30 septembre 2011

La Palestine, l'art médical et les Présidents, quels liens?

Dans sa note, Hani Ramadan se fait le porte-parole d'une partie importante de la population mondiale concernée pour la Palestine. Dans sa votation de mai 2009, le peuple suisse veut des médecines complémentaires. Dans leurs discours, le président d'Israël comme notre ministre de la santé jouent les optimistes quant à l'avenir.


 

Le parallélisme entre l'art médical en Suisse et la Palestine peut se constater dans l'imposition de la puissance. Les académiciens imposent une médecine scientifique, de plus en plus réduite à la biologie, la statistique et la technicité, alors que de nouveaux problèmes de santé surgissent. Ils démontrent une parfaite ignorance des valeurs des autres médecines, se contentant avec arrogance de déclarer « qu'on nous apportent des preuves » alors que leur système de preuve est adapté à leurs découvertes récentes contrairement aux médecines alternatives qui donnent des preuves depuis des siècles, preuves observationnelles il est vrai car elles dépendent d'autres paramètes que ceux de la médecine moderne.

Les dirigeants sionistes s'imposent avec des slogans qui s'avèrent de moins en crédibles, comme celui de retrouver la terre des ancêtres, la sécurité et la notion de l'Etat juif alors que la modernité veut des états laïcs et qu'au XXIe siècle, la sécurité d'un état ne peut plus dépendre principalement de la force de son armée.

Quant à l'optimisme sans substrat, j'ai été vraiment surprise de lire le début du discours du président S. Peres qui commence par « si tout va bien » alors que les faits concrets montrent que tout ne va justement pas bien. Ainsi le fait aussi notre ministre de la santé qui tire un bilan positif des mesures d'économies prises jusqu'ici, alors que nous savons tous qu'il s'agit de manoeuvres économiques qui ne changent rien à la réalité concrète que la médecine conventionnelle utilise des moyens de plus en plus coûteux sur bien des plans.

Cerise sur le gâteau, l'usage complètement abusif de certaines belles vertus :

Le président israëlien en appelle aux efforts sauvegarder l'avenir du peuple juif et renforcer les liens entre Israël et ses frères juifs en Diaspora alors que certaines décisions de l'Etat hébreu comme la colonisation sans fin divise fortement les Juifs.

Nos dirigeants en appelle à la solidarité pour les assurances alors qu'une solidarité imposée n'est plus de la solidarité.

 

 

Commentaires

Et si Mahmoud Abbas réorganisait des élections comme il devait le faire il y a 1 an et demi ?

Celui qui avait juré tous les grands dieux qu'après 5 ans, comme l'impose la constitution palestinienne, on dirait que dans le monde arabe, être élu un jour, élu toujours !!!!

Écrit par : Corto | 30 septembre 2011

Corto, c'est facile de montrer du doigt un élément comme la non promesse tenue par Mahmoud Abbas. Le sortir de son contexte ne vous demande pas beaucoup d'effort.
Connaissez-vous beaucoup de chefs d'état qui tiennent tout ce qu'ils disent?
Alors donnez-nous plutôt une étude du pourquoi de ce fait!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 octobre 2011

Corto, je supprime votre long commentaire qui n'est du reste pas le vôtre puisqu'il s'agirait du discours d'un historien au Parlement du Royaume Uni.
Défendre l'Etat juif en le mettant au-dessus des autres l'isole encore plus.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 octobre 2011

Si la Palestine devient un état respectable et que plus aucune roquette ne s'abat sur Israel. Les juifs ne pourront plus justifier leur invasion. Donc à qui profite le crime ?

Écrit par : L' Amer Royaume | 01 octobre 2011

Amer Royaume,
C'est un peu simpliste de limiter le problème de la prison à ciel ouvert qu'est Gaza par le fait des roquettes.
C'est aussi pénible de lire que Israël a toujours raison et les autres toujours tort. C'est une bien mauvaise défense de se considérer toujours comme supérieur aux autres.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 octobre 2011

Je suis d'accord avec vous Mme De Meuron ce n'est pas aux palestiniens que le crime profite.

Écrit par : L' Amer Royaume | 01 octobre 2011

Sauf, que le crime, c'était 4 guerres déclarées par les pays arabes voisins d0Israël ! Le crime est consommé depuis le lendemain de la création de l'état d'Israël quand les arabes ont attaqués à 100 contre 1 le jeune état vieux d'un jour !

Mais ne vous inquiétez pas, le crime se déroule au sein des nations arabes, en Syrie, en Egypte, en Tunisie, en Libye et très bientôt au Liban !!!!

Israël n'est plus concernée par la sauvagerie et ce phénomène de "crime" !!

