14 décembre 2011

L'apport des médecines complémentaires à la lutte contre le cancer

Tel est le titre de la conférence que nous présente Richard Golay, conférence qui aura lieu à Lausanne le jeudi 15 décembre à 17h30 au CHUV

J'élargirais le débat en parlant de l'apport des autres médecines dans la thérapie des cancéreux.


Pourquoi les « autres médecines » plutôt que les médecines complémentaires?

Parce que certaines autres médecines sont alternatives aux traitements conventionnels basés énormément sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. traite qui sont souvent très lourdes à subir. Sous nos latitudes, on a de la peine à imaginer que pour une maladie aussi grave que le cancer, on puisse soigner autrement qu'avec des traitements agressifs. Et pourtant, cela existe.

Différents témoignages le rapportent. On ne peut en tirer aucune statistique selon des lois mathématiques car chaque malade guéri a trouvé sa propre thérapie qui consiste en une démarche thérapeutique avec un ensemble de moyens.

Chaque patient a une histoire individuelle qui l'a amené à présenter un cancer. Cette histoire est tissée de plusieurs facteurs, éléments et paramètres qui font que la démarche thérapeutique va se porter à corriger un maximum de ces causes possibles.

Il s'agit donc d'un traitement complexe, par conséquent important à gérer. Les personnes affaiblies auront de la peine à le suivre. C'est là qu'interviennent des proches, parents ou amis, qui sauront les accompagner en percevant l'intelligence et les subtilités de chaque démarche. Au contraire, si les proches sont sceptiques, la malade aura beaucoup de peine à gérer l'ensemble de son traitement.

Ainsi donc, il s'agit de ne pas confondre ce genre de démarche avec les médecines complémentaires qui aideront le cancéreux à se sentir mieux ou à moins souffrir des effets des traitements mais n'auront pas de visée proprement curatives sur la maladie cancéreuse en soi.

 

 

Les commentaires sont fermés.