20 octobre 2011

Les indignés de la médecine

« La médecine est un art qui demande des connaissances approfondies (spécifiques à chaque type de médecine), intuition et initiative. La science n'est que servante, elle n'est pas le maître, encore moins une déesse ! Elle doit aider l'art médical mais ne jamais l'entraver. Il n'y a pas de « traitements scientifiques » et de « traitements empiriques », il n y a que des traitements efficaces ou inefficaces. Seul compte le bien du malade. »

Dr en médecine Yvette Parès, ancienne Professeure de biologie à Dakar


 

En date du 19 octobre, les blogs de la TdG nous ont servi différents types d'indignation qui concernent la santé et les coûts des maladies.

Le Blog Doc informe que l'ensemble des médecins suisses ont, par vote et à une forte majorité, signifié leur opposition au changement imposé par la nouvelle loi, à savoir l'obligation l'obligation de faire partie de réseau de soins géré par les caisses-maladie. L'indignation porte sur plusieurs points mais surtout sur la restriction draconienne de la liberté de choisir son médecin. Or cet élément est la base de la relation médecin-malade.

La loi présentée actuellement est un retour au collectivisme qui fit la perte de l'URSS!!!

Le mode choisi de l'indignation est le référendum. On reste ainsi dans le cadre légal.

Dans le même blog, nous trouvons d'autres types d'indignation.

- Celle signée par Anastase qui accuse les médecins de participer «  au renchérissement des traitements encouragés par le corps médical qui y trouve son profit, à la cartélisation des industries pharmaceutiques (avec lesquelles les médecins travaillent main dans la main) qui imposent les prix des médicaments. »

Le mode choisi est de coincer les médecins avec une loi stricte, en les accusant à l'emporte-pièce.

Ainsi pense-t-il qu'une loi édictée dans des bureaux du Palais Fédéral va pouvoir contrer un mouvement profond de la société qui a conduit la médecine actuelle à être ce qu'elle est.

- Celle signée par un patient MC qui dénonce certains fonctionnements du corps médical et qui généralise les expériences qui lui sont arrivées. Il voit le bon côté de la gestion moderne des dossiers.

Le mode choisi est de mettre les médecins sous une forme de tutelle. Les inconvénients du système proposé n'apparaissent pas dans ses conclusions basée sur son expérience qui est forcément limitée à lui et à son entourage.

La révolte des aides-soignantes nous est rapportée dans un autre blog.

L'indignation semble être arrivée à son comble dans la mesure où l'exigence sur cette profession s'est amplifiée, sans donner aux personnes de quoi l'assumer vraiment. L'action syndicale n'a pas suffi tant le monde de la santé est à revoir complètement.

Le mode chosi est la grève. Cette révolte fait penser à une grande vague de tsunami : elle coupe avec le quotidien et exige des changements drastiques. Je n'y ai pas trouvé de participation proposée à l'élaboration d'une réelle mutation de tout le système hospitalier.

A quand les indignés de l'art médical?

Ceux qui déplorent de voir la médecine réduite à des conclusions d'études statistiques, à des résultats de recherches en laboratoire, à des décisions épidémiologiques qui mettent tous les individus sur le même plan, gommant ainsi leurs individualités?

Ceux qui souffrent de connaître moult moyens thérapeutiques et qui constatent que tant de symptômes sont traités invariablement par des formules chimiques qui gomment lesdits symptômes sans aller à la racine du mal.

Que de plus en plus, ce sont les lois de l'économie qui guident la prise en charge des malades plutôt que l'art médical.

Il y a de quoi s'indigner quand on constate que si peu de place est laissée à la médecine précoce, à savoir à celle qui soigne les troubles énergétiques avant qu'ils ne deviennent organiques. Pour cela, il faudrait enseigner à chacun d'être davantage présent à son organisme et à son psychisme pour distinguer les signaux avertisseurs. Or, l'enseignement de la connaissance de soi n'est prodigué nulle part. Dans les écoles, on préfère former les enfants à être efficaces plus tard dans une profession. Avec un médecin, on s'arrête au motif de la consultation. Pour la santé publique, on se limite à quelques mesures de prévention globale, avec des mots d'ordres faciles à transmettre mais dont la pratique est mal ou peu suivie ou très coûteuse aux états.

