17 septembre 2011

« Les humains ne sont pas des rats de 70 kilos »

Tel est le titre de la campagne menée par Antidote Europe, association à but non lucratif créée par des chercheurs opposés, pour des raisons scientifiques, à l'utilisation des animaux considérés comme modèles biologiques de l'homme.


Il est évident que des résultats obtenus sur une espèce animale que ce soit en toxicologie ou en recherche fondamentale peuvent induire en erreur quand on se fonde sur ces résultats pour développer un traitement médical ou pour évaluer la toxicité d'une substance chimique (médicament ou autre) pour l'homme.

Les expériences qui en donnent des preuves flagrantes, des explications très percutantes et des méthodes dignes du XXIe siècle sont proposées par des scientifiques très rigoureux sur le site

www.antidote-europe.org

 

Commentaires

Permettez moi de mettre en doute cette parole,beaucoup d'humains se conduisent comme des rats des champs contre ceux des villes ,sans oublier les rats d'égouts cherchant les héritages donc comparer le rat à l'humain il s'en faut peu pour qu'il lui ressemble de plus en plus,simple comparaison qui ne doit pas faire peur surtout si l'on sait l'intelligence nettement supérieure de cet animal face à son homologue à deux pattes,ceci étant l'ex -Russie bastion de la psychiatrie connut un célèbre Pavlov auquel on doit le fameux réflexe qu'il est facile à trouver chez tout humain,demandez et vous obtiendrez qui par simple réflexe maintenant obtient avant d'avoir demandé ayant compris comment éviter son mal le plus désagréable l'attente,un rat lui obéit maintenant mais un rat superdoué ,monsieur Ordinateur et ses nombreux dérivés électroniques,donc ne nous sentons pas humiliés par les rats du règne animal ,parcontre eux ont le sens de la famille et sentent le danger à des centaines de kilomètres ,certains humains ayant passé entre les mains de bourreaux ont reçu ce don ,quand aux autres pressés comme des rats quittant le radeau de la Méduse par craintes de responsabilités sont obligés de courir les voyants pour les rassurer sur leur avenir.Le réflexe de survie descend du règne animal,pour apprendre la médecine il fallait bien un début alors pourquoi pas le rat qui était aussi un met pour beaucoup de Suisses lors de périodes de disettes qui n'épargnèrent pas notre pays
toute bonne journée à vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 17 septembre 2011

On peut aussi ajouter qu'un humain au poids de 70kilogs doit parfois se sentir jaloux du sourire proposé par le personnel des cliniques vétérinaires,chaude ambiance, détente ,frais élevés mais autant dépenser pour un animal que pour un humain entend-on ,endroits ou rats et autres animaux sont accueillis à bras ouverts,toutes brusqueries leurs sont évitées,même le fameux détartrage sera fait sous narcose,choyés presque considérés comme les élus du ciel les animaux ont profité de la bétise humaine qui votant contre la vivisection faite sur des rats et souris allaient par un simple coup de baguette magique les transformer eux en cobayes,alors promis juré au prochain retour sur terre autant être un rat de compagnie animal très recherché aussi,lui ne squattant pas votre vie par intéret financier uniquement

Écrit par : lovsmeralda | 17 septembre 2011

Un lapin peut ingurgité à s'en faire péter les oreilles de l'amanite phaloïde, alors qu'un seul gramme fusille un humain !

Un gramme de if est mortel pour un cheval et pas pour un humain, il nous a fallut des millénaires pour constater de telles exception et les nouveaux scientifiques payés par les caisses maladies (61 milliards en Suisse) eux attestent que ! D'où les médicaments aux effets secondaires et les morts en chaine apparaissant après quelques années d'utilisations !!!

Ah le fric facile, ah les dealers de drogues obligatoires !!!!!!

Écrit par : Corto | 17 septembre 2011

Aussi, la vie moyenne d'un rat est de 2,5 à 3 ans, intéressant, non ?

Écrit par : Corto | 17 septembre 2011

La réciproque est-elle également vraie?... Les rats ne sont pas des humains d'une livre!

Pourtant certains rats sont architectes (Leporillus conditor) ainsi que le sont certains humains. Tandis que certains humains sont des rats de bibliothèque... Probablement parce que plusieurs rats font au moins quelques livres.

Remarque:
Ci-dessus, je ne suis que le "rat porteur"(Neotoma cinerea) d'articles lu sur la toile à propos de rats, sans être un "rat colleur" ou rat à bandes (adhésives?) (Apodemus agrarius), je n'ai fait aucun copier/coller.

Écrit par : Baptiste Kapp | 19 septembre 2011

Merci beaucoup, Baptiste Kapp, pour cette très jolie promenade poétique parmi les rats!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19 septembre 2011

quel opé-rat !

