07 juillet 2011

Nucléaire : Préalerte au Tricastin

 

Next-up.org nous informe de l'incendie d'un transformateur au Tricastin.


Une fois de plus, les autorités en disent le moins possible avec certains camouflages verbaux.


 

Chaque citoyen devrait connaître ce qui se passe dans une centrale nucléaire. Par les accidents, nous apprenons petit à petit les éléments composants une pareille « machine à faire de l'énergie ». L'électricité nous est tellement facilement fournie que nous ne nous rendons pas compte de tous les difficultés techniques qu'il est nécessaire d'affronter pour en fournir autant que notre existence actuelle exige.

Alors que les autorités cachent un maximum les problèmes, ils pourraient, en nous en informant, partager avec nous leurs responsabilités. Plus nous sommes conscients d'un sujet, plus nous pouvons le respecter.

Le gaspillage d'électricité montre bien à quel point nous n'en voyons que l'aspect aisé et toutes les fois où elle est utilisée pour un usage ludique, nous ne captons pas qu'il n'y a rien de ludique dans sa fabrication.

 

Commentaires

@Marie-France de Meuron ,je suis entièrement d'accord avec vous cependant souvenez vous du fameux Anschluss qui prévalut lors des temps que tout le monde ou presque à connu,je me suis longuement tartinée les neurones pour saisir l'importance de ce qui fut et ne fut sûrement pas car tout comme pour ces centrales nucléaires ce qui se passait hors de nos frontières beaucoup apprirent très vite ce qu'il en était réellement puis un éclair de logique traversa mon esprit non encore demeuré cela viendra /rire/ en faisant semblant de ne pas savoir, les gens sauvaient leur vie réflexe de survie il fallait travailler et dieu sait si les dangers étaient nombreux après guerre,le monde évolua les ondes ont pris le pouvoir même du raisonnement chez certains,là est le plus grave danger surtout en lisant ce que Santé suisse a décidé/lu dans la presse Neuchateloise/,de confier toutes les données personnelles des patients aux assurances ,tandis qu'à Tricastin des fuites ont lieu et ce depuis des décennies notre propre patrimoine génétique lui risque d'être confié à des abuseurs,ce que vous dites est juste le savoir tant mieux aussi ,cela montre à ces sociétés qui dirigent le monde que nous en tant que consommateurs sommes encore capables de réfléchir et c'est le plus important montrant bien que nous ne sommes pas tous devenus des petits robots au service de Sa Majesté!
toute bonne journée à vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 07 juillet 2011

Bonjour et je suis d'accord avec vous.

''nous ne captons pas'' mais ne devions-nous pas dire, ''nous ne captons plus'' parce que petit à petit la connaissance de l'homme de son environnement est devenue de plus en plus limité, lui qui vit principalement maintenant dans le virtuel.
Levi Strauss dans son livre '' La pensée sauvage '' que je recommande, explique que dans certaines tribus, sauvages donc ignares selon nos critères, les enfants connaissaient environ 450 plantes et pas seulement leur nom mais leur capacité de soigner telle ou telle autre affliction. Que dire des sorciers dont le savoir était phénoménal.
Alors pour nous, de comprendre que chacun de nous gaspille l'électricité ce qui nous met devant un danger de surexploitation et de sur-pollution, c'est pratiquement impossible. Notre vie d'esclave dont l'activité principale est la chasse à l'argent est trop dure, trop compliquée pour se préoccuper de telles futilités !

Écrit par : decembre | 07 juillet 2011

décembre, votre commentaire décrit bien l'état général dans lequel notre civilisation nous a réduit : une surspécialisation, un formatage très efficace pour des objectifs fixés, un développement du cerveau et du virtuel qui étouffent les perceptions sensorielles et subtiles.
Toutefois, je ne serais pas si pessimiste que vous car le réveil des sens se développe par îlots de plus en plus élargis. Il est vrai que si nous ne nous appliquons pas, l'habitude ou notre entourage nous tire à nouveau vers un mode de vie "normaté".

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.