Écrit par : Corto | 01 octobre 2011

Marie-France, donc vous légitimez le fait qu'Abbas refuse de respecter la constitution palestinienne en n'empêchant la tenue d'élections !!!!

Écrit par : Corto | 01 octobre 2011

Mr Corto, Vous reprocher à Abbas de ne pas respecter la constitution d'un état que vous ne reconnaissez pas c'est assez intéressant.

Écrit par : L' Amer Royaume | 01 octobre 2011

L'amer royaume, où ais-je parlé d'état ????

Mais dans le fond, je suis pour un état palestinien, mais avec des garanties de paix avec Israël, pas ce qu'il se passe actuellement, notamment avec le hamas et le fait de poser des conditions pour ne pas négocier !!!

Arafat avec camp-David obtenait 97% de ces exigences, mais il a refusé de signé avec Rabin, le traité d'Oslo également, il y a une différence entre la population palestinienne et ses représentants, OLP et hamas, mais ce sont malheureusement les deux seuls partis à se présentés, les autres formations politiques sont réprimées, allez sur place et parlez avec des citoyens palestiniens et vous comprendrez pourquoi Abbas ne veut pas organiser des élections, comme l'avait fait Arafat !!!

Écrit par : Corto | 01 octobre 2011

Corto, pour vous, prosémite, le crime vient toujours des autres.
Vous mentionnez les 4 guerres déclarées par les pays arabes le lendemain de la création de l'Etat d'Israël. Or, un état, c'est comme un enfant, cela prend le temps de la conception puis de croître à l'abri d'un ventre puis d'accoucher plus ou moins durement.
Ainsi donc, il serait bon de revenir à l'origine de cette "conception" puis de cette croissance dans des bureaux feutrés.
La conception s'est faite par la décision d'une minorité immature. il est donc naturel que l'ONU doive reétudier le sujet avec la demande de M. Abbas, avec davantage d'expériences après 60 ans de tant de souffrance de part et d'autre.
Il est dit aussi que les peuples ont le droit de disposer d'eux-mêmes. Ce droit des autochtones n'a pas été respecté quand les colons ont déferlé. Il est donc normal que l'accouchement fût difficile et que l'enfant n'arrive pas à se développer harmonieusement.
En outre, un enfant s'émancipe de ses parents entre 18 et 25 ans. Il n'est pas normal qu'après 60 ans, ce rejeton dépende encore autant des USA.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 octobre 2011

Marie-France, à chaque fois vous démontrez l'état de vos lacunes en histoire, sachez pour votre gouverne, qu'il y a 60 ans, l'allié d'Israël était l'URSS et ensuite la France, les USA ne soutenaient absolument pas Israël avant le début des années 60 et ce n'est qu'après 67, que les collaborations ont timidement à se faire !

Maintenant dire que les USA soutiennent Israël est un grand mot, en matière de partenariat technologique, les universités américaines invitent 20 fois plus de professeurs israéliens que dans l'autre sens, dans certains domaines spécifiques liés à l'informatique de très gros systèmes, Israël a 20 ans d'avance sur les USA, toutes les grandes compagnies "leader" en sciences informatiques ont leurs sièges de R&D en Israël, Microsoft, Intel, AMD, SUN, IBM, pour ne citer que les plus célèbres !

Écrit par : Corto | 01 octobre 2011

Corto, cessez vos coups de sabot au passage d'un commentaire, vous n'en serez que plus crédible.
Vous vous appuyez sur un détail pour en faire un tout. Le problème d'Israël fut qu'il est un assisté depuis le départ, peu importe que ce soit la France, l'URSS ou les USA.
Les Israëliens peuvent être fiers de leur niveau technologique mais ce n'est pas avec cela qu'on établit la paix en soi et autour de soi.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

Et pourquoi Dame de Meuron ne cherche pas à savoir pourquoi?

Écrit par : Divico | 02 octobre 2011

Divico, Mouillez-vous un peu plus SVP. C'est trop facile de rester en retrait avec une question si globale et floue, d'autant plus sous un pseudonyme.
Animer un blog demande un engagement certain. J'en attends un minimum des commentateurs pour que la discussion tende à apporter des éléments nouveaux à chacun.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

Vous parlez de faire la paix, est-ce un ordre ? pour faire la paix, il faut pouvoir s'asseoir autour d'une table et se mettre d'accord, relisez ma réponse à l'Amer Royaume !!

Ne pas confondre, faire ou imposer !!!

Écrit par : Corto | 02 octobre 2011

Marie-France, vous remontez, à, il y a 60 ans, il ne c'est rien passer de spécial, il y a 60 ans ! en 1951 aucune dépêche particulière n'est venue bouleverser l'histoire de la région en 1951 !!!