Écrit par : Corto | 19 septembre 2011

Merci, Corto, pour le commentaire sur les substances toxiques pour certains animaux et pas pour d'autres. Juste un détail : ce ne sont pas des "exceptions" mais bien la règle ! La réglementation oblige à tester sur des animaux (le plus souvent souris ou rat et chien ou singe) les médicaments destinés à l'homme. Et ensuite, de tester ces mêmes médicaments sur des cobayes humains. Seul 1 médicament sur 10 testé avec succès sur les animaux arrive à être approuvé pour l'homme. Les premiers cobayes humains sont donc très exposés et subissent des "désagréments" plus ou moins graves (6 ont failli mourir à Londres il y a quelques années) dans 9 cas sur 10. On pourrait éviter cela en utilisant les méthodes de toxicologie modernes qui donnent des informations pertinentes pour l'homme (cellules en culture, modélisations informatiques, microfluidique, etc.). Entre des informations précises (encore que...) valables pour les rats et des informations partielles valables pour l'homme, on prendrait moins de risques en choisissant les deuxièmes.

Écrit par : Elena | 21 septembre 2011

Elena, mais ils s'en fichent de la santé des humains, ce qui compte, ce sont les courbes de la bourse, un employé de Swissmedic (quel nom vulgaire) s'est fait attraper en train d'uriner dans des fioles de test pour faire passer des poisons des copains de Novartis, aussi, tous les jours, à Genève, Givaudant et Frimenich nettoient leurs cuves en plein air quand le vent souffle vers les quartiers populaires avec des tonnes de formaldéhydes hautement cancérigènes et cela depuis des décennies, la responsable de l'air de Genève m'a répondu "qu'elle n'était pas concernée " ! ça peu les arômes artificiels dans la moitié du canton, mais interdiction aux employés de faire ce travail mortel quand le vent souffle en direction de la villa Givaudant, sinon, c'est la porte, c'est arrivé plusieurs fois que le vent à tourné et que des employés ont été virés sur le champ !

Swissmedic et l'office de la protection de l'air genevois sont sous les ordres des assassins de la chimie, avec quelques avantages substantiels, ça va de soi !!!

Écrit par : Corto | 21 septembre 2011

M-F. pourquoi ne traiteriez-vous pas ce sujet dans un de vos blog, du coté nord du canton, c'est la puanteur envahie de formaldéhydes extrêmement cancérigène !!! et rien ne se passe !!!!!!

Écrit par : Corto | 21 septembre 2011

Un très vif merci, Elena, pour vos explications très pertinentes et précises.
Pourriez-vous nous en dire davantage sur ce que vous entendez par "microfluidique"?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 septembre 2011

Corto, votre suggestion est tout-à-fait justifiée.
Je n'ai malheureusement pas le temps d'étudier le sujet et toutes ses correspondances avec les services incriminés.
Comment se fait-il aussi que les gens qui respirent ces odeurs ne se mettent pas en campagne de style "printemps arabe"?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 septembre 2011

Vous voyez de quelles odeurs je parle ? avez-vous vu l'intensité de ces odeurs, j'ai mes bureaux du coté de vernier, une fois j'ai presque eu une sorte de malaise !

J'ai écris à la responsable de l'air du canton de Genève, elle jouait à celle qui n'était pas au courant, alors que ça fait plus 35 ans que ces entreprises polluent avec des substances extrêmement nuisibles, comme des formaldéhydes et des aldéhydes bannis par les réglementations européennes, j'ai des courriers et des mails, dont je vais publier copie ;

23 décembre 2010

Monsieur,

Pour donner suite à votre plainte déposée chez moi le 6 décembre dernier, et concernant des odeurs de shampoing ou de champignons, j'ai contacté les responsables des entreprises qui étaient susceptibles d'être à l'origine des odeurs qui vous ont incommodé. D'après les indications que j'ai reçues, aucun dérangement ou disfonctionnement n'avait été constaté et ces entreprises ne pensaient pas pouvoir être à l'origine d'odeurs du type que vous m'avez indiqué.

En conséquence, et afin que le service compétent puisse évaluer plus avant l'ampleur et l'origine des nuisances dont vous vous plaignez, je vous prie de bien vouloir faire parvenir à l'adresse suivante un courrier précisant les types d'odeurs que vous constatez, les horaires précis où ces odeurs sont constatées ainsi que le lieu ou vous vous trouvez lorsque vous constatez l'odeur. Il est indispensables que vous puissiez décrire avec précision les nuisances de manière à ce que le service compétent puisse, le cas échéant, effectuer une enquête.

Avec mes meilleures salutations.

F. Dubas


28 mars 2011

Cher monsieur,

Comme je vous l'ai indiqué il y a quelques semaines, le service de protection de l'air n'est pas autorité lorsque la source présumée d'une plainte est une entreprise. Cependant, j'ai déjà transmis votre mail au service compétent.

Pour vous répondre, nous avons besoin d'une adresse postale. Puis-je vous demander de bien vouloir me donner la votre afin que nous puissions vous répondre par courrier.

D'avance je vous remercie et vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur, mes meilleures salutations.

F. Dubas



Je n'ai jamais pu savoir de quel service compétant la préposée parlait, mais le plus drôle, dans le premier mail, elle déclare n'avoir jamais entendu de ces émanations qui ont fait l'objet de nombreuses réclamations, notamment celle que j'avais déjà adressées 3 ans plus tôt et ensuite dans le deuxième elle déclare ne pas être responsable des problèmes d'air, dés lors qu'il s'agirait d'une entreprise, (je n'ai jamais déclaré à cette personne qu'il pouvait s'agir d'une entreprise) !

Voilà ! On nous prend pour des ....

Écrit par : Corto | 21 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.