30 octobre 2011

La santé, otage de l'économie

Deux grands thèmes reviennent très souvent à l'ordre du jour : Comment gérer financièrement l'assurance maladie et les bénéficices impressionnants de Novartis avec ses conséquences humaines.


Il est nécessaire de rappeler la définition de la santé par René Dubos : «État physique et mental relativement exempt de gênes et de souffrances qui permet à l'individu de fonctionner aussi longtemps que possible dans le milieu où le hasard ou le choix l'ont placé». Définition qui présente la santé comme la convergence des notions d'autonomie et de bien-être.(Wikipédia)

Lorsque les regards sont dirigés sur l'économie, l'art médical se fait étouffer alors qu'il devrait être le phare de la santé.

Avec le sujet des coûts, je suis impressionnée de constater qu'on ne cherche qu'à réorganiser la distribution des coûts mais que l'on ne veuille pas mettre en avant qu'il y a des thérapies plus efficaces donc plus avantageuses dans bien des cas de symptômes ou de maladies, alors que la médecine conventionnelle nous est de plus en plus imposée par le biais économique.

Novartis nous illustre parfaitement bien le sujet. Pour des raisons de calculs financiers, il supprime froidement si ce n'est glacialement 1100 emplois en Suisse, ce qui n'apporte pas un « état physique et mental relativement exempt de souffrances » à autant de familles. La santé est aussi le reflet d'une harmonie or Novartis omet que la sienne provient de l'équilibre de la Suisse qu'il est en train de malmener.

Novartis ne se contente pas seulement de restructurer son entreprise, ce qui serait encore de l'ordre de la stricte politique économique mais là où il s'éloigne encore plus de la santé se révèle lorsqu'il choisit de créer des produits qui rapportent gros, sans tenir compte des priorités sanitaires. Ainsi donc, nous apprenons qu'il s'est allié avec le généticien Craig Venter pour produire des vaccins à l'aide d'une méthode novatrice: la biologie synthétique. Et là, tous les investissements sont possibles

puisque « grâce à la technique des cultures cellulaires; Novartis vient d'ouvrir une usine idoine valant plusieurs milliards de dollars en Caroline du Nord (Etats-Unis). »

Une telle politique dénote bien un éloignement terrible de l'art médical qui prend en compte l'ensemble de l'individu. Une telle science veut nous faire croire que le virus est tout et que l'être humain n'a aucun autre moyen que le vaccin pour gérer sa santé.

Même au niveau économique, les vaccins ont occasionné une petite catastrophe lors de l'épidémie gonflée de la grippe H1N1dont Sylvie Simon nous livre des conclusions toutes fraîches

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-vaccin-comment-jeter-l-argent-des-contribuables-par-la-fenetre-87514337.html

Et pourtant, c'est là-dessus que Novartis mise. Ce géant ne tient pas compte que le vent tourne; au contraire, il s'enfère dans une technicité qui s'éloigne de l'être humain. Et pourtant, la médecine dite scientifique se heurte de plus en plus à des obstacles. D'autre part, la société se modifie à grands pas, que ce soit par le printemps arabe, par la renaissance africaine ou par l'éclosion des indignés. Il est donc temps de changer de mentalité, d'évoluer dans la conception de la gestion du monde et de la compréhension de l'être humain. Le monde occidental est en train de perdre de sa souveraineté et a tout intérêt à prendre des leçons des autres ethnies.

Après avoir envahi l'espace extérieur, il s'agit de tourner son regard à l'intérieur de soi: "L'origine de tous les problèmes qu'ils soient grands ou petits, réside dans le psychisme de l'individu."

Tel est le titre d'un brillant exposé du Professeur P. KRISHNA,recteur du Rajghat Education Centre,

Fondation Krishnamurti en Inde, Bénarès (traduit par Mme Rubagire) en Juin 1996.

 

PS :  les couleurs et les caractères de cette note sont indépendants de ma volonté.

Commentaires

Ce qui est utile de rappeler également c'est que ce sont les socialistes, avec la moustachue Ruth Dreifuss qui nous ont jeté en pâture aux assureurs.

Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent !

htpp://www.stoplamal.com

Écrit par : Victor Winteregg | 30 octobre 2011

Victor Winteregg, c'est trop facile de trouver un mouton noir pour expliquer la situation si complexe de la médecine conventionnelle chez nous et de son mode de remboursement.
En plus, vous ne tenez pas compte que nous sommes un modèle de démocratie pour bien des pays et que le système de la LAMAL est le résultat d'un consensus.
Quant à votre coup de queue sur le visage de Mme Ruth Dreifuss, il est vraiment déplorable, facile et n'apporte rien au sujet.
vous omettez qu'elle a eu l'excellente idée de tester la valeurs des médecines complémentaires, projet financé par le Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique, le PEK, qui a été balayé par Couchepin juste avant son terme.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 31 octobre 2011

1100 emplois en Suisse, je trouve ça absurde!!

Écrit par : Swiss Life Mutuelle | 08 février 2012

Swiss Life Mutuelle, Je vous saurais gré de développer votre commentaire qui n'en est en fait pas!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 février 2012

Les commentaires sont fermés.