Écrit par : Corto | 02 octobre 2011

Serais-je le seul à venir anonymement?
Laissez moi rire!
Mais vous avez très bien compris ce que j'ai voulu dire, du moins j'ose l'espérer. Comme l'a dit Corto, la création d'Israël ne tombe pas du ciel. Et quelle a été la réaction des pays arabes?
Vous en voulez plus?

Écrit par : Divico | 02 octobre 2011

Corto, on voit que votre seul souci est d'enfoncer ceux qui vous contrarient. Cela vous amène même à lire de travers. J'ai dit "après 60 ans" et non "il y a 60 ans".
D'autre part, je sais que les dirigeants d'Israël prétendent se mettre à une table pour négocier. Evidemment, cela fait bien mais pendant ce temps, ils continuent la colonisation et ça vous refusez de le prendre en compte. Ce n'est pas avec des réponses faciles que vous défendrez positivement Israël.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

Divico, que voulez-vous vraiment?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

Je ne voulais enfoncer personne, je disais juste qu'il y a 60 ans, l'allié d'Israël était l'URSS, que le partenariat avec les USA ont 40 ans !

Écrit par : Corto | 02 octobre 2011

Je pense nécessaire de revenir aux sources. Abbas a dit devant l'ONU qu'Israël occupe la Palestine depuis 63 ans, donc depuis 1948, le jour de sa création. Abbas n'a pas osé le dire de façon direct mais il l'a dit en pesant chacun de ses mots.

Je croyais en Abbas et vois que c'est un petit bonhomme de compromission et de mensonge. Un raciste qui dit que son pays sera Judenrein. Un soi-disant négociateur qui accepte de venir négocier qu'avec comme condition préalable ce que le monde libre considère comme l'issue éventuelle des négociations. Un homme avec qui la paix ne pourra donc jamais se faire.

J'espère que le suivant, par exemple son premier ministre Salam Fayyad qui a une forte personnalité, sera meilleur.

Écrit par : gerardh | 02 octobre 2011

Evidemment, gerardh, Abbas a tous les torts et les pires défauts. C'est vraiment simplifier à votre aune un individu qui a bien du mérite de tenir le coup dans un guêpier pareil.
Quant à votre accusation de raciste, que dire d'un état qui se veut juif et qui met donc l'accent sur son ethnie et sa religion plutôt que d'établir une réelle démocratie? L'arrogance est aussi une forme de racisme.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

gerardh, il faut retourner aux sources de l'olp et du fatah pour mieux comprendre la raison pour laquelle la population musulmane de Judée-Samarie doit pouvoir élire démocratiquement un président de l'AP.

Écrit par : Corto | 02 octobre 2011

Corto, j'ai supprimé une partie de votre commentaire car mon blog n'est pas une salle de tribunal pour accuser des individus.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 octobre 2011

La Palestine : Juive ou Arabe ?


“Palestina” : Un ouvrage historique essentiel

À une époque où il est de bon ton de remettre constamment en question la légitimité juive en Israël, la découverte d’un ouvrage historique capital sur cette question, écrit au XVIIe siècle, apporte un nouvel éclairage de la plus haute importance.



“Voyage en Palestine“, est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais.

Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en Latin, s’intitule : “Monumentis Veteribus Illustrata”, édité en 1714 aux Editions Brodelet.

Cette belle histoire commence de façon quasi anecdotique, dans un rayon d’une librairie de Budapest, qui renferme des antiquités littéraires, dont une partie concerne le judaïsme : D’anciennes reliques usées par le temps, mais de grande valeur historique (et monétaire), parfois manuscrites, probablement dérobées, issues d’anciennes synagogues. Cette pièce peut aujourd’hui être consultée à l’Université de Haïfa.

L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues, hébraïque, arabe et grecque (ancien).

En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique : recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte du Tanakh (Bible) ou de la Michna, dans leur appellation originelle.

A chaque fois, Reland y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Reland y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien. Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée : D’abord, une considération d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée. La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza).

Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante des Juifs sur cette terre, quelques Chrétiens et très peu de Musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins. Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

• Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe • La grande majorité de ses villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou Latin-Romain

• Pratiquement aucune ville qui possède aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque : ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine.

• Aucune trace dans les recherches de Reland de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah, Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem)

• En 1696, Ramallah s’appelle “Beteïlé” (du nom hébreu “Bet El”), Hévron s’appelle … Hévron et Méarat Hamahpéla (Caveau des Patriarches) : Al Halil, du nom donné à Avraham Avinou en arabe.

