22 octobre 2011

Don d'organes ou mutilations d'organes?

 

L'éditorial de GHI du 19-20 octobre vante tous les éléments jugés positifs du don d'organes.

Il semblerait « qu'un chirurgien a eu le courage de prendre tous les risques pour mobiliser populations, gouvernements et autorités sanitaires ». De quels risques s'agit-il? D'énoncer tous les arguments possibles pour chercher à persuader les citoyens de donner un organe, quitte à sortir du respect d'autrui, des perceptions d'autrui et à outrepasser des lois ontologiques.


 

Nous parlons ici du don d'organes par un être vivant puisqu'un mort ne peut guère notifier un don au moment où on lui enlève un organe!

Pour l'auteur de l'éditorial, il s'agit surtout de briser des tabous. Il ne lui vient pas à l'idée qu'il y ait autre chose que des tabous qui relève de l'ordre de convictions profondes individuelles.

Chez nous, les taux sont « tristement » bas. L'éditorialiste déplore ce taux, donnant son avis affectif sur un sujet qui est bien plus profond que son émotion.

Il décrète que c'est parce que ce n'est pas facile d'affronter sa mort quand on est vivant, comme si c'était un élément majeur dans les refus.

« Pas facile de risquer sa santé quand on est en bonne santé. » Là, il veut faire croire que les personnes n'osent pas affronter ce risque alors qu'il n'y a pas de raison de se faire mutiler. On peut s'étonner que cela devienne naturel pour des médecins de mutiler des bien-portants, alors que l'art médical consiste à préserver la santé. On peut essayer de nous faire croire ce qu'on veut mais enlever un organe aussi vital que le rein a forcément des conséquences. Dans ces publicités pour vanter le don d'organes, on ne parle jamais des conséquences à court ou long terme de ces opérations chirurgicales. On ne nous dit pas non plus le coût que l'opération et les suites d'opérations représentent pour la communauté à qui, de plus, on n'a pas demandé son avis.

« Pour le bénéfice d'un autre dont, en plus, on ne sait souvent rien. » Comme si, à ce moment-là, on ne devait penser qu'au bénéfice du grand malade sans plus réfléchir à toutes nos responsabilités dans lesquelles nous sommes engagés et qui demandent déjà toutes nos capacités tant physiques que psychiques. Oui, psychiques car on ne dit rien de ce qui se passe dans l'inconscient de l'individu qui sacrifie une partie vitale de son corps. Il croit assumer sa partie consciente avec des arguments que les publicités avancent mais il ne tient pas compte d'autres dimensions de son être intime.

«c'est probablement dans cet ultime acte de générosité que réside non seulement le salut de milliers de malades. » Et voilà, on veut vous faire croire que c'est un acte de générosité ultime. Tout d'abord, pour que cela soit considérer comme de la générosité, l'acte devrait être total c'est-à-dire que le donneur devrait en payer tous les frais !!! Ce qui est choquant, c'est que l'éditorialiste veut nous faire croire que la générosité ultime est de donner un organe, comme si l'individu n'avait pas le choix de destiner sa générosité ultime dans d'autres domaines! Donner sa vie quotidiennement pour une noble cause peut apporter bien plus à l'humanité qu'un geste unique qui n'est sûr ni pour le donneur ni pour le receveur.

Et faire croire que ce geste peut apporter le salut à de nombreux bien portants, c'est un nouveau credo dans un monde qui se veut fermement laïc.

« Rassurés d'appartenir enfin à une véritable chaîne humaine pour une fois réellement solidaire. » Comme s'il n'y avait que ce moyen pour se sentir appartenir à une véritable chaîne humaine et que ce mode décrété solidaire est au-dessus de tous les autres modes de solidarité. C'est vraiment très réducteur de tous les possibles qui sont offerts à l'être humain.

Je tiens à préciser que chacun est libre de son choix, cas par cas, selon ses conceptions de la vie et sa relation avec le malade receveur.

Ce que je tenais à dénoncer ici, c'est le mode de faire pour essayer de convaincre les gens qu'ils ont tort de résister à se faire prélever un organe.