En réalité, chacun recèle au fond de lui un médecin, une intuition qui peut le guider dans ses choix de vie et par conséquent de santé. Notre société tournée vers l'extérieur ne prête pas assez attention à ce médecin individuel. Un thérapeute devrait être celui qui conduit le patient vers une meilleure écoute de ce médecin intérieur et l'aide à percevoir la démarche curative qui lui correspond ici et maintenant.

 

Commentaires

Notre cher et toujours regretté Général Guisan/né un 21 octobre/avait un père médecin et si ce dernier comme tant d'autres aussi disparus pouvaient s'exprimer , sûr qu'il y aurait un bataillon d'indignés

Écrit par : lovsmeralda | 21 octobre 2011

Chère MF,

Etre indignés selon beaucoup de personne est irresponsable ou illégitime. Pourtant on ne peut être qu'être indigné envers la médecine, les banques, la politique et j'en passe.

La médecine n'est plus science qui a pour but de soigner. C'est une science où l'ont investi pour recevoir en retour. Rien de plus. On fabrique des médicaments et les tests se font lors de la commercialisation. Il n'y a qu'à voir le médiator.

Mon meilleur ami m'a expliqué comment cela se passe dans la recherche. Aujourd'hui il est bien content de ne plus être dans ce milieu. Il est redevenu étudiant mais il est libre et ne participe plus à cette arnaque médicale. Cela dit, ce n'est pas une arnaque puisque tout le monde l'accepte. Tout comme on accepte que Couchepin soit grand copain avec le Groupe Mutuel, société qui en 2008 avait des réserves avoisinants 22.2% alors que le minimum est de 11 ou 13% (j'ai oublié mais nous sommes bien au-dessus).

Lorsque le peuple prendra en compte son héritage qui lui a été légué par ceux qui se sont battus pour que l'on ait des droits, les choses changeront peut être...en attendant le monde reste dans sa léthargie...

Je vous souhaite une bonne journée et un bon week end
Bien à vous

Écrit par : plume noire | 21 octobre 2011

@plume noire,on en presque à rajouter qu'il n'est pas impensables que des tests de vaccins aient été faits sur les humains afin de pouvoir soigner sans erreurs possibles des animaux qui et Saint François d'Assises le montre bien doivent être relégués au 2me rangs après les humains qui dorénavant pourront dire,si on ne sait pas pourquoi on est venu sur terre maintenant c'est acquis on aura participé à l'élaboration d'un programme animalier,les humains en cobaye pour sauver des animaux pourquoi pas après tout ?au point ou on en est dans le genre magouilles tout est possible

Écrit par : lovsmeralda | 21 octobre 2011

@ Marie-France de Meuron,Mondo-Vision,Mondo-Cane deux films qui ouvrirent les yeux à de nombreux enfants suisses qui devinrent généreux donnateurs pour sauver les peuples d'Amazonie.Aussi pour ceux se souvenant de la haine partagée et non feinte entre catholiques et protestants de l'époque au vu de celle entendue de la part d'une tribu amazonienne face aux occidentaux les ayant spoliés et ce aussi après avoir spolié les donnateurs on s'en rend compte rien ne fut fait avec notre argent pourtant versé de bon coeur,ces indiens là ne portent pas les occidentaux dans leur coeur.Menaçant même de revenir au temps de leurs ancêtres coupeurs de tête si certains continuent de leur faire croire au père Noel plus longtemps.Cette haine ne leur aurait-elle pas donné l'idée pour se venger à juste titre aussi l'idée de donner des plantes toxiques aux biologistes les ayant manipulé mais dans l'idée plutot de tuer que guérir.La haine pour ceux qui l'ont vécue on la sait peut être fort dispendieuses de bons conseils aussi mais pas forcément dans un but objectif,et si c'était vrai?

Écrit par : lovsmeralda | 23 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.