• La plupart des villes étaient composées des Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les “Natashe”, ainsi que 70 samaritains

• A. Nazareth, en Galilée, une ville entièrement Chrétienne : 700 chrétiens.

• À Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques Chrétiens.

• Reland n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction.

• A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les olives et le blé (Goush Katif). Les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région. • Tibériade et Safed étaient des localités juives. On sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque.

• Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne : dix familles.

L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive et rédhibitoire apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un “peuple palestinien”. On en veut pour preuve le fait même qu’un nom latin, celui de “Palestine”, ait été repris à son compte par le camp arabe…

Écrit par : Corto | 02 octobre 2011

MF de M

J'ai écouté le discours d'Abbas et j'ai écouté celui de Netanyahou. Le premier est marqué par le négasionisme de l'autre (désolé pas pu résister). le second par une claire ouverture. Il suffit de prendre les textes, de lire les mots, pour s'en convaincre.

Deuxième point. Et pourquoi pas un Etat juif ? Combien d'Etats islamiques contre lesquels jamais personne ne prononce un mot ? Puis-je comme chrétien ou juif m'établir en Arabie Séoudite ? Y aurait-il deux poids deux mesures ? L'Italie ou l'Espagne sont clairement des Etats catholiques et la Grèce un Etat orthodoxe; et alors ? Bref, il y en a juste un dont on ne veut pas; l'Etat juif.

J'ai un peu de peine à comprendre pourquoi un peuple qui a une identité claire (histoire, langue, religion, traditions en commun) a moins de droit qu'un autre... Surtout comprendre la nature des valeurs de ceux qui le discriminent ainsi.

Écrit par : gerardh | 03 octobre 2011

gerardh, c'est un mystère, le peuple juif a-t-il colonisé comme l'on fait les chrétiens et le musulmans ? Assurément non !

Mais alors, comment comprendre cet acharnement contre Israël, alors que tant de peuples sont réellement colonisés et avec une violence sans comparaison avec ce dont Israël est accusée, les Tamouls ont eu 30'000 victimes en même temps que l'opération "plomb durci", pas un mot, ni aucune résolution de l'ONU, les kurdes sont occupés et se font régulièrement attaqués par 4 états différents, pas un mot, tant à l'ONU que dans la presse !

Cet acharnement contre le peuple juif n'a rien à voir avec Israël, il existait avant la création de l'état d'Israël, mais par contre, depuis qu'Israël existe, le peuple juif ne craint plus les pogroms, les génocides, car il a prouvé en défense comme dans toutes les autres disciplines, il est loin devant, aucune armée n'oserait s'en prendre à Israël, malgré le fait que de plus en plus de dictatures tentent de le menacer, mais voyez dans quel état sont ses dictatures, regardez le régime d'el assad, (là aussi personne ne dit rien, ni l'ONU, ni la presse qui cache les dizaines de milliers de victimes syriennes) qui sombre avec ses mêmes diatribes et mensonges que ceux qu'il alléguait contre Israël, maintenant il les a tournés contre ses propres citoyens !!!

Les masques sont tombés, les grands amis de l'olp et du hamas montrent leurs méthodes et comment ils traitent leurs opposants politiques !!!

Écrit par : Corto | 03 octobre 2011

Mais creusons un peu, si Sarko s'est fait élire, c'était en chassant sur les terres des le-Pen, en 2012 le risque de se retrouver premier tours est certain, comme le 21 avril 2002, mais cette fois avec un candidat de gauche dans le périscope, et là, la mobilisation pour les canotiers en goguette va certainement être beaucoup moins magnanime et Marie n'aura pas grand chose à faire pour pousser le pion au second tours !!!!

Écrit par : Corto | 04 octobre 2011

mais non M. hamadinejad l'Europe na rien a voir avec la création d "ISRAEL" lisons ce qui suit ;

Coran 02 - 44 :

Ô enfants d'Israël ! souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous que je vous ai élevés au-dessus de tous les humains.

Le Coran est clair en ce qui concerne la promesse de donner la terre sainte aux fils d’Israël, il suffit de lire les versets 20 et 21 de la sourate n° 5 (la Table) pour se rendre compte de cette vérité.

La promesse est donnée par Allah.

Sourate 5, versets 20 et 21 : « Souvenez-vous quand Moïse dit à son peuple : « Ô mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah envers vous, lorsqu’il a désigné parmi vous des prophètes. Et il a fait de vous des rois et il vous a donné ce qu’il n’avait donné à nul autre au monde ».
« Ô mon peuple, entrez dans la Terre sainte qu’Allah vous a prescrite ».

Eh oui, c'est écrit dans le coran !!!

Écrit par : Corto | 04 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.