 

Commentaires

@Marie-France de Meuron,cinq sur cinq entièrement d'accord avec vos propos ou comment culpabiliser le peuple pourrait -on traduire par ces actions dons d'organes.Ce don est quelque chose qui doit rester personnel et ne devrait en aucun cas être organisé par quelque groupe ou sous groupe pharma dont on connait les dérives et qui pourrait aussi s'apparenter à une évalutation de votre propre façon de vivre, tout ceci caché sous le masque de l'hypocrisie qui elle est aussi un art de vivre de ce monde basé sur l'élitisme et le rendement. Faisant perdre tout sens d'un quelconque raisonnement personnel à ceux ou celles devenus adeptes sans y avoir rien vu d'une mouvance sectaire
Ce n'est pas sans rappeler les publités vantant l'arrivée de la grippe afin de faire courir les gens pour les vaccins , vaccinations faisant courir des chaines d'humains comme la fameuse chaine Saint Antoine née déjà dans les années 50
tout bon dimanche pour vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 22 octobre 2011

J'avais pendant longtemps une carte de donner d'organe dans mon porte monnaie. Je trouvais cela "normal" de donner mes organes après ma mort à un malade qui en avait besoin.
Mais c'est en y réfléchissant un peu plus que je me suis fais la réflexion suivante; "Et si j'avais un accident plus où moins grave et qu'à l’hôpital les médecins voyant ma carte de donneur omettaient volontairement de me soigner afin de récupérer mes organes".

Écrit par : bruno | 22 octobre 2011

@bruno: J'ai fait exactement comme vous mais j'ai prévu dans mes directives anticipées de faire don de mon corps à la Science, à condition qu'on n'y prélève aucun organe à des fins de transplantation.Manière d'exprimer mon opposition à la banalisation et au business transplantatoire, tout en témoignant de mon altruisme.

Madame de Meuron dont je partage l'opinion, est bien courageuse d'oser affronter le "philanthropiquement correct". Je me sens moins seul après avoir lu son texte et un blog paru il y a quelques semaines ici:

http://lesdissidentsdegeneve.ch/index.php?option=com_content&view=article&id=1069%3Ales-cueilleurs-dorganes-sont-a-laffut-&catid=1%3Anouvelles-quotidiennes

Écrit par : Benjamin LORSON | 23 octobre 2011

Un grand merci, Benjamin Lorson, pour ce lien vers un article fort bien fait qui relève encore d'autres éléments.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23 octobre 2011

ou comment être fiché à son insu!

Écrit par : tiendonc | 23 octobre 2011

M'enfin !
il y a encore beaucoup de gens mal renseigné !
une greffe coute parfois moins cher que payer pendant des années des frais d'une maladie incurable !
tant que vous n'êtes pas dans le cas, vous ne comprenez pas le sens de donner vos organes de votre vivant ou à votre mort !
je suis greffé et je trouve insultant vos propos ! je ne vous comprends pas !
Vous seriez dans le cas ! vous seriez donneur sans hésitation ! la Suisse ! et bien c'est bien dommage de voir votre point de vue ! Heureusement , il y a des pays un peu plus civilisé en europe !
la prochaine fois que je rencontre un suisse s'inscrire sur la liste de don d'organes chez nous, je lui montrerait cet article lamentable !
Garder votre argent de riche et resté chez vous !
chez nous, nous sommes pas un pays riche mais généreux de coeur !
Bien à vous !

Écrit par : pomme greffée ! | 23 octobre 2011

@Pomme greffée.Entièrement d'accord avec vos propos,c'est juste on est dans un pays généreux qui a eut trop tendance à se laisser marcher dessus mais ces campagnes publicitaires sentent l'étrange pour ceux qui connaissent la médecine depuis la fin de la guerre,les dons existent dans notre pays depuis longtemps des greffés il y en eut beaucoup paix à leur âme mais jamais on n'a connu pareille campagne et généralement elles sont aussi à buts financiers. Surtout de nos jours et pouvant cacher autre chose,les grands patrons des anciens hopitaux faisaient barrière à certains profits,eux partis c'est toute la médecine qui dérape virtigineusement surtout si l'on sait tous les avantages dont l'OTS sut tirer profit même avec de bons conseils santé qui elle n'a jamais de prix excepté pour les profiteurs qui eux aussi savent se cacher sous le masque des apparences
Quand à faire un don d'organe c'est comme pour Exit on en discute en privé avec son médecin et pas avec d'autres,ceci doit rester du domaine privé
mais tout bon courage pour vous sachez que vous vivez avec une âme soeur et elle sait veiller sur vous,alors laisssez les débats presque stériles aux autres

