qui interviennent. Il faut faire attention de ne pas réduire un problème aussi intense à la seule présence des vaccinations ".

Avant les vaccins les grandes épidémies provoquaient des hécatombes dans la populations. Bien des maladies ont casiement disparu avec les vaccinations. Poliomyélite, tétanos, variole etc... Sans le vaccin contre la grippe l'addition serait bien plus lourdes surtout chez les personnes à la santé fragile.

" Vous semblez vouloir ignorer des éléments comme celui de ma note où des enfants meurent lors des études ou comme l'enfant Stacy qui vient de mourir en Belgique peu après des vaccins ".

Il est toujours plus facile de comptabiliser le petit pourcentage de mort du à la vaccination pour critiquer les bienfait de cette dernière que de comptabiliser le gros pourcentage qui ont eu la vie sauvée grâce à cette même vaccination. Le premier se voit directement plus que le second. Avec votre raisonnement ont peu aussi remettre en cause l'opération de l'appendicite chez les enfants; puisque le risque d'y rester existe et que certains enfants ou adultes en sont justement morts pendant l'opération comme cela existe dans toute sortes d'opérations chirugicales.

D.J

Écrit par : D.J | 16 janvier 2012

D.J. Vous affirmez des globalités et vous réduisez à néant tous les facteurs qui ont participé à la réduction d'épidémies.
Vous croyez que seules les vaccinations peuvent résoudre les problèmes alors qu'il y a bien d'autres moyens pour fortifier l'immunité.
Vous parlez volontiers de vies sauvées ou de mort. Ce sont les extrêmes de l'existence mais les maladies ne sont pas forcément mortelles. Savez-vous seulement que certaines vaccinations d'enfants ne sont prescrites que pour éviter à la mère de s'absenter de son travail pour soigner son enfant?
votre argument avec l'opération ne joue pas parce qu'il s'agit d'un geste thérapeutique prescrit cas par cas, ce qui n'a rien à voir avec les injections de vaccins qui sont données sans vérification de l'état immunitaire des organismes à qui on impose de force(en perçant la peau donc sans moyen de filtrer) un produit artificiel (certains individus réagissent très fort aux adjuvants).
je vous propose vivement d'étudier soigneusement tout ce qui concerne les vaccins et pas seulement les arguments avancés par les gouvernements inspirés par des lobbies "scientifiques" ou d'autres intérêts éloignés de la santé.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20 janvier 2012

Les essais vaccinaux ,les tous premiers datent de Mathusalem,beaucoup d'enfants ont servi et ce dans notre pays au cobayage ,à croire que ce qui a existé est radié du cerveau des scientifiques chercheurs en médecine.Concernant la morale celle-ci était pourtant largement répandue mais ignorants la différence existant entre docteur de la foi et docteur soignant le foie,ceux qui parlaient d'amour à tous les coins de rue n'ont pas senti le piège ou beaucoup d'enfants ont été transformés malgré eux , en gentils petits soldats obéissants,si obéissants qu'encore aujourd'hui ceux vivants parlent de la chaine des enfants quasi dénudés. Tous .à la queue leuleu afin de se faire scarifier l'épaule et ce avec le mème grattoir pour tous.
D'ou sans doute la phrase si cèlèbre,un pour tous tous pour un!

Écrit par : lovsmeralda | 20 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.