Écrit par : lovsmeralda | 23 octobre 2011

Pomme greffée,
Vous vous réfugiez derrière un pseudonyme, ce qui vous permet de vous défouler plutôt que de réfléchir. Alors, pour reprendre une pomme, ce fruit a une queue mais pas de tête. Dommage! A quoi vous sert d'avoir reçu l'organe de quelqu'un si c'est pour insulter autrui!
De plus, vous ne voulez pas lire que je dénonce la démagogie pour attirer les donneurs. Mais ces arguments, vous ne voulez pas non plus les regarder en face car vous-même vous déclarez que la générosité passe par le don d'organes. Confondre civilisation et générosité est déplorable. Evidemment, c'est ce qui vous concerne mais vous ne représentez qu'une minorité de la population.
vous ne pouvez pas préjuger de ce que je ferais dans votre cas. c'est encore une réflexion trop facile. Bien des personnes ont préféré affronter la mort plutôt que de subir tous les aléas d'une greffe.
Vous êtes mal placé pour parler des riches car vous-même avez accepter un traitement de riche et avez profité de l'argent de votre pays.
En tous cas, dans vos propos, je ne distingue aucune générosité de coeur dont vous vous vantez pour votre pays.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23 octobre 2011

Pomme greffée, Pomme croquée...la Faute...Culpa...

Écrit par : absolom | 23 octobre 2011

@Marie-France de Meuron en effet beaucoup ont refusé une greffe connaissant tous les aléas alors en leur nom je vous remercie,leur choix personnel fut des plus difficiles et pour eux et leur famille

Écrit par : lovsmeralda | 23 octobre 2011

Il faut absolument regarder ce reportage de 36,9 sur tsr...Il est critique. Tous les médecins ne sont pas d'accord

"Organes à vendre sur internet"

http://www.tsr.ch/emissions/36-9/3363776-organes-a-vendre-sur-internet.html

Écrit par : Pierre Waeber-Lecoultre | 24 octobre 2011

Un très vif merci, Pierre W-L, pour ce lien.
Effectivement, ce reportage est excellent.
Un médecin ne recule pas devant le fait de parler d'une nouvelle forme de cannibalisme. A l'origine, il s'agissait de s'approprier les qualités d'un être humain. Pour les greffes, c'est aussi des organes les plus précieux qu'on incorpore (= faire entrer dans le corps)

Écrit par : Marie-France de Meuron | 24 octobre 2011

Madame Meuron, un reportage sur les guérisseurs (et la façon dont certains hôpitaux les accueillent) qui va plus dans le sens que vous valorisez :
http://www.youtube.com/watch?v=kbUPmkWrUtE
Il y a une série de 8 DVD, "enquêtes extraordinaires"

Écrit par : Nicole | 28 octobre 2011

Madame de Meuron...désolée d'avoir écorché votre nom.

Écrit par : Nicole | 28 octobre 2011

Un très chaleureux merci, Nicole, de nous signaler ces "enquêtes extraordinaires".
Il est intéressant de signaler que la première se déroule près de chez nous, en Haute-Savoie.
Ce sont de vieilles méthodes qui peuvent être de plus en plus expliquées par la physique quantique qui, malheureusement, n'a pas encore passé la frontière de la médecine académique basée surtout sur la biologie, la génétique et les statistiques.
Vous êtes toute pardonnée d'avoir estropié mon nom, seule votre intention louable compte!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 28 octobre 2011

Cadeau, alors. Quelqu'un que vous aimez :
http://www.youtube.com/user/filmscienceparallele#p/a/u/1/0DLWvDGSurc

Écrit par : Nicole | 30 octobre 2011

Merci beaucoup, Nicole, pour cette belle surprise de me permettre de voir Sylvie Simon en vidéo.Elle a vraiment les mots justes pour dire les choses dans leurs intensités.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